•  

     

     

    Avec l’été arrivent les framboises et les mûres, des fruits présents dans l’alimentation humaine

    depuis très longtemps, et aux multiples bienfaits

     

    La Framboise

     

    Des ronces et des fruits

     

    Ronce sauvage, le framboisier a été domestiqué durant les premiers siècles, répandu par les Romains et amélioré pour

    qu’il produise des fruits plus gros.

    Très cultivé, le framboisier est souvent naturalisé dans les pays tempérés.

    En France, on le cultive depuis la fin du Moyen-âge.

    A cette époque, on apprécie les variétés sans épine et les framboises rouges et jaunes.

     

    A l’heure actuelle, on trouve plus de 200 espèces de framboisiers et de nombreux cultivars.

     

     

    On trouve donc des framboises de multiples variétés et on en trouve de plusieurs couleurs : jaune, orange, ambrée, pourpre, noire, etc.

    La taille des fruits, leur texture et leurs saveurs varient aussi. Quoi qu’il en soit, toutes les variétés ont en commun des bienfaits.

     

     

    La framboise, un excellent antioxydant

     

     

    Grâce à leur teneur importante en acide ellagique, en anthocyanines,  qui sont d’excellents antioxydants :

    ils neutralisent les radicaux libres du corps et préviennent plusieurs maladies.

    L’acide ellagique est également reconnu pour son action antimicrobienne et antivirale, tout comme l’acide gallique

    (plus présent encore dans la framboise noire).

     

    Pour préserver les qualités antioxydantes de la framboise, mieux vaut la consommer fraîche plutôt que déshydratée ou congelée.

     

     

    Un fruit très riche en minéraux

     

     

    La framboise est très riche en minéraux (1300mg pour 100kcal), et c’est une très bonne source en :

     

    • vitamine C (25 mg/100g)
    • magnésium (53 mg/100g)
    • calcium (58 mg/100g)
    • fer (1,8 mg/100g)
    • vitamine E
    • potassium

     

    La framboise est également riche en fibres : les grains contiennent de la cellulose, ce qui accélère le transit

    et lutte contre la constipation (gare donc aux effets secondaires si c’est le contraire – dans ce cas,

    on élimine les grains en consommant la framboise en coulis par exemple).

    La pectine adoucit et régule.

     

     

    La framboise en cuisine

     

    Le fruit est peu calorique : 38kcal aux 100g.

    On choisit des fruits fermes à la couleur brillante.

    La framboise ne se conserve pas longtemps (plus vous attendez, plus la vitamine C diminue, d’ailleurs) :

    2 ou 3 jours au réfrigérateur. On peut aussi les congeler.

     

    La framboise peut se consommer nature ou se mélanger au chocolat, s’intégrer à des salades de fruits,

    intégrer des confitures, etc. Dans certains cas, elle rejoint des sauces pour la viande ou autres,

    peut également rejoindre la recette de la sauce salsa.

    On en fait également un vinaigre, parfait pour déglacer une poêle ou dans une salade bien sûr.

     

     

     

    La Framboise

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    3 commentaires
  • Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

     

    65 % des français  font du sport au moins une fois par semaine…

    Et vous ? On le sait tous : le sport c’est bon pour la santé. Moral au top, maintien de son poids de forme,

    allié contre le stress, secret d’un bon sommeil, l’activité physique a tout bon.

    Oui mais voilà, nous ne sommes pas toujours très motivés pour chausser nos baskets.

     

    Et si on commençait par 30 minutes par jour ? 

     

     

    5 raisons de bouger 30 minutes par jour

     

     Vous n’avez sûrement pas échappé au slogan « Mangez bougez » placardé dans toutes les publicités à la télé...

     

    Tout comme « bien manger », bouger est essentiel. Voici 5 motivations supplémentaires :

     

    • Pour être d’humeur joyeuse

    Stop à la déprime ! L’exercice physique booste le moral, nous fait nous sentir mieux dans notre peau,

    et aide à combattre le stress et les contrariétés. Merci les endorphines secrétées par notre cerveau et

    qui se diffusent dans tout notre système nerveux central ! 

     

    Quand on fait du sport, la fabrication d’endorphine peut être jusqu’à cinq fois plus importante qu’au repos

     

    • Pour bien dormir

     

    On le sait, un sommeil réparateur est la clé d’une bonne forme et se prépare tout au long de la journée.

    Pour éviter de gamberger au coucher, une pratique de sport régulière favorise la détente et la relaxation,

    et donc l’envie de sombrer dans les bras de Morphée.

    Pour cela, il est préférable de pratiquer le matin ou en milieu de journée.

    En effet, faire du sport tard le soir augmente la température interne du corps et dérègle notre horloge biologique.

    Pensez à : des mouvements doux le matin, si vous ne commencez pas trop tôt, la pause déjeuner mise à profit

    pour un peu d’activité, juste après le travail si vous ne finissez pas trop tard.

     

    • Pour améliorer le système cardio-vasculaire

     

    Le sport a des effets prouvés sur le bon fonctionnement du cœur, à court et moyen terme.

    Très rapidement, notre fréquence cardiaque ralentit pendant l’effort et au repos, le cœur est moins sollicité

    et sa force de contraction augmente. La respiration est aussi améliorée, plus fluide, de meilleure qualité.

    L’activité physique améliore également la fluidité du sang et limite donc les soucis circulatoires.

     

    Le sport est votre véritable allié santé !

     

    • Pour booster l’immunité

     

    En plus de favoriser une bonne santé, le sport joue un rôle direct sur notre système immunitaire.

     

    Plus notre pratique est régulière, sans être excessive, plus l’immunité est au top !

     

    • Pour limiter sa prise de poids  

     

    Comme on s’en doute, pratiquer une activité physique est utile pour conserver son poids de forme.

    En effet, plus nos muscles sont développés, plus nous brûlons de calories au repos, entrant ainsi dans un cercle vertueux.

    Associé à un mode alimentaire adapté, le sport serait l’un des facteurs principaux de la prévention de l’obésité.

     

    N'oubliez pas de boire avant, pendant et après l'exercice physique !!!  

     

    5 raisons de bouger 30 minutes par jour

     

    (Source : le blog "Fleurance Nature")

     

    A découvrir prochainement : un article avec des idées pour faire très

    facilement 30 minutes d’exercice par jour  smile  

     

    (30 minutes facile, mais si, mais si ;-) 

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

     

    Un jour, le soleil se levant me fit un signe de ses rayons.

     

    Je ne compris pas tout de suite. Mettez-vous à ma place : je ne savais pas ce qu'il me voulait !

    Il m'invitait à le suivre, mais sur le pas de la Porte-des-Habitudes, je n'osais pas bouger.

    Pourtant, après quelques instants d'hésitation, je fis deux pas en avant et.... clac !

    La Porte-des-Habitudes se referma ! Prise de panique, je revins sur mes pas, mais il n'y avait rien à faire,

    toutes mes tentatives furent vaines. La porte refusait obstinément de s'ouvrir.

     

    Je m'assis, la tête dans les mains, et me mis à pleurer.

    Le soleil m'envoya un petit rayon câlin, brillant juste ce qu'il fallait pour ne pas m'effrayer,

    il ne me restait plus qu'à le suivre.

    Je me mis lentement en route. Je demandai au soleil de me promettre de ne pas m'abandonner, de rester toujours près de moi,

    mais il ne me répondit pas. Je ne savais que penser. Je n'étais pas très rassurée.

     

    Je regardais souvent en arrière, mais la Maison-du-Passé devenait de plus en plus petite, de plus en plus floue.

    Je n'avais pas eu le temps de faire mes bagages avant de partir, mais j'avais des réserves sur moi :

    quelques bonnes vieilles et énormes peurs, des divers complexes, et aussi beaucoup de manques dont les deux principaux :

    Manque-de-Tendresse et Manque-de-Confiance-en-Moi.

    Je pouvais compter sur eux tous, ils répondaient toujours présents.

    Au début, cela me rassura un peu, je restais en pays de connaissances.

     

    Chemin faisant cependant, une peur me lâcha, une petite, je ne m'en aperçus pas tout de suite.

    Puis une deuxième à son tour s'en alla, une troisième suivit de près.

    Cela devenait inquiétant. Si elles me laissaient toutes tomber, comment me reconnaîtrais-je ?

     

    Je ne pouvais plus les rattraper, mais je me promis de veiller sur les autres.

    Si elles pensaient que j'allais me laisser faire, elles se trompaient lourdement.

    Mes complexes, eux, étaient fidèles, ils ne me quitteraient pas de sitôt !

    Et les manques ne risquaient pas d'être comblés trop vite, j'étais vigilante ! 

     

    Cependant, mon inquiétude se transforma en angoisse le jour où je constatais que le Manque-de-Confiance-en-Moi

    avait les traits tirés. Je tentai aussitôt de le fortifier en lui montrant, en toute lucidité, tous mes défauts.

    Rien n'y fit, au contraire. A peine un défaut s'annonçait-il qu'une qualité que j'ignorais, à qui je n'avais jamais adressé la parole,

    qu'une qualité  nouvelle venait à sa rencontre. Le défaut pâlissait, s'éloignait, se recroquevillait et bientôt n'occupait plus qu'une toute petite place.

    Malgré tous mes efforts, plus le Manque-de-Confiance-en-Moi s'étiolait, dépérissait, plus les peurs filaient.

     

    Le Manque-de-Tendresse se manifesta, d'abord timidement, puis de plus en plus fort, jusqu'à se faire remarquer.

    Au début, il n'y avait que moi qui l'entendais, mais il réussit à soudoyer ma bouche pour pouvoir s'exprimer et demander ainsi à être comblé.

    Je fis des demandes incroyables dont certaines furent entendues.

    Devant cette débâcle, je ne savais plus ni qui j'étais,  ni qui j'aimais, ni où j'allais !

    Par moments, je ne voyais même plus le soleil, il me fallait alors le chercher et j'avais l'impression qu'il ne reparaîtrait jamais.

     

    Peu à peu, je remarquai cependant que je pouvais continuer à avancer même s'il n'était pas là.

    Il avait laissé en moi quelques uns de ses rayons !

    Mais j'avais encore besoin de recharger mes batteries, il me fallait encore souvent m'assurer qu'il n'était pas trop loin.

    Je n'avais pas compris que je pouvais moi aussi devenir soleil, rayonner aussi un jour !

     

    Il m'a fallu du temps. J'avais eu besoin que le soleil me montre la Voie, qu'il ait beaucoup de patience,

    beaucoup de douceur, pour que je puisse enfin vivre par moi-même.

    Pour que j'ose partir plus loin, pour que j'accepte aussi de le laisser éclairer d'autres personnes,

    Oh ! Cela ne veut pas dire que je n'aie plus envie de sa présence, mais simplement que je le suivais par besoin.

     

    Aujourd'hui, je peux m'éloigner de lui par Amour.

    Le soleil m'a aidé à comprendre qu'il n'était pas possible d'aimer sans une autonomie personnelle

     

    Dans ma vie actuelle, je sais qu'aimer, c'est être heureux pour que l'autre puisse être heureux sans moi !

     

    (Jacques Salomé)

     

     

     

    Le Conte d'une histoire vraie

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    7 commentaires
  •  

     

     

    Les femmes sont leur plus sévère critique !

     

    Vous êtes toutes beaucoup plus belles que vous ne le croyez !

     

     

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  •  

     

     

     

    Être heureux

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  •  

     

     

     

     

    S’écouter davantage, se traiter avec douceur et bienfaisance, se donner le droit au plaisir…

    Et si prendre soin de soi était la plus douce la plus sensuelle et la plus simple

    des façons de mieux vivre avec soi, donc avec les autres ?

     

     

    « Take care », « prends soin de toi », lancent les Anglo-saxons, lorsqu’ils se disent au revoir.

     

    Existe-t-il une recommandation plus aimante et plus avisée ?

    Prends soin de toi car tu es unique et précieux…

     

    Prendre soin de soi, c’est avant tout se donner le droit au bien-être.

    Mais pour cela, encore faut-il entendre ses besoins profonds et y répondre de manière appropriée.

    Pris dans la course folle du « toujours plus » et du « toujours mieux », on en oublie l’essentiel

    et l’on s’étonne de se sentir irrités, épuisés, à bout de souffle et à bout de nerfs.

     

    On ne peut évidemment pas transformer le monde d’un coup de baguette magique, mais on peut,

    par petites touches, recomposer un quotidien plus confortable, plus harmonieux, plus humain.

     

    Pourtant, lorsqu’une petite voix intérieure nous souffle  qu’il serait temps de changer ses habitudes,

    de se montrer plus attentif et plus généreux avec soi, on a aussitôt recours

    à des excuses toutes prêtes :

    « je n’ai pas le temps », « c’est un luxe que je ne peux m’offrir », « ce n’est pas la priorité »…

     

     

    Notre tort est de croire que prendre soin de soi exige des moyens qui sont hors de notre portée.

    Alors qu’il suffit de modifier certaines de ses habitudes pour s’apercevoir que le bien-être se tisse à

    partir de mille petits riens :

     

     

    S’accorder une pause dans une journée bousculée par les obligations et les contraintes,

    se faire plaisir sans culpabiliser, savourer la caresse du vent et du soleil sur sa peau,

    admirer la blancheur d’un paysage enneigé, d’une rue illuminée, se mettre à l’écoute de son corps

    trop souvent malmené par la dictature des apparences, poser sur soi et les autres

    un regard à la fois attentif et bienveillant…

    Tout cela nous fait, jour après jour, gagner en paix intérieure.

     

     

    Prendre soin de soi, contrairement à  ce qu’on croit trop souvent encore,

    n’est pas un acte égoïste, ni la preuve d’un narcissisme exacerbé, c’est au contraire une manière

    de conjuguer conscience de soi et respect des autres.

     

    En s’offrant du temps et des soins, en mettant de la conscience dans ses gestes les plus ordinaires

    en cessant d’agir envers soi de manière tyrannique ou négligente, on apprend à s’accepter et à s’aimer

    tel que l’on est, et l’on renonce ainsi à un idéal de perfection qui génère plus de souffrances et de

    frustration que de bien-être.

     

     

    Se soucier de soi, c’est aussi se soucier des autres, car qui sommes-nous sans les autres ???

    Rien n’est plus contagieux que le bien-être et la joie de vivre.

    Plus on se sent en paix, dans son corps comme dans son esprit, plus on se traite avec bienveillance

    et douceur, plus les relations avec les autres deviennent harmonieuses et généreuses.

    Comme si le bien-être que l’on ressentait, rayonnait autour de soi.

    Cette lumière intérieure est le secret de la beauté vraie. Celle qui est émouvante,

    authentique et singulière.

     

     

    PRENEZ SOIN DE VOUS !

     

     

     

    Prends soin de toi !

     

     

     

    Partager via Gmail

    5 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires
/* Fleche haut et bas */ /* Fin Fleche haut et bas */