• Accueil

     

    Vous voulez agrandir le texte ?

     

    Faites sur votre clavier :   Ctrl +

    Pour la diminuer :   Ctrl -

     

     

    >

     

     

    J'ai pris ce joli petit chat qui me ressemble en ce moment ;-)

    chez  Aimielisa,  que je remercie !

     

     

     

    Et si, à l'aide de ce blog, pour améliorer l'atmosphère de "crise" qui règne en ce

    début d' année 2014,  nous partagions nos "trucs et astuces" pour aller mieux,

    pour allez bien, pour nous rendre la vie plus belle ?

     

    Si cela vous dit.... C'est parti !

     

    Surtout n'hésitez pas à m'écrire ou à me mettre un mot dans le

    Livre d'Or pour me donner vos suggestions !

     

     

    AVERTISSEMENT : Ce blog est dédié aux personnes ne présentant pas

    de troubles graves de la santé, mais qui désirent améliorer leur vécu, 

    du point de vue santé globale :  physique et psychique.

    Il est évident que certains troubles, s'ils perdurent, doivent amener

    à se questionner et à voir un professionnel de la santé.

    En ce qui concerne les habitudes de vie : sommeil, petit déjeuner, sport, etc,

    chacun doit écouter son corps et faire au mieux par rapport également

    à son âge et à ses ressentis.

    Il est évident qu'un sujet ne peut traiter tous les cas particuliers

    et est donc toujours incomplet de ce point de vue.

     

     

     

    MERCI DE VOTRE PARTICIPATION
     
     
     
     
  •  

    Le village et les deux médecins


    Dans un village sans médecin de notre beau pays,
    Les malades, fort marris, se cherchaient un docteur.
    Monsieur le Maire, homme gentil,
    Fit venir un cador pour veiller sur leur cœur.

    A grands frais, il faut le dire toutefois.
    Car dans ce trou perdu trouver quelqu’un qui veuille bien….ah lala !
    L’édile sortit chèques et ducats, fit le tour d’Europe trois fois
    Trouva un Roumain diplômé, et richement l’installa.

    Mais la greffe, si j’ose dire, ne prit pas.
    Le médecin, râlait-on, ne pensait qu’à l’argent.
    Ne l’intéressaient ni les poumons, ni la rate, pas plus que le pancréas,
    Le méchant docteur n’aimait que le sonnant, le trébuchant.

    Les patients disaient « Docteur, je viens pour ma santé ! »
    Il répondait : « Comment allez-vous payer ? »

    Même chez le coiffeur, au restaurant,
    Il négociait meilleur prix, ou échange de talent !

    Et six mois après qu’il arrivât,
    Le bon docteur n’était déjà plus là…

    Il restait bien un brave homme, pour sauver le cabinet
    De bonne composition, compétent, l’Hippocrate de notre temps
    Hélas il y avait un hic : il était camerounais.
    « Vous n’êtes pas de l’UE, vous n’avez pas le bon diplôme ». Verdict : « c’est nan ! »

    Et c’est ainsi que dans notre beau pays,
    Les malades à leurs maux sont laissés sans repos.
    Qu’aux bons docteurs on préfère ceux nantis
    De jolis diplômes qui parfois, ne sont que de vains mots.

    (Gabriel Combris)

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Ce gentil concombre auquel l’on prête un grand nombre de propriétés et qui,

    en réalité, est un véritable concentré d’eau, est largement mis en avant dans le

    shampooing DOP très doux au concombre pour "cheveux normaux en manque de fraîcheur ".

    Formulé « Sans silicone » (cela est bien précisé !!!), ce shampooing « hydrate et rafraîchit ».

    Le programme est sympathique !

    Penchons-nous maintenant sur la liste des ingrédients de ce shampooing ;

    nous y trouvons, en deuxième place, juste après l’eau, le laurylsulfate d’ammonium,

    un tensioactif anionique qui, tout comme son cousin le laurylsulfate de sodium,

    est un ingrédient dont le caractère irritant est bien connu ;

    de ce fait, il est à éviter.

    La mention « très doux » et le choix d’un tensioactif irritant (le plus irritant du marché, même !)

    n’est pas très logique. Le concombre, annoncé à grands renforts de tranches appétissantes

    ornant l’emballage du shampooing, est rejeté à la fin de la liste des ingrédients…

    Le citron qui a couru plus vite que lui est parvenu à le doubler sur la ligne d’arrivée.

    Dommage !!!

    En résumé : à défaut d’être rafraîchi par le concombre, la douche froide est procurée,

    ici, par un tensioactif anionique quasiment abandonné de l’industrie cosmétique

    (et à juste titre !).



    Le concombre ne doit pas masquer le reste de la formule…

    Ce n’est pas le concombre masqué qui nous contredira !

     

    Liste INCI

      aqua, ammonium lauryl sulfate, cocamidopropyl betaine, sodium chloride, geraniol, linalool,

    sodium benzoate, salicylic acid, sodium hydroxide, limonene, ascorbyl glucoside, propylene glycol,

    hydroxypopyl guar, hydroxypropyltrimonium chloride, citric acid, citrus limon fruit extract,

    lemon fruit extract, cucumis sativus fruit extract/cucumber fruit extract, hexylene glycol,

    benzoic acid, parfum/fragrance.

     

    Source : https://www.regard-sur-les-cosmetiques.fr/

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    Source : "Allo Docteurs"

     

    Cliquez sur la flèche et laissez la vidéo se télécharger...

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    POURQUOI VOTRE HOMME GARDE SES VIEUX SLIPS

     

    Votre homme porte ses caleçons si usés que ça en devient gênant…

    Vous êtes à bout ?

    Sachez que vous n’êtes pas seule à souffrir de voir Monsieur garder ses sous-vêtements

    bien au-delà de toute limite raisonnable de péremption ;

     

     

    Slips dont l’élastique baille de façon absolument indécente, caleçons aux motifs

    de Mickey devenus invisibles depuis plusieurs années, boxer façon passoire

    dont les trous laissent apparaître une peau blanchâtre parsemés

    de quelques poils (sexy, non ?)…

     

    Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il les rentabilise ses fichus sous-vêtements

    pendant que vous, irrécupérable coquette, irresponsable panier percé, dépensez

    l’argent du ménage en lingerie fine dans le seul but de lui plaire.

    Vous devriez avoir honte !

     

    Quoi qu’il en soit, un sondage commandité par une marque de sous-vêtements

    masculins (Zeeman, qui doit désespérer de ne pas voir ses ventes décoller)

    révèle que les cas sont légion.

    L’étude, menée auprès de 300 conjointes, qu’on imagine hésiter entre divorce et

    relation extraconjugale, montre que 50% des hommes portent régulièrement

    un sous-vêtement usé.

    Même s’il est troué.

    Oui, c’est la triste réalité.

     

    Et pourquoi diable ces messieurs s’obstinent-ils à conserver ces loques

    dignes d’un homme de Cro-Magnon ?

     

    - Parce qu’ils ne s’intéressent pas à leurs sous-vêtements à 41 %.

    Ce qui est vraisemblablement tout aussi valable pour les chaussettes et les

    fringues en général. Ce sont les plus irrécupérables et, malheureusement, les plus nombreux.

     

    - Parce qu’ils ne remarquent même pas qu’il est usé à 24 %.

    En général, ils ne remarquent pas non plus que vous êtes allée chez le coiffeur...

     

    - Parce qu’ils y sont très attachés à 24 %.

    Là on est dans le registre pathologique. Une thérapie s’impose.

    Demandez-lui jusqu’à quel âge il a conservé ses doudous,

    il devrait selon toute logique répondre 24 ans.

     

    - Parce qu’ils trouvent que leur ancien slip est confortable comme il est à 21 %.

    Ce sont ceux qui ne porteront pas les slips neufs que vous êtes aller acheter

    avec amour à Monoprix.

    Une seule solution, la violence :

    jetez les vieilles nippes à la poubelle !

     

    - Parce qu’ils n’ont pas envie d’y consacrer du temps à 16 %.

    Pensez donc, il y a mieux à faire que s’occuper de ces méprisables questions

    d’apparence, c’est bon pour les femmes ça.

     

     

    Une bien triste réalité mais, comme vous pouvez le constater Madame,

    vous n’êtes pas seule à souffrir au quotidien de cet affligeant spectacle...

     

     

     

    POURQUOI VOTRE HOMME GARDE SES VIEUX SLIPS

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    SEPT ERREURS A EVITER QUAND ON VEUT SE RECHAUFFER

     

    Bains bouillants, boissons chaudes, gros pulls...

    La liste des erreurs que vous commettez en tentant de vous réchauffer est longue.

    Voici les bons conseils pour survivre aux températures hivernales.

     

    Après une longue période d'accalmie, une vague de froid s'abat de nouveau sur le pays.

    Vous avez ressorti les pulls, l’écharpe XXL et vous pensez sérieusement à revêtir vos gants.

    Pour combattre la baisse du mercure, chacun y va de sa petite habitude.

    Sauf que certaines n'accomplissent pas la tâche, voire provoquent l'effet inverse.

    Suivez le guide pour vous réchauffer et éviter le bon vieux rhume hivernal.

     

    Boire trop chaud

    Pour faire face aux températures qui baissent, rien de tel que de tremper

    ses lèvres dans un bon chocolat chaud.

    Erreur.

    Pendant un laps de temps très court, précisément celui où l’on savoure notre

    chocolat viennois, le corps connaît effectivement une sensation de chaleur.

    Mais cela ne dure pas, au contraire.

    «L'organisme doit conserver une température constante. Confronté au chaud

    ou au froid, il lutte pour la rééquilibrer.

    Ainsi, quand on absorbe une boisson bouillante, l’organisme transpire et se refroidit»,

     

     La solution ? Opter pour des boissons tempérées, comme des tisanes tièdes

    ou laisser légèrement reposer sa soupe avant de dîner.

     

    Prendre des bains brûlants

    Qui ne rêve pas, en rentrant d’une dure journée de travail, de se plonger

    dans un bain fumant et d’y rester pendant une heure ?

    Au risque de décevoir, le geste est inefficace.

    «À l'instar des boissons chaudes, le corps se réchauffera sur le moment mais

    refroidira à la sortie». Rassurez-vous, il faut aussi éviter les douches trop froides,

    moins attrayantes mais tout aussi inutiles.

    Conclusion, on règle le mélangeur sur une température moyenne.

     

    Manger trop gras

    Privilégiez les épices, tel que le gingembre

    On pense souvent que des plats riches en calories réchauffent le corps en hiver.

    À tort, «sauf si vous êtes un ours polaire»SEPT ERREURS A EVITER QUAND ON VEUT SE RECHAUFFER

    Sans compter que le gras ralentira et perturbera la digestion.

    «Pour augmenter la température du corps, il est primordial d’améliorer la circulation

    sanguine pour amener la chaleur aux extrémités. Privilégiez ainsi les épices,

    tel que le gingembre, un aphrodisiaque qui réchauffera vos nuits par la même occasion.

    Le pain d’épices et l’ail sont aussi d’excellents aliments pour une bonne circulation.»

     

    Boire de l’alcool

    Le traditionnel verre de vin chaud en plein hiver rehausse-t-il réellement

    la température ? Malheureusement non.

    «Certains types d'alcool dilatent les vaisseaux sanguins, ce qui laissera le froid

    pénétrer plus facilement. De plus, l'alcool se contente de déplacer la chaleur

    corporelle interne vers la surface de l'organisme, d'où le phénomène

    des joues rouges».  Cette sensation cessera d'ailleurs dès la dilatation terminée

    et la sensation de froid sera plus intense encore.

     

    Ne pas aérer son appartement

    Certes, il fait - 5°C dehors, mais ce n'est pas une raison pour laisser ses fenêtres

    fermées pendant trois mois. Comme en été, il est essentiel de ventiler les pièces de vie.

    «Ouvrir les fenêtres pendant cinq ou dix minutes ne baissera pas la thermomètre et ne

    nous fera pas tomber malade non plus.

    C'est le fait d’être confiné avec d’autres personnes dans un endroit clos

    qui favorise le développement des microbes beaucoup plus rapidement,

    pas le froid.» En clair, on aère tous les jours durant une dizaine de minutes.

     

    Ne porter qu'un seul vêtement très chaud

    Pour bien dormir, la pièce ne doit pas dépasser les 19 degrés.

    «J’aurais dû mettre un plus gros pull» vous dites-vous, grelottant à l’arrêt de bus.

    Détrompez-vous, ce n’est pas la taille qui compte.

    Mieux vaut superposer des matières plus fines, que de porter uniquement

    un tee-shirt et une grosse doudoune.

    «Il faut accumuler les couches de vêtements.

    Cela crée des espaces d’air, ce qui protège le corps de l’entrée du froid.

    Je préconise au moins trois couches».  Coté tissus, le coton est le meilleur ami de la

    peau puisqu’il lui permet de respirer et de ne pas transpirer, à la différence

    des matières synthétiques. Pour les autres couches, la laine, le velours ou encore

    le cachemire vous permettront de passer un hiver tout doux et bien au chaud.

     

    Augmenter le chauffage pour dormir

    Le chauffage est le faux-ami du sommeil.

    En augmentant la puissance, on risquera de se réveiller plusieurs fois en plein milieu de la nuit.

    De plus, cela favorise le choc thermique au moment de la sortie de la chambre dès le réveil.

    «Pour bien dormir, la pièce ne doit pas dépasser les 19 degrés».

    Pour les grands frileux, mieux vaut multiplier les couvertures fines,

    plutôt que de se faufiler sous une grosse couette.

     

     

    SEPT ERREURS A EVITER QUAND ON VEUT SE RECHAUFFER

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    "ET TOI, QU'EST-CE QUE TU FAIS DANS LA VIE ?"

     

    Qui ne s’est pas entendu poser cette question ?

    Lors de la rencontre avec une nouvelle personne, dans un dîner,

    lors de retrouvailles avec des copains d’enfance, ou encore en discutant avec un voisin.

     

    « Qu’est-ce que tu fais dans la vie ? »

     

    J’ai invariablement envie de répondre : « Moi ? oh dans la vie, je me promène,

    je m’éclate, j’apprends des choses, je lis, j’admire la nature, je communique avec des

    gens, je m’émerveille, je profite, JE VIS, quoi ! ».

     

    Pourtant je sais bien que la question véritable est

    « quel est le métier que tu exerces ? », comme si notre profession était

    toute notre vie, comme si notre activité professionnelle était le premier,

    voire le seul critère pour nous définir.

     

    Alors oui, je sais, la plupart des gens passent la plupart de leur temps AU TRAVAIL,

    mais je ne suis pas « juste » mon activité professionnelle.

    Et surtout, je n’aime pas les étiquettes.

    Je n’aime pas être mise dans une case selon que je suis secrétaire, ingénieur,

    femme de ménage, chef d’entreprise ou avocate.

    D’autant moins que, derrière cette question apparemment innocente

    « qu’est-ce que tu fais dans la vie »,

    il y a souvent un besoin de se comparer, de savoir ce

    que vaut l’autre par rapport à soi.

     

    « Il est assez stérile d’étiqueter les gens

    et de les presser dans des catégories. »

    (Carl Gustav Jung)

     

    Vous n’êtes pas ce à quoi vous ressemblez physiquement,

    vous n’êtes pas ce que vous faites,

    vous n’êtes pas ce que vous possédez,

    vous n’êtes pas ce que les autres pensent de vous…

     

    Arrêtons de mettre les gens dans des cases,

    de coller des étiquettes selon que vous êtes maigre, grosse, blonde,

    handicapée, femme de ménage, cadre supérieur, issue d’une famille bourgeoise,

    de nationalité étrangère etc.

    Vous êtes bien plus qu’un corps physique, une couleur de cheveux,

    une nationalité ou un métier. Vous êtes, avant tout,

    un être spirituel qui vit une expérience humaine, avec des idées,

    avec des rêves, des sentiments.

     

    Vous êtes VOUS.

     

    Soyez pleinement ce VOUS sans vous laisser enfermer dans des cases,

    et sans étiqueter les personnes que vous rencontrez.

    Sinon, vous passez à côté de leur essence, de leurs qualités.

     

    Et sinon… euh… qu’est-ce que vous faites, vous, dans la vie ?


    –  bah je fais de mon mieux ! »

     

    Un message fort et sans détour qui a de quoi pousser à la réflexion

    et remettre certaines idées en place.

     

    Alors, la prochaine fois que vous aurez cette question sur le bout des lèvres,

    tournez votre langue sept fois dans la bouche et demandez plutôt :

     

    « Et toi, qu’est-ce que tu aimes dans la vie ? ».

     

     

     

    "ET TOI, QU'EST-CE QUE TU FAIS DANS LA VIE ?"

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    POURQUOI SE LEVER PLUS TÔT N'EST PAS UNE BONNE IDEE
     

     

     La tendance est au réveil très matinal pour rentabiliser son temps.

    Une mode qui fait de plus en plus d'adeptes, notamment dans les grandes villes.

    Mais ce « matin miracle » à l'américaine s'accorde en fait très mal avec notre

    rythme naturel, lié à celui du soleil.

    Pour cause : en été, en France, nous accusons déjà deux heures

    d'avance sur l'heure solaire ! 

     

    Se lever plus tôt que d’habitude pour vaquer à des occupations négligées ?

     

    C’est la grande mode du moment, sur fond d'injonctions à changer de vie.

     

    L’idée a été lancée en France en 2015 grâce à la diffusion sur internet du résumé

     

    en français du best-seller de l’Américain Hal Eldrod, The Miracle Morning (2012).

     

    Ce trentenaire devenu coach de vie défend que le loisir et la détente que l’on

    s’accorde le matin bien avant de commencer sa journée professionnelle

    - à travers des activités comme la méditation, le sport, la tenue d’un journal ou

    encore la pratique de la visualisation positive -,

    permettent d’entamer celle-ci de manière plus sereine.

    Heure de réveil recommandée pour réaliser ces activités à haut

    rendement individuel : 5h30.

     

    On se lève déjà deux heures plus tôt !

    Alors pourquoi pas, mais il y a tout de même une chose qu’il faut savoir :

    c’est que lorsqu’il est 5h30 à notre montre, il est en réalité 3h30 environ,

    soit deux heures de moins. Si nous sommes en été.

    En hiver, il n’est « que » 4h30. Pour être plus justes, on devrait dire en

    « période heure d’été » et en « période heure d’hiver ».

    Car c’est là le problème qui nous occupe : l’heure à laquelle nous vivons,

    l’heure « légale », n’est pas l’heure du soleil.

    Pour en arriver là, il a fallu l’intervention du législateur, mais aussi d’autres

    petits ajustements historiques : harmonisation au « temps moyen »

    du temps solaire, par nature irrégulier, puis temps universel.

     

    Du temps solaire au temps légal

    L’heure légale française, décrétée en 1978, en été, nous décale précisément

    de deux heures par rapport au temps universel, qui est lui-même un

    ajustement moderne, à quelques minutes près, du temps solaire.

     

    Le temps universel homogénéise l’heure par fuseaux horaires (UTC)

    pour des raisons d’organisation. Cette harmonisation géographique

    s’est construite progressivement du XVIe au XXe siècle.

    Elle passe sur les quelques minutes qui séparent les heures locales au sein

    d’un même fuseau horaire : avant 1891, l’horloge du palais ducal de Nancy

    n’indiquait pas la même heure que la tour de l’Horloge de Dinan.

    Les villes françaises vivaient à l'heure solaire.

    L’essor des chemins de fer et la nécessité d’harmoniser les horaires des trains

    sur le territoire national ont imposé par la suite de mettre

    toutes les horloges à l’heure de Paris.

     

    Un effort de guerre

    Mais cet artifice n’est rien à côté des quelque 120 minutes de décalage horaire

    que nous font subir les impératifs économiques qui ont présidé au premier

    établissement de ce décalage artificiel, sous l’Occupation (avant, la France avait son

    heure d’été, mais décalée d’une heure seulement et ce depuis 1916).

    Toutes ces mesures, mises ensemble, créent un décalage variant, en été,

    d'une heure et demi à deux heures par rapport au temps solaire,

    et en hiver, variant d’une demi-heure à une heure, ce qui semble moins difficile

    à supporter pour une majorité de personnes.

     

    Les personnes du soir souffrent plus du décalage estival

    En pratique, le 26 mars 2016, le soleil était au zénith à 12h56,

    ce qui signifie que nous avancions de 56 minutes par rapport à l'heure solaire.

    Le lendemain, une fois passés à l’heure d’été, le soleil était à son zénith à 13h56.

    Hop ! Une heure de décalage supplémentaire.

    Du 27 mars au 17 septembre 2016, en fonction des différents ajustements

    astronomiques, ce décalage varie de 1h44 à 1h56 selon les jours.

    Bref, difficile à encaisser pour nos organismes, alors aggraver cet écart

    en se levant encore plus tôt que plus tôt… non merci.

     

    Les personnes qui souffrent le plus du déphasage estival sont les enfants,

    les personnes âgées, les personnes dont la vie est réglée comme du papier à musique et…

    celles qui sont déjà du soir !

    Des tempéraments vespéraux qui s’inquiètent souvent de leur manque d’énergie

    le matin et désespèrent d’être fatigués au moment indiqué pour se coucher...

    Forcément : le 25 mai 2016, lorsqu’il était officiellement 23h00, il n’était en réalité

    que 21h12. Un peu tôt pour mettre la viande dans le torchon.

     

    Des économies d’énergie contestées

    Côté environnement, le prisme « vert » des économies d’énergie, les avis

    diffèrent quant à l’impact réel de ces deux heures remises en place sous la présidence

    de Valéry Giscard d’Estaing. L’Adème reste favorable à la mesure tandis que

    certaines associations y sont opposées pour des raisons de santé publique,

    d’autres enfin souhaitant, pour faire bonne mesure, ne retirer qu’une heure

    d’ensoleillement artificiel sur les deux que la France et l’Espagne s’offrent en été.

    Un record : la majorité des autres pays européens n’avancent raisonnablement

    que d’une heure pendant la période estivale.

     

    Plus matinaux que les poules ?

    Se lever non pas avec les poules, mais avant elles, n’est donc pas une bonne idée,

    à moins que vous soyez vraiment matinal de nature.

    Alors, que faire pour profiter malgré tout de nos matinées et nous offrir ces

    moments de détente recherchés ?

    Comment, d'abord, renouer avec le rythme du soleil ? 

    Les personnes les plus sensibles au décalage dû à l'heure légale éviteront à

    tout prix de se lever trop tôt, notamment en automne, lorsque les jours

    commencent à raccourcir.

    Au contraire, si vous êtes du soir (un test à faire pour le savoir), faites plutôt

    une bonne « fausse grasse mat'» : levez-vous peu après le soleil, mais pas avant lui.

     

    En été, le soleil se lève malgré tout bien plus tôt qu'en hiver, même si ce n’est

    pas à l’heure qu’indiquent nos montres. Exemple pour le 7 août 2016 : le « midi vrai » 

    (soleil au zénith) a lieu à 13h55. À 5h30, il sera donc « en vrai » 3h35.

    Mais ce jour-là, le soleil est de toute façon très matinal : son lever est annoncé ( !)

    à 6h32, les adeptes du Miracle morning peuvent donc raisonnablement régler

    leur réveil à cette heure-là (il sera « en vrai » 4h37).

     

    Déjeuner à l’espagnole

    L’idée étant d’essayer de vivre au rythme du soleil, ou le moins en décalage

    possible, essayez d’adapter vos horaires de travail : si votre employeur vous

    l’autorise, adoptez les horaires des grandes villes, où les journées de

    travail commencent généralement plus tard.

    Si vous franchissez la porte de votre entreprise à 9h00, entre mars et juillet,

    il est en réalité autour de 7h00 du matin. Pas si mal pour commencer une dure

    journée de labeur. Si votre travail nécessite de vous lever aux aurores

    (agriculteurs, infirmières, personnel de garde…), vous ne cherchez

    certainement pas à vous lever plus tôt, et tant mieux.

    En revanche, pour tout le monde, on peut décaler un peu son heure de déjeuner,

    vers 14h00. Déjeuner à 15h00, même, ne serait pas une idée loufoque. 

     

    Réglez votre montre à la vraie heure

    Pour prendre conscience de l’heure réelle, même si l’on ne peut pas s’y adapter

    à tous les moments de la journée, notamment au travail,

    réglez votre montre à « l’heure vraie ».

    Cela vous aidera au moins à cesser de culpabiliser lorsque

    vous vous sentez en décalage.

    Certaines applications indiquent l’heure du soleil avec précision chaque jour

    (Sun Surveyor, gratuite). Pour la calculer, il faut que les données comprennent

    l’heure du zénith, le « midi vrai ». C’est le repère à prendre pour régler sa montre

    à l’heure solaire, qui varie comme on l’a dit de quelques minutes chaque jour.

    Ce type d'applications, souvent destinées aux photographes à la recherche

    des beaux reflets de l’heure bleue, permet en outre de connaître

    l’heure de lever et de coucher de l’astre, ce qui ne sera pas inutile

    pour savoir quand vous coucher en hiver et en été.

     

    Matin miracle version express

    Que faire maintenant pour s’offrir ces moments de détente et d’introspection

    qui favorisent notre bien-être et notre concentration ?

    L’idée est bonne en soi.

    Simplement, essayez de déplacer un maximum de ces activités personnelles

    au soir, notamment ce qui ne sert pas directement à optimiser la journée qui va suivre.

    On peut réduire certaines activités à des temps plus courts le matin,

    l’idée essentielle étant de dérouler ce petit enchaînement de moments dédiés à soi 

    et de trouver son rythme : le sport peut être réduit à quelques mouvements de « dérouillage »

    et faire l’objet d’une séance plus longue en fin d’après-midi.

    Méditation et prière ont des effets positifs davantage liés à la régularité et à la qualité 

    qu’au temps passé. Enfin, le soir, si vous vivez à l’heure solaire, vous avez logiquement

    plus de temps pour vaquer aux autres occupations : formation, lecture, to-do-lists...

     

    Le matin, contentez-vous d'un récapitulatif rapide des actions à mener dans

    la journée, déterminez un objectif, captez une citation qui vous donnera du courage…

    Comme l’explique le Dr Sylvie Royant-Parola, spécialiste du sommeil, au site Metronews,

    « prendre le temps de se réveiller est une bonne chose quelle que soit l’heure du lever ».

     

    Le temps vrai au pays des horlogers

    Du matin au soir, adaptez votre vie au rythme du soleil et cessez de regarder

    trop votre montre légale. Grâce à une montre réglée à l'heure naturelle, on peut

    au moins prendre conscience de la réalité, ce qui est une libération en soi

    pour le psychiatre suisse Olivier Spinnler  :

    « Quand je discute d’insomnie avec mes patients, (...) si quelqu’un se plaint

    de ne pas pouvoir s’endormir avant 1 heure du matin et d’avoir de la peine

    à se lever avant 8 heures et demie, (...) en heure solaire, au printemps,

    cela donne : "Je n’arrive pas à m’endormir avant 23 heures 30 et j’ai de la

    peine à me réveiller avant 7 heures."

    Vous serez d’accord avec moi que ce n’est pas vraiment anormal ! »  

     

    Selon ce médecin, l'inconfort dû à l'heure artificielle se ressent de plus en plus

    à mesure que l'on avance en âge.

    Régler une deuxième montre au « vrai » temps est la première des solutions

    pour lui, ce qui n'est pas un luxe au pays de l'horlogerie.

     

    « En ce qui me concerne, la différence est spectaculaire sur mon vécu de la

    journée. Cela a clairement éliminé une "tension interne" dont j’ai fini par comprendre

    qu’elle était liée à cette distorsion entre le temps vécu et le temps subi ».

     

    Cette deuxième montre sera utile à la plage pour éviter de s'exposer aux mauvaises

    heures : entre midi et 16 heures. Vraies.

     

    Maintenant, vous saurez quoi répondre si on vous dit que

    vous cherchez midi à quatorze heures !

     

    POURQUOI SE LEVER PLUS TÔT N'EST PAS UNE BONNE IDEE

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  •  

     

    JOYEUX NOEL A TOUS

     

    "Noël n'est pas seulement une journée pour ouvrir des cadeaux...

     

    C'est aussi une journée pour ouvrir notre cœur !"

     

          JOYEUX NOEL A TOUS

     

    JOYEUSES FÊTES A TOUS

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    VERTUS ET BIENFAITS DE LA PATATE DOUCE

     

    En frites, en purée ou en gâteau, la patate douce se déguste à tout moment.

    Ses atouts charme dans l'assiette ?

    Sa couleur chaude et sa texture gourmande.

     

    Découvrez pourquoi la patate douce

    est votre nouvelle meilleure alliée santé.  

     

    Belle peau  

    Il n'y a pas que la carotte dans la vie, pourrait dire Fifi Brindacier.

    D'autant plus que la patate douce est riche en bêta-carotène, un composant

    qui rend votre peau un peu plus hâlée à chaque fois que vous en mangez.

     

    Mémoire dans la peau 

    Certains pigments permettraient de réduire les risques de détérioration

    de la fonction cognitive et renverseraient certains troubles de la mémoire

     

    A bas le cholestérol 

    Grâce à ses composés phénoliques, la patate douce pourrait prévenir l'oxydation

    du mauvais cholestérol (LDL) et donc réduire les risques

    de maladies cardiovasculaires. 

     

    Défense de l'organisme 

    Le polysaccharide que l'on trouve dans la patate douce exercerait des

    effets bénéfiques sur le système immunitaire, en augmentant les lymphocytes,

    facteur nécessaire à la défense de l'organisme.

     

    Contre le diabète 

    A prendre avec des pincettes.

    La patate douce blanche pourrait diminuer la résistance à l'insuline et donc améliorer

    le contrôle de la glycémie chez les personnes atteintes de diabète type 2.

    Toutefois, la patate douce est riche en glucides,

    un nutriment à contrôler pour les diabétiques.  

     

    Contre le cancer 

    Des chercheurs ont mis en évidence la diminution du risque du cancer du sein 

    chez les femmes ménopausées, avec l'augmentation de la consommation

     

     

    VERTUS ET BIENFAITS DE LA PATATE DOUCE

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique