•  

     

    Les six conservateurs dangereux en cosmétique à éviter absolument

     

    Dans mes précédents articles, je vous ai parlé des ingrédients utilisés en cosmétique,

    de la liste INCI (liste strictement règlementée par l'Union Européenne, des ingrédients que

    doivent impérativement indiquer les fabricants sur les emballages de leurs produits)

     

    Parlons aujourd'hui des "conservateurs"

     

    Il existe de nombreux conservateurs synthétiques utilisés dans les formulations cosmétiques

    pour prévenir l’apparition de micro-organismes tels que les bactéries ou les champignons

    dans les produits de beauté.

    Parmi les conservateurs privilégiés par l’industrie cosmétique car peu coûteux à utiliser,

    beaucoup présentent de graves risques pour la santé qu’il ne faut pas négliger.

     

    C’est le cas, entre autres, des célèbres parabens.

    Suspectés d’être cancérogènes et de perturber le système hormonal, ils ont été très

    souvent éliminés des formules cosmétiques au cours des dernières années.

    Malheureusement, ils ont en fait été remplacés par d’autres conservateurs, tout aussi

    toxiques dans la plupart des cas.

     

    La simple mention de « sans paraben » ne suffit donc en rien à garantir l’innocuité d’un

    produit cosmétique.

     

    Comment ainsi repérer les conservateurs dangereux dans une liste INCI ?

     

    On a identifié pour vous les 6 conservateurs chimiques les plus courants

    qu’il faut à tout prix éviter

     

     

    1-Les parabens / parabènes

     

    Cette famille de conservateurs synthétiques (Paraoxybenzoates) est utilisée dans

    pratiquement tous les types de produits cosmétiques non bio.

    Si les doutes sérieux quant à leur dangerosité nous poussent à les éviter comme la peste,

    on sait avec certitude qu’il en existe certains plus nocifs que d’autres.

    En effet, c’est la taille du paraben qui détermine son efficacité et sa toxicité potentielle :

    plus il est grand, plus il sera efficace et aussi plus nocif qu’un autre paraben ayant une plus petite taille.

     

    Edit : Victoire ! Le propylparaben et le butylparaben sont désormais interdits dans les

    produits sans rinçage destinés aux enfants de moins de 3 ans et devant être appliqués

    sur la zone du siège. Un pas en avant qu’il est bon de souligner !

     

    Les parabens les plus dangereux à éviter absolument sont :

    le propylparaben, le butylparaben et l’isobutylparaben.

     

    Le methylparaben et l’ethylparaben sont, eux, moins nocifs, mais restent

    fondamentalement indésirables dans un produit destiné au soin de la peau.

     

    2-Le triclosan

     

    Cet anti-bactérien synthétique est un perturbateur endocrinien connu qui influe sur le

    fonctionnement de la thyroïde. Il forme des résidus cancérigènes accumulables dans le

    corps que l’organisme ne sait pas éliminer.

    Accumulé avec d’autres perturbateurs endocriniens, il constitue un risque sur le long

    terme du fait de ce que l’on appelle « l’effet cocktail ».

     

    3-Le cetrimonium bromide

     

    Allergène reconnu, mais aussi très irritant pour le corps humain, ce conservateur chimique

    est très couramment utilisé pour conserver des produits nettoyants (eaux micellaires…).

    Malgré ses effets allergènes et irritants, la législation en vigueur autorise son utilisation

    en cosmétique jusqu’à une concentration maximale de 0,1 %.

     

    4-Le méthylisothiazolinone

     

    Très courant dans les formules de cosmétiques non bio, le méthylisothiazolinone est pourtant

    un fort irritant cutané. On le trouve principalement dans des produits de type shampoings,

    gels douche, crèmes pour la peau ou encore dans les lingettes bébés.

    Sur une liste INCI, on peut également le trouver sous les noms MIT ou Kathon CG.

     

    5-Les libérateurs de formols / formaldéhyde

     

    Les conservateurs dits « les libérateurs de formols » produisent lentement et sous forme

    de gaz du formaldéhyde. Ce composant est classé « allergène de classe A »

    par l’Institut Allemand de Documentation et d’Information Médicales,

    et « agent cancérigène connu » par le Centre international de Recherche sur le Cancer.

    Ses effets néfastes pour la santé sont liés à son risque d’inhalation tout autant qu’à son

    contact direct avec la peau et son contact proche avec les yeux.

     

    S’il existe des réglementations sur la concentration de formaldéhyde dans les produits

    cosmétiques, il n’en est rien concernant celle des libérateurs de formols.

    L’Union Européenne requiert simplement que la mention « contient des libérateurs de formols »

    soit signifiée sur l’étiquetage des produits en contenant plus de 0,05 %.

    Les plus communs qu’il faut tacher d’éviter sur une liste INCI sont les suivants :

    DMDM hydantoïne, diazolidinyl urea, imidazolidinyl urea, methenamine et quarternium-15.

     

    6-Le phénoxyéthanol

     

    Aussi connu sous le nom de phénoxytol ou EGPhE, le phénoxyéthanol est un conservateur de la

    famille des éthers de glycol, très répandu dans les produits cosmétiques (sauf bio ou 100 %

    d’origine naturelle). Nocif pour le foie et le sang, il présente également des risques

    cancérigènes et provoquerait des dysfonctionnements du système hormonal

    chez l’homme, atténuant la fertilité.

    Enfin, c’est un allergène reconnu pouvant entraîner de l’eczéma et de l’urticaire

    chez les personnes intolérantes.

    En plus de toutes ces raisons d’éviter le phénoxyéthanol, celui-ci présente de graves dangers

    chez l’enfant, pour qui le seuil de tolérance est beaucoup moins élevé que chez l’adulte.

    L’Agence Nationale de Sécurité du médicament recommande de limiter sa concentration

    à 0,4 % dans les produits pour enfants : à l’heure actuelle, la limite réglementaire est de 1 %.

    Cette recommandation s’accompagne d’un autre conseil, appuyé par l’Agence Sanitaire

    Française : ne pas utiliser de lingettes pour bébé contenant du phénoxyéthanol.

    La peau des nourrissons étant plus sujette à la pénétration qu’une peau adulte,

    d’autant plus chez les prématurés.

    Il est donc vivement déconseillé d’appliquer des produits contenant ce type d’ingrédients

    sur les parties génitales de l’enfant.

     

    (Source : "Féminin Bio" Article d'Anne-Marie Gabelica, fondatrice d'"oOlution",

    une gamme de produits bios formidables)

     

    Les six conservateurs dangereux en cosmétique à éviter absolument

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    12 raisons de faire une cure de Jus

     

    C'est le printemps, être moins fatigué, vieillir dans de bonnes conditions, prévenir

    certaines maladies… Les raisons de se mettre au jus ne manquent pas.

    En voici quelques-unes.

     

    1. Se faire du bien


    La cure de jus permet de réparer les excès et les dérapages de la vie quotidienne.

    Démarrer une cure de jus, c’est consommer uniquement des fruits et légumes sous forme liquide.

    Ainsi, vous mettez, le temps de la cure, votre appareil digestif au repos :

    l’estomac met moins longtemps à digérer les aliments ingérés.

    Absorbés sous forme liquide, les végétaux apportent à l’organisme le meilleur des

    nutriments qu’ils contiennent et ce en moins de 15 minutes.

    Durant la cure vous n’absorbez pas de gras, pas de protéines.

    Le foie se détoxifie plus facilement, l’estomac s’auto nettoie, les toxines sont éliminées.

    Une fois passée la première phase – durant laquelle vous aurez peut-être des maux de tête et serez un

    peu fatigué –, vous serez vite envahi par une énergie débordante.

     

    2. Réduire sa consommation de suppléments alimentaires


    Si vous avez l’habitude d’avaler des comprimés de vitamine C, des cocktails de vitamines

    et autres oligoéléments, la cure de jus permet de laisser de côté tous ces suppléments.

    Il faut près de 700 g de fruits et légumes frais par jour pour couvrir les apports journaliers

    recommandés en vitamines, minéraux et fibres.

    Un verre de jus de fruits et légumes maison est à lui seul un

    concentré de vitamines naturelles.

     

    3. Réduire sa consommation quotidienne de médicaments


    La cure de jus permet d’améliorer son état de santé de manière générale.

    De nombreux prescripteurs ont constaté les effets de la cure de jus sur leur

    consommation quotidienne de médicaments. C’est le cas notamment de Joe Cross.

    Cet Australien, qui a perdu 37 kg en 60 jours, était atteint d’une maladie chronique depuis l’enfance.

    Au moment de débuter sa cure, il souffrait d’obésité et bénéficiait de plusieurs traitements ;

    il a été suivi par un médecin tout au long de sa cure.

    Aussi, n’arrêtez jamais un traitement sans avis médical. Idem pour Jason Vale,

    le « Monsieur Jus » britannique qui souffrait d’obésité et fumait 2 paquets

    de cigarettes par jour avant de devenir l’apôtre des cures de jus.

     

    4. Améliorer son tonus – lutter contre la fatigue chronique


    Que ce soit pour 1, 3 ou 5 jours, ou en adoptant le jus de citron quotidien

    (avec de la cannelle c’est délicieux), la cure de jus est le meilleur moyen de lutter contre la fatigue,

    qu’elle soit passagère ou chronique.

    En réduisant drastiquement sa consommation de produits manufacturés

    (pain de mie, biscuits du commerce, plats prêts à consommer), on élimine les graisses et les additifs.

    On augmente naturellement sa dose de vitamine C.

    C’est aussi un bon moyen de lutter en partie contre les méfaits du tabac,

    car les fumeurs ont des besoins en vitamine C accrus de 25 % par rapport à un non-fumeur.

    Durant la cure, vous supprimez le café et le thé, des excitants naturels,

    qui acidifient l’organisme et entraînent stress et troubles du sommeil.

    Ce dernier s’en trouvera considérablement amélioré.

    Vous dormirez mieux, et serez… moins fatigué.

     

    5. S’alléger de quelques kilos 


    Perdre du poids n’est pas la raison principale qui doit vous inciter à vous lancer dans une cure de jus.

    En aucun cas la cure de jus est un nouveau régime diététique pour faire fondre vos kilos en trop.

    Dans ce domaine, la seule solution viable à long terme est le rééquilibrage alimentaire :

    manger de tout mais en quantité raisonnable.

    Et surtout écouter son corps.

    Mais il est incontestable que cette modification de votre alimentation pendant quelques

    jours permet de s’alléger de quelques kilos.

    De plus, les fruits et légumes sont un excellent coupe-faim.

    Les légumes rassasient bien et durablement.

    Le sucre contenu dans les fruits apporte à l’organisme cette dose de sucre naturel

    qu’il réclame parfois, et qui peut être complètement faussée par l’absorption

    de produits light, bourrés d’aspartame, stévia et autres édulcorants.

    De nombreuses études ont prouvé que les personnes qui consommaient des boissons

    light grossissaient plus que les autres.

    Avec les jus et les smoothies, à base de légumes ET de fruits, votre envie de sucre va

    naturellement s’équilibrer. Vous aurez plus de facilité à réguler votre appétit.

    Si vous êtes sujet aux fringales de fin de journée, un jus ou smoothie pris dans l’après-midi,

    entre 16 et 17 heures, vous permettra de patienter jusqu’au dîner,

    vous aurez moins faim et moins envie de vous ruer sur des choses grasses et sucrées.

    Et justement, en cas de violente fringale, on a rarement envie d’une assiette d’épinards,

    mais une fois qu’on a goûté un jus maison de fruits et légumes

    (un smoothie avocat-ananas-épinards, par exemple),

    il est plus facile de consommer une belle assiette de concombre-pomme-céleri-citron,

    sous forme… de jus, bien sûr !

     

    6. Une ordonnance naturelle de beauté


    Oubliés le teint terne, les ongles cassants et les cheveux raplapla.

    Les jus et les smoothies sont la meilleure ordonnance naturelle.

    Le carotène, les vitamines C et E, les polyphénols dont sont bourrés les fruits et

    légumes améliorent considérablement notre aspect physique.

    Ce qu’ils nous font à l’intérieur se voit à l’extérieur.

     

    7. Améliorer son équilibre émotionnel, lutter contre le stress


    Rééquilibrer le contenu de son assiette n’est pas simplement bénéfique à l’état général

    de votre corps, cela modifie considérablement votre état psychique et votre équilibre émotionnel.

    Magnésium, oméga 3, vitamines C et du groupe B sont les nutriments indispensables

    pour lutter contre les méfaits du stress.

    Or les fruits et légumes sont la source la plus importante de vitamines des groupes A, B

    (les légumes verts à feuilles, les choux, les asperges, les épinards) et C

    (les agrumes, les tomates, les poivrons…).

    Plusieurs études ont démontré la corrélation entre un régime alimentaire riche en fruits

    et légumes (500 g par jour environ) et un meilleur état émotionnel, une sensation générale

    de bien être*. Un verre d’épinards-céleri-concombre, n’est-ce pas mieux que 1 Xanax ?

     

    8. Le meilleur anti-âge naturel


    Les fruits et légumes sont une mine d’antioxydants : les polyphénols.

    Ce sont eux qui nous permettent de lutter contre le vieillissement cellulaire accéléré

    en formant une « barrière » contre les radicaux libres.

    Ajoutez à cela des vitamines, la consommation régulière de fruits et légumes nous aide

    à mieux vieillir. Norman Walker, l’un des « créateurs » du concept de cure de jus dans

    les années 1930 est mort à 99 ans !

    Et les régimes crétois ou Okinawa (où l’on observe le plus de centenaires !)

    mettent les fruits et légumes à la base de la pyramide de l’alimentation.

    Moins de viande, moins de sucre et de graisse mais toujours plus de végétaux !

     

    9. Prévention contre le cancer…


    Plusieurs centaines d’études démontrent les bienfaits d’une consommation accrue et régulière

    (400 g par jour, minimum) de fruits et légumes. Serge Hercberg, directeur du Centre de

    recherche en nutrition de l’Inserm et président du Programme national nutrition santé (PNNS),

    explique que plus on consomme de fruits et légumes au quotidien,

    moins on a de risques de développer un cancer.

    D’une part, ils sont une source importante de vitamines, de minéraux et d’antioxydants

    qui s’opposent à l’accumulation de radicaux libres dans les cellules,

    facteur du vieillissement cellulaire accéléré ; d’autre part, en consommant plus de fruits

    et légumes, on lutte contre l’obésité, qui est un facteur de risque de développer un cancer.

    Enfin, les molécules actives des fruits et légumes constituent une chimio prévention contre le cancer.

     

    10. … et l’ostéoporose 


    Les fruits et légumes sont une merveilleuse source de calcium et de potassium,

    indispensables pour lutter contre l’ostéoporose.

    Par ailleurs, ils sont le socle d’un bon équilibre acido-basique (voir ci-après),

    indispensable à un squelette en bonne santé.

    En adoptant les jus frais de fruits et de légumes, vous augmentez considérablement

    leur consommation. Cela ne veut pas dire que vous ne développerez pas une maladie grave

    au cours de votre vie, mais vous mettez plus de chances de votre côté pour les éviter.

     

    11. Améliorer son équilibre acido-basique


    Les fruits et légumes sont une mine de vitamines et d’antioxydants.

    Mais savez-vous qu’ils contribuent aussi très largement à l’équilibre général du corps.

    Les fruits servent de tampons aux attaques acides du corps, et les légumes neutralisent

    ces attaques acides. Dépourvus de fibres, les jus frais de fruits et de légumes

    se digèrent mieux qu’une assiette de crudités et apportent plus de vitamines

    qu’une assiette de légumes cuits. Aussi les fruits et légumes permettent de rétablir l’équilibre

    entre l’alcalinité et l’acidité du corps.

    Ils préviennent les problèmes de santé et nous aident à guérir des maux du quotidien.

     

    12. Pourquoi consommer les fruits et légumes sous forme de jus, plutôt que entiers ou cuits ?


    Presser les fruits et légumes permet d’éliminer les fibres.

    Ainsi réduits sous forme liquide, ils sont très facilement ingérés par l’organisme,

    en moins de 15 minutes. Les éléments nutritifs qu’ils contiennent sont ainsi assimilés très vite.

    Ils permettent de régénérer les cellules de l’organisme.

    C’est une alimentation « vivante » qui fait du bien à tout notre corps

     

     

    Cet article est un extrait du livre Cures de jus Santé/détox, de Myriam Darmoni,

    paru aux éditions Leduc.S. 

     

    12 raisons de faire une cure de Jus

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    7 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires