•  

     

    MONTRE MOI

     

    Il faut parfois voir les choses derrière les choses...

     

    Un homme s'éloigne, s'arrête, se retourne pour voir la distance parcourue, il se rend

    compte qu'il n'y a pas de traces dans la neige.

    Où est-il ? D'où vient-il ? Où va-t-il ? Que se passe-t-il ?

    Soudainement, il se rend compte qu'il se trouve à un point décisif de sa vie,

    au milieu d'une tempête de neige, quelque part dans un champ.

    Peu importe d'où il vient, il peut choisir d'aller où il voudra.

    Tout est à faire, à imaginer, à rêver.

    Sa présence dans la neige, sans passé, sans futur établi, est le résultat d'une

    transformation silencieuse. L'homme a marché en ne pensant pas, en ne pensant plus,

    puis, il s'est retrouvé ici. Nulle part et partout.

    Cet homme, cette personne, c'est chacun d'entre nous à un moment de notre existence...

    Comme dans une symphonie bien ordonnée, rien ne s'est signalé,

    rien ne s'est distingué et cette transformation, si importante, est demeurée invisible.

    Mais elle a tout de même eu lieu. Une autre année est passée.

     

    L'année 2015 n'a pas été à votre goût ?

    Effacez les traces dans la neige et débutez l'année 2016 en fonçant vers une

    destination plus excitante. Vivez au lieu de simplement durer.

    Le début d'une nouvelle année est l'occasion d'un commencement,

    lorsque rien n'est joué, lorsque tout est encore possible.

     

    La nouvelle année, tout comme la première fois, doit être entrevue comme un possible

    sans souvenirs. Laissez tomber le passé qui vous a retenu ou qui vous retient encore,

    émancipez-vous, vivez vos rêves au lieu de vivre ceux des autres.

    Vivez.

     

    Le premier mois de l'année peut devenir le lieu de la première fois en offrant

    le pivot de l'interprétation de l'œuvre de votre vie.

    S'il est parfois trop tard pour une dernière fois, il n'est jamais trop tard pour la première fois.

    En continuant d'avancer dans la tempête, le passé disparaît sous la neige,

    seul le présent est visible, le futur, composé d'incertitude, est à créer, est à-penser.

    Le présent vous permet de faire des choix maintenant

    afin que vous puissiez vivre autrement dans le futur.

     

    Dans la neige, sans traces, au moment présent, plus rien ne compte, tout est à faire.

    Vous êtes devant un choix : reculer ou avancer ?

    Le statu quo n'existe pas. « Si vous n'êtes pas occupé à naître, c'est que vous êtes

    occupé à mourir », disait Bob Dylan.

    Alors, devez-vous reculer vers une incontestable certitude ou avancer

    dans l'incertitude la plus vague ? C'est Oscar Wilde qui avait raison lorsqu'il affirmait

    que « c'est l'incertitude qui nous charme et que tout devient plus beau dans la brume ».

    Il faut apprécier l'incertitude parce que, sans le savoir, la certitude est une prison

    où nous nous sommes enfermés nous-mêmes.

    Alors, plutôt que de demeurer dans cette certitude, dans cette prison, pourquoi ne pas

    commencer quelque chose plutôt que de poursuivre vers la fin certaine ?

     

    Rejouez le premier coup.

    Refaites vos débuts.

    Réapprenez les premières leçons.

    Tracez une nouvelle ligne d'horizon.

    Laissez-vous étonner.

    Cessez d'inexister.

     

    Montrez-vous.

     

    MONTRE MOI

     

    Que la santé vous trouve sur son chemin et que les difficultés et les

    contrariétés vous soient épargnées.

     

    (René Villemure)

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Partager via Gmail

    4 commentaires