•  

     

    On entend de plus en plus parler des huiles essentielles, mais il est parfois difficile

    de savoir comment les choisir ou les utiliser.

    Retrouvez dans ce dossier les informations importantes à connaître

    avant de les utiliser.

     

    LES HUILES ESSENTIELLES : quelques réponses à vos questions

     

    Est-il dangereux d’utiliser les huiles essentielles ?

     

    Les huiles essentielles sont utilisées depuis très longtemps, mais en dépit de leur

    parfum attrayant, il est nécessaire de respecter certaines précautions.

    Les huiles essentielles sont en effet des substances très concentrées en molécules

    actives qui peuvent être toxiques ou irritantes.

     

    Il ne faut pas utiliser les huiles essentielles directement sur la peau ou les muqueuses.

    Pensez à bien vous laver les mains après toute manipulation.

    Respectez le mode d’emploi

    N’utilisez pas les huiles essentielles en présence de femmes enceintes ou d’enfants.

    Privilégiez les formules prêtes à l’emploi. Il est plus prudent d’éviter les associations « maison ».

    En cas de doute, n’hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien ou à un aromathérapeute.

    La combustion des huiles essentielles provoque la formation de composants toxiques, il ne faut

    donc pas les brûler (évitez les diffuseurs à bougie notamment).

     

    Si vous vous exposez au soleil, veillez à ne pas appliquer de soin à base d’huile essentielle

    d’orange douce, de citron ou de pamplemousse car ces huiles sont photo sensibilisantes

    et pourraient provoquer des taches sur la peau.

     

    De quelles manières peut-on utiliser des huiles essentielles ?

     

    Les huiles essentielles peuvent être utilisées:

     

    En diffusion atmosphérique

     

    Pour diffuser  les huiles essentielles dans l’atmosphère vous pouvez utiliser :

    Un diffuseur électrique. On en trouve de différentes formes (à la vapeur d’eau, aux

    ultrasons, par nébulisation). Leur avantage ?  Ils  permettent une diffusion rapide et efficace 

    des huiles essentielles. Pensez cependant à  bien respecter le temps de diffusion indiqué sur l’appareil.

     

    De fines tiges en rotin ou des galets à parfumer qui s’imprègnent du parfum des huiles essentielles

    et diffusent une senteur douce dans votre pièce.

    Certaines huiles essentielles ayant des vertus respiratoires peuvent également être inhalées.

    Le principe est simple : il suffit de mettre quelques gouttes d’huile essentielle dans un bol d’eau

    chaude,  de mettre une serviette sur sa tête et de se pencher au-dessus du bol pour profiter

    des bienfaits de l’huile. Utiliser par exemple quelques gouttes une synergie d’huiles essentielles

    de pin, thym, niaouli,  et eucalyptus pour dégager les voies respiratoires.

     

    Au contact de la peau

     

    Les huiles essentielles ne doivent jamais être appliquées pures sur la peau.

    Il faut les diluer dans une base neutre (huile végétale, crème, lait, beurre de karité...)

    pour éviter une irritation. Pensez à effectuer un test cutané au pli du coude pour vérifier votre

    sensibilité .Si aucune rougeur n’est apparue au bout de 48 heures, le risque d’allergie est faible

    et vous pouvez les utiliser en soin de beauté, en massage...  

    Vous pouvez aussi profiter des huiles essentielles dans votre bain, en le diluant,

    au préalable dans un dispersant (substance qui permet leur dispersion dans l’eau, sous forme

    de très fines gouttelettes) ou un lait.

     

    Le bon dosage ?

     

    En massage sur le corps : 25 gouttes d'huile essentielle (lavande ou ylang ylang par exemple)

    dans 25 cl d’huile végétale.

    Dans un soin pour le visage : 1 goutte d’huile essentielle dans une noisette de crème pour le

    visage  .

    Ajoutée à un shampooing : quelques gouttes suffisent.

    Traditionnellement on utilise l’huile essentielle de lavande pour éloigner les poux.

    Vous pouvez en ajouter 4 à 5 gouttes à votre shampooing ou utiliser de l’huile essentielle

    de Tea-tree pour purifier votre cuir chevelu et éviter que vos cheveux regraissent trop vite.

     

    Par voie orale

     

    Comme  pour la voie cutanée, l’ingestion d’huile essentielle pure est déconseillée.

    Les huiles essentielles sont des produits très concentrés qui peuvent être irritants

    pour les muqueuses. On les prend donc sur un sucre, une cuillère de miel ou diluée dans une

    huile végétale en s’assurant par avant de leur innocuité auprès d’un aromathérapeute,

      un pharmacien ou un médecin.

    Les gourmandes peuvent aussi les utiliser pour relever leurs salades ou  agrémenter

    leurs desserts. Mais attention au dosage : une ou deux  gouttes suffisent en général !

    Essayez par exemple deux gouttes de menthe poivrée sur un sucre contre le mal

    des transports ou pour mieux digérer après un repas un peu lourd.

    Ajoutez  quelques gouttes d’huile essentielle d’orange douce, aux vertus apaisantes, 

    dans un gâteau.

     

    Est-ce que les huiles essentielles tâchent ?

     

    Les huiles essentielles sont des composés naturels aromatiques et volatiles

    contenus dans les végétaux.

    On les extrait par distillation à la vapeur d’eau (dans un alambic) ou par pression à froid

    (pour les agrumes) et à la différence des huiles végétales, elles ne contiennent

    aucun corps gras. Faites l’expérience !

    Mettez une goutte d’huile essentielle sur un papier.

    Vous constaterez qu’elle ne laisse aucune trace en séchant.

    Vous pouvez donc en mettre quelques gouttes sur votre oreiller

    (huile essentielle de lavande par exemple) pour un sommeil serein.

     

    Peut-on conserver les huiles essentielles longtemps ?

     

    Oui, les huiles essentielles protégées de la lumière, à l’abri de la chaleur et dans un

    endroit sec  peuvent se conserver jusqu’à 5 ans.

     

    Les huiles essentielles ont-elles une action bénéfique sur le psychisme ?

     

    Les huiles essentielles, grâce à leurs senteurs  agissent sur notre cerveau  et influencent

    nos émotions ou notre comportement.

    Elles peuvent nous aider à nous relaxer, chasser le stress ou au contraire

    favoriser notre vitalité.

     

    Quelques exemples :

     

    Pour  trouver le sommeil : l’huile essentielle pure de bergamote (Citrus aurantium L. ssp bergamia)

    qui apporte en diffusion une ambiance propice à la détente et au sommeil.

     

    Pour vous relaxer : l’Huile essentielle d’orange douce* (Citrus sinensis L.) à l’odeur douce, fruitée

    et sucrée  qui apporte en diffusion une ambiance propice à la relaxation.

     

    Pour vous stimuler : l’huile essentielle de menthe poivrée.

     

    Peut-on associer plusieurs huiles essentielles ?

     

    Pour profiter des bienfaits des huiles essentielles il est possible de les combiner.

    Mais ne jouez pas aux apprentis sorciers et utilisez plutôt des synergies (associations)

    d’huile essentielles déjà prêtes à l’emploi.

     

    Peut-on extraire de l'huile essentielle de tous les végétaux ?

     

    Non. Sur les 800 000 espèces de végétaux recensées, seules 10% sont capables de produire

    ces précieuses essences. Ces plantes portent généralement le nom  de plantes aromatiques.

     

    De quelle partie d'une plante extrait-on l'huile essentielle ?

     

    Les huiles essentielles se cachent dans toutes les parties de la plante :

    écorce (cannelle), graines (fenouil), feuilles (eucalyptus), fleur (rose), bois (cèdre) ou racine (vétiver)…

      Et au sein d’un même végétal  on peut  aussi extraire plusieurs sortes d’huiles essentielles.

    C’est le cas  de l’oranger dont  les fleurs produisent l’huile essentielle de néroli, le zeste,

    l’huile essentielle d’orange et les tiges et les feuilles l’huile essentielle de petit grain.

    De même, suivant le mode de culture (bio ou pas), les conditions climatiques,

    l’origine ou la saison,  une même plante peut synthétiser des essences aux composants

    chimiques et aux actions différents.

    C'est ce qui permet de définir le "phénotype".

     

    Faut-il une grande quantité de plantes aromatiques pour produire une huile essentielle ?

     

    Oui. Par exemple, pour un litre d’huile essentielle  de clou de girofle  il faut 10 kg de clou de girofle,

    4 à 10 tonnes de pétales de rose pour l’huile essentielle de rose ou 150 kg

    de fleurs de lavande pour l’huile essentielle de cette fleur.

    On comprend mieux pourquoi elles sont si concentrées et si précieuses.

     

    Une Huile essentielle contient-elle de nombreux actifs ?

    Les huiles essentielles sont de « véritables concentrés » d’actifs !

    Certaines d’entre elles détiennent  même des records :

    la lavande contient près de 300 principes actifs et la rose 500 !

     

    Comment bien choisir une huile essentielle ?

     

    Différentes mentions doivent être inscrites sur le flacon.

    L’huile essentielle doit être 100% pure  de préférence bio

    (sans résidus de pesticides organochlorés ou organophosphorés,

    conformément à la réglementation.)

    Vous devez pouvoir identifier l’espèce botanique (nom en latin), l’organe producteur

    (feuilles, fleurs, racine..) et  l’origine géographique.

     

    (Source Fleurance Nature, le blog)

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    Je te donne l’impression que je suis forte, je te donne l’impression que je 

    suis sécure, que tout est ensoleillé en moi, à l’intérieur comme à l’extérieur. 

    Que confiance est mon nom et que calme est mon surnom. 

    Que la mer est calme et que c’est moi le maître et que je n’ai besoin 

    de personne et que je me débrouille toute seule… 

      

    Mais ne me crois pas 

    Je t’en supplie… 

    Écoute ce que je ne dis pas... 

      

    Regarde moi, tout semble aller, je fais un visage sévère ou je 

    ris tout le temps, mais sous mon vrai masque toujours 

    changeant qui me cache, là est mon vrai moi, mon moi confus, 

    apeuré, seul, mais que je cache depuis si longtemps... 

      

    Personne ne doit le savoir, mes faiblesses me font peur, 

    alors je joue à la forte et j’ai peur que l’on découvre ce petit 

    enfant en moi, qui a tellement soif d’amour et de tendresse 

    et qui aurait envie de pleurer... 

     

    Alors je me protège contre toi, j’ai peur d’être découverte. 

    Je me protège de ton regard de bonté, de ton oreille trop attentive. 

    J’ai peur que ton regard et ton écoute ne soient pas suivis 

    d’accueil et d’amour. J’ai peur que comme les autres, tu me 

    laisses tomber. J’ai peur de baisser dans ton estime alors je fais 

    semblant d’être une autre en te disant par mon attitude : 

    "ne m’approche pas". 

     

    Et pourtant je voudrais que tu approches. J’aurais besoin 

    de t’ouvrir mon cœur mais j’ai peur que tu ries de moi. Et si 

    tout à coup tu riais de moi, ton rire me ferait mourir et l’enfant 

    blessée en moi ne s’en remettrait pas. 

      

    J’ai peur, j’ai peur de ma fragilité et j’ai peur de ton regard, 

    j’ai peur que tu découvres qu’au fond de moi je ne suis rien, 

    que je ne suis qu’une bonne à rien et que je suis tendre, 

    si fragile là où toi tu parais fort. J’ai peur que tu vois que je ne 

    suis qu’une petite enfant blessée sous ma carapace,  une fillette 

    qui a refoulé ses larmes depuis si longtemps. J’ai peur que tu 

    me rejettes. 

      

    Alors je fais semblant, je me durcis, je fais des farces, je joue 

    mon jeu de théâtre avec mon décor de femme forte, mon décor 

    extérieur de sécurité. Et pourtant, à l’intérieur, je tremble, 

    je tremble comme une enfant fragile qui voudrait être aimée. 

      

    C’est pour cela que je m’amuse à te parler de n'importe quoi, 

    je te dis des riens et je te parle de tout, sauf de ce qui crie en moi. 

    Je te parle de tout sauf de mon cœur, sauf de ma blessure qui saigne. 

     

    Mais je t’en supplie, ne te laisse pas tromper par mon attitude 

    froide ou fermée ou trop superficielle. Je t’en supplie, écoute mon 

    cœur qui ne parle pas, mais que j’aimerais tant pouvoir te dire 

    pour me libérer. Car toi seul pourrais me faire croire que je vaux 

    vraiment quelque chose, qu’il y a du bon en moi et que quelqu’un 

    pourrait m’aimer pour moi-même. 

      

    Je voudrais m’ouvrir à toi, je voudrais être spontanée, tendre et 

    vraie car au fond, je déteste me cacher et jouer 

    ce jeu de masques que je joue depuis si longtemps. 

    Je voudrais être moi-même mais je n’ose pas, j’ai peur. 

    J’ai peur de ne pas être acceptée, j’ai peur d’être jugée, rejetée,

    et je suis enfermée derrière les barreaux de ma prison 

    intérieure et ne sais plus comment ouvrir la porte. 

      

    Alors je t’en supplie, approche-toi doucement... 

    Il faut que tu m’aides ; 

     

    Écoute ce que je ne dis pas et aime-moi derrière mon masque... 

     

    Peut-être que par ton amour inconditionnel 

    qui capte au-delà des apparences et des mots, 

    j'apprendrai à aimer la personne que je suis !!!... 

     

    (auteur inconnu) 

      

    Ime-moi derrière mon masque !


     

      Nous portons tous un masque... En psychologie cela porte plusieurs noms : "Personnalité", "Ego"

    "Moi véritable"... Peu importe, je ne veux pas vous faire un cours de psychologie...

    Ce "masque" nous l'avons forgé nous-même, dans la petite enfance, suite à notre éducation,

    selon notre milieu, nos maîtres, nos expériences multiples, pour plaire à ceux que

    nous aimions, donner de nous le meilleur aspect, le meilleur caractère...

     

    Ce masque n'est pas notre véritable Moi, mais il peut nous être fort utile dans certaines

    occasions... Cependant, lorsque nous le portons en permanence, nous devenons tristes,

    avons peur, ne nous aimons pas, et la vie nous est fardeau.

     

    Alors, si ce magnifique poème vous interpelle, si vous cherchez à faire taire un peu

    votre Ego qui n'est pas toujours de bon conseil, hélas, si vous êtes malheureux

    de cette situation, n’hésitez pas à vous faire aider : savoir qui l'on est vraiment

    est une bénédiction dans la vie, une délivrance, un accès au Bonheur !

     

    Aime-moi derrière mon masque !

     

     

     

    Partager via Gmail

    4 commentaires
  •  

     

    Dans l’alimentation de tous les jours, se trouvent des composants maléfiques qui sont

    responsables de la prise de poids et même, parfois, de déprime, mauvaise humeur, etc…

    C’est pour ça que l’on prône un retour au bio et que l’on recommande de faire attention

    à nos achats…

     

    Petit tour d’horizon des additifs alimentaires qu’il faut éviter absolument !

     

    1.   Les colorants 

    On les trouve dans les bonbons, dans le jambon, les biscuits apéros, les plats préparés

    Ce sont eux qui donnent une belle couleur aux aliments et qui font envie.

    Et bien sur, comme on achète tout d’abord avec nos yeux, on tombe dans le piège facilement.

     


     Que risque-t-on ? Insomnies, maux de tête, hyperactivité, troubles de la thyroïde..

    un programme qui ne fait pas du tout envie !


     Comment les éviter ? Regarder la composition : si vous voyez les indices E100 et E199,

    vous pouvez reposer ! 

     

    2.   Les édulcorants artificiels 

    Ils se divisent en divers petits noms : sucralose, cyclamate, saccharine, aspartame, neotame.

    Ce sont des additifs qui donnent un goût sucré aux aliments.

    Exemple : les chewing gum sans sucre, que l’on achète en ayant bonne conscience,

    sont en fait bourrés d’édulcorants, qui laissent tout de même un goût sucré

    pour que ce soit agréable à mâcher.

    Et c’est la même chose pour tous les produits dits « allégés en sucre ».



    Que risque-t-on ? Fatigue chronique, maux de têtes, et peut déclencher des maladies plus

    graves comme Parkinson ou Alzheimer.


    Comment les éviter ? Si dans la liste d’ingrédients, vous trouvez E950 jusqu’ à E968,

    évitez-les !

     

    3.   Les gras trans 

    Le gras, c’est ce que l’on souhaite éviter à tout prix lors d’un régime,

    au même titre que le sucre. Et pourtant, si certaines graisses sont dangereuses pour

    la santé, d’autres au contraire sont nécessaires.

    Le terme « trans » signifie que les acides gras ont une forme particulière,

    et que l’organisme ne reconnait pas. Elles sont donc difficiles à épurer.

    On les retrouve principalement dans les huiles végétales hydrogénées,

    plats cuisinés, margarines, viennoiseries…



    Que risque-t-on ? De graves conséquences sur le système cardiovasculaire.

     

    Comment les éviter ? Malheureusement, il n’y a pas d’indices précis pour les gras trans.

    On recommandera donc d’éviter les plats cuisinés et les huiles végétales bas de gamme,

    et de réduire la consommation de produits animaux à 3 fois par semaine maximum.
     

    4.   Le glutamate 

    Il s’agit d’un exhausteur de goût.

    On le trouve généralement dans les biscuits salés ou sucrés, les sauces,

    certains plats préparés, … Il agit comme une drogue et rend accro, ce qui explique

    pourquoi on a souvent du mal à se contenir de ne pas finir sur le champ un paquet de gâteau.



    Que risque-t-on ? Comme il empêche le bon fonctionnement des hormones responsables

    de l’appétit et de régulation du sucre, il triple le taux d’insuline,

    et favorise fortement le diabète.


    Comment les éviter ? En lisant bien attentivement les étiquettes de composition,

    ce sont les E621 et les E625.


     
    On y réfléchira à deux fois quand on ira faire les courses.

    Quitte à y passer plus de temps et bien observer les étiquettes,

    il en va de notre santé !  

     

     

    4 additifs alimentaires à éviter absolument


    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    Il est parfois difficile d’admettre que l’on est entré dans le jeu d’un pervers …

    Surtout s‘il est un proche … 

    Et ce jeu peut continuer des années …

    Détruisant à petit feu, toujours et encore, une personne …  

    Et puis, un jour, il y a un regard trop méprisant

    Il y a le mot de trop, la phrase qui fait tout basculer...

    Celle qui enfin, permet de dire « stop » !!!

    Car c’est une question de Vie ... de simple survie ... ou de mort …

    Seul celui ou celle qui a vécu cette situation peut comprendre cette douleur...

     

    Aujourd'hui ... Elle a choisi de vivre ... 

     

    L'invisible qui blesse :

     

    Narcissisme et perversité


    Aux violences physiques dont les conséquences sont visibles,

    il faut ajouter celles, uniquement psychologiques et invisibles.

    Ces dernières seraient perpétrées par des suceurs d’âme, autrement dit

    des « personnalités narcissiques perverses» qui s’appropriant l’existence de l’Autre,

    transforment leur vie en enfer.

    De petits actes pervers sont si quotidiens qu'ils paraissent la "norme"

    Il y a les coups mais il y a aussi les paroles désobligeantes,

    les regards réprobateurs et l'atmosphère de cynisme auxquels

    les victimes de violence doivent faire face.

    Au delà des coups qui laissent des traces, au delà des agressions physiques

    qui provoquent des yeux au beurre noir ou des bras cassés,

    il y a la violence psychologique qui laisse des âmes meurtries.


    Il est possible de détruire quelqu'un juste avec des mots, des regards,

    des sous-entendus :

    Cela se nomme

    "Violence perverse ou harcèlement moral"  

     

    Plus précisément, il existe plusieurs portraits de l'agresseur et du type de

    relation qu'il établit avec sa ou ses victimes, le processus qui mène à la

    destruction de l'autre et finalement, les conséquences de cette

    violence et les moyens de s'en sortir lorsqu'on en est victime.



    Les narcissiques


    Qui sont ces agresseurs ?

    Peut-on les reconnaître ?

    Il s'agit d'individus, hommes ou femmes, ayant une personnalité

    de type narcissique assortie d'un comportement pervers :


    Pourtant, les narcissiques ou personnalités narcissiques perverses,

    nous les croisons souvent dans notre entourage.

     

    Le narcissique se caractérise notamment par :

      un sens grandiose de sa propre importance, est absorbé par

    des fantaisies de succès, de pouvoir, pense être " spécial "

    et unique, a un besoin excessif d'être admiré, pense que tout lui est dû,

    exploite l'autre dans les relations interpersonnelles,

    manque d'empathie, envie souvent les autres, fait preuve d'attitudes et de

    comportements arrogants .

    Le narcissique ne présente peut-être pas toutes ces caractéristiques en même temps...

    Cinq d'entre elles suffisent pour qu'on le reconnaisse ainsi.

     
    Et la perversité, elle, se reflète dans la déviation de l'instinct moral,

    social, de ces individus :  "Les pervers narcissiques" sont considérés

    comme des psychotiques sans symptômes, qui trouvent leur équilibre en

    déchargeant sur un autre la douleur qu'ils ne ressentent pas et les contradictions

    internes qu'ils refusent de percevoir.

    Ils "ne font pas exprès" de faire mal, ils font mal parce qu'ils ne savent

    pas faire autrement pour exister.


    Et c'est ainsi que la personnalité narcissique perverse s'empare de la vie des autres.

    Ces individus font souffrir leurs victimes en silence.

    Ils les réduisent à néant en les dépossédant de leur vitalité,

    de leur confiance en eux, de leur estime d'eux-mêmes.


    Pour le narcissique, les autres ne sont que le prolongement de lui-même :

    un Narcisse, au sens du Narcisse d'Ovide, est quelqu'un qui croit se trouver en se

    regardant dans le miroir. Sa vie consiste à chercher son reflet dans le regard des autres.

    Il n'a pas de vie propre et les autres non plus.

    Le narcissique est en quelque sorte un voleur...

    Un voleur de vie,

    Un voleur d'âme.

     

    Vous reconnaîtrez ces personnes lorsqu'elles vous ferons ressentir :

    -que vos points de vue ne valent rien,

    -lorsqu'elles vous feront sentir coupables d'exister de façon autonome,

    -lorsqu'elles s'approprieront vos victoires

    -et qu'elles vous blâmeront amèrement pour vos fautes.

     

    Comme des vampires, les personnalités narcissiques

    sucent la vitalité de leurs victimes.

     

    Qu'elles le fassent intentionnellement ou non, les résultats sont les mêmes.


    Le pervers narcissique essaie de pousser sa victime à agir contre lui

    pour ensuite la dénoncer comme  mauvaise.

    Ce qui importe pour le pervers narcissique c'est que  la victime 

    paraisse responsable de ce qu'il lui arrive.

     

    L'originalité et le malheur du narcissisme  pathologique viennent de ce que ce

    narcissisme exacerbé est construit sur un vide.

    Il en vient à haïr et à détruire ce qu'il aime et recherche intensément... 

     

    Le problème du pervers narcissique est de remédier à son vide.

    Pour ne pas avoir à affronter ce vide (ce qui serait sa guérison),

    le Narcisse se projette dans son contraire.

    Il devient pervers au sens premier du terme : il se détourne de son vide

    (alors que le non pervers affronte ce vide).

    D'où son amour et sa haine pour une personnalité maternelle,

    la figure la plus explicite de la vie interne.

    Le Narcisse a besoin de la chair et de la substance de l'autre pour se remplir.

    Mais il est incapable de se nourrir de cette substance charnelle,

    car il ne dispose même pas d'un début de substance qui lui permettrait d'accueillir,

    d'accrocher et de faire sienne la substance de l'autre.

    Cette substance devient son dangereux ennemi, parce qu'elle le révèle vide à lui-même.

    Les pervers narcissiques ressentent une envie très intense à l'égard de ceux qui semblent

    posséder les choses qu'ils n'ont pas ou qui simplement tirent plaisir de leur vie.

    Le bénéfice de cette opération est de posséder un partenaire qui permet d'accéder

    au pouvoir. Ils s'attaquent ensuite à l'estime de soi, à la confiance en soi chez l'autre,

    pour augmenter leur propre valeur.

    Ils s'approprient l'autre...


    Les victimes


    Les victimes peuvent endurer ce type de relations pendant des années avant de

    se rendre compte qu'il y a quelque chose qui cloche.

    Elles passent souvent pour des être faibles, sans défense ou masochistes.

    Souvent, elles n'osent pas porter plainte car le comportement de leur agresseur

    est généralement trop subtil pour que leur entourage s'en rende compte.

    Isolées dans ce processus étroit, acculées au pied du mur, les victimes

    finissent par se retrouver en dépression, et peuvent même succomber au suicide.

    Ce processus se décrit comme étant

    "un véritable meurtre psychique".

    Un meurtre propre, un meurtre presque parfait...


    Ce scénario peut se produire dans un couple, dans la cellule familiale,

    entre un parent et un enfant mais aussi, dans le milieu de travail.

     


    Or, les victimes peuvent s'en sortir et se réapproprier leur existence,

    criant qu'elles ont de se faire entendre, de nommer les violences pour mieux

    les identifier et ainsi mieux les reconnaître et les éviter la prochaine fois.

    En sommes, elles doivent réapprendre à vivre,

    se réapproprier leur existence, leur personnalité et accepter d'être

    ce qu'elles sont avec leurs forces et leurs faiblesses.



    Violence invisible...parlons-en !


    La violence, qu'elle soit physique ou psychologique, laisse des marques.

    La violence physique est généralement accompagnée de harcèlement moral

    mais l'inverse n'est pas forcément vrai.

    Ne doit-on se mobiliser que lorsque les victimes sont rouées de coups ?

    Combien d'hommes, de femmes et de jeunes adultes vivent dans un état de dépression

    sans fin ou se suicident parce qu'une personne de leur entourage

    les agresse psychologiquement ?

     

    Combien ?

    Les statistiques n'en tiennent pas compte...encore.


    Le seul moyen de venir à bout de ce triste phénomène est d'en parler ouvertement.

    Le seul moyen est de reconnaître socialement qu'il existe des personnalités narcissiques

    perverses dans nos couples, dans nos familles et dans nos milieux de travail.  

     

    Même invisible, la violence blesse terriblement.

     

    Le Harcèlement moral

     

    (Également lutte contre les violences faites aux Hommes, les pervers narcissiques pouvant aussi être des femmes)

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    8 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires
/* Fleche haut et bas */ /* Fin Fleche haut et bas */