•  

     

     

     

    « Ne fréquente pas ceux qui sont à moitié amoureux,

     

    Ne sois pas l’ami de ceux qui sont à moitié des amis …

     

    Ne lis pas ceux qui sont à moitié inspirés.

     

    Ne vis pas la vie à moitié

     

    Ne meurs pas à moitié

     

    Ne choisis pas une moitié de solution

     

    Ne t’arrête pas au milieu de la vérité

     

    Ne rêve pas à moitié

     

    Ne t’attache pas à la moitié d’un espoir

     

    Si tu te tais, garde le silence jusqu’à la fin, et si tu t’exprimes,

     

    exprime-toi jusqu’au bout aussi.

     

    Ne choisis pas le silence pour parler, ni la parole pour être silencieux …

     

    Si tu es satisfait, exprime pleinement ta satisfaction et ne feins pas d’être à moitié satisfait …

     

    Et si tu refuses, exprime pleinement ton refus, car refuser à moitié c’est accepter...

     

    Vivre à moitié, c’est vivre une vie que tu n’as pas vécue …

     

    Parler à moitié, c’est ne pas dire tout ce que tu voudrais exprimer,

     

    sourire à moitié, c’est ajourner ton sourire,

     

    aimer à moitié, c’est ne pas atteindre ton amour

     

    être ami à moitié c’est ne pas connaître l’amitié …

     

    Vivre à moitié, c’est ce qui te rend étranger à ceux qui te sont les plus proches,

    et les rend étrangers à toi …

     

    La moitié des choses, c’est aboutir et ne pas aboutir, travailler et ne pas travailler,

    c’est être présent et … Absent …

     

    Quand tu fais les choses à moitié, c’est toi, quand tu n’es pas toi-même, car tu n’as

    pas su qui tu étais. C’est ne pas savoir qui tu es …

     

    Celui que tu aimes n’est pas ton autre moitié … C’est toi même,

    à un autre endroit, au même moment.

     

    Boire à moitié n’apaisera pas ta soif, manger à moitié ne rassasiera pas ta faim …

     

    Un chemin parcouru à moitié ne te mènera nulle part …

     

    Et une idée exprimée à moitié ne donnera aucun résultat …

     

    Vivre à moitié, c’est être dans l’incapacité et tu n’es point incapable …

     

    Car tu n’es pas la moitié d’un être humain

     

    Tu es un être humain…

     

    Tu as été créé pour vivre pleinement la vie, pas pour la vivre à moitié …»

     

     

    (Khalil Gibran)

     

     

    Vivre pleinement

     

     
     
     
     
    Partager via Gmail

    3 commentaires
  •  

     

    Vous me dites, Monsieur, que j'ai mauvaise mine,


    Qu'avec cette vie que je mène, je me ruine,


    Que l'on ne gagne rien à trop se prodiguer,


    Vous me dites enfin que je suis fatigué.

     

    Oui je suis fatigué, Monsieur, et je m'en flatte.


    J'ai tout de fatigué, la voix, le cœur, la rate,


    Je m'endors épuisé, je me réveille las,


    Mais grâce à Dieu, Monsieur, je ne m'en soucie pas.


    Ou quand je m'en soucie, je me ridiculise.


    La fatigue souvent n'est qu'une vantardise.


    On n'est jamais aussi fatigué qu'on le croit !


    Et quand cela serait, n'en a-t-on pas le droit ?

     

    Je ne vous parle pas des sombres lassitudes,


    Qu'on a lorsque le corps harassé d'habitude,


    N'a plus pour se mouvoir que de pâles raisons...


    Lorsqu'on a fait de soi son unique horizon...


    Lorsqu'on a rien à perdre, à vaincre, ou à défendre...


    Cette fatigue-là est mauvaise à entendre ;


    Elle fait le front lourd, l'œil morne, le dos rond.


    Et vous donne l'aspect d'un vivant moribond...

     

    Mais se sentir plier sous le poids formidable

     

    Des vies dont un beau jour on s'est fait responsable,


    Savoir qu'on a des joies ou des pleurs dans ses mains,


    Savoir qu'on est l'outil, qu'on est le lendemain,


    Savoir qu'on est le chef, savoir qu'on est la source,


    Aider une existence à continuer sa course,


    Et pour cela se battre à s'en user le cœur...


    Cette fatigue-là, Monsieur, c'est du bonheur.

     

    Et sûr qu'à chaque pas, à chaque assaut qu'on livre,


    On va aider un être à vivre ou à survivre ;


    Et sûr qu'on est le port et la route et le quai,


    Où prendrait-on le droit d'être trop fatigué ?


    Ceux qui font de leur vie une belle aventure,


    Marquant chaque victoire, en creux, sur la figure,


    Et quand le malheur vient y mettre un creux de plus


    Parmi tant d'autres creux il passe inaperçu.

     

    La fatigue, Monsieur, c'est un prix toujours juste,


    C'est le prix d'une journée d'efforts et de luttes.


    C'est le prix d'un labeur, d'un mur ou d'un exploit,


    Non pas le prix qu'on paie, mais celui qu'on reçoit.


    C'est le prix d'un travail, d'une journée remplie,


    C'est la preuve, Monsieur, qu'on marche avec la vie.

     

    Quand je rentre la nuit et que ma maison dort,


    J'écoute mes sommeils, et là, je me sens fort ;


    Je me sens tout gonflé de mon humble souffrance,


    Et ma fatigue alors est une récompense.

     

    Et vous me conseillez d'aller me reposer !


    Mais si j'acceptais là, ce que vous me proposez,


    Si j'abandonnais à votre douce intrigue...


    Mais je mourrais, Monsieur, tristement... de fatigue.

     

     

    Robert Lamoureux 

     

     

    Eloge de la fatigue

     


      

     

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  •  

     

    Stop aux mauvaises habitudes qui font vieillir !

     

    Le corps est une machine merveilleuse.

    Mais en consommant chaque jour certains aliments qui nous volent notre jeunesse,

    on multiplie les effets délétères sur nos organes, nos muscles, notre santé…

    et on prend de l’âge sans même avoir le temps de souffler les bougies !

     

    Trop de sucre : les rides adorent


    Pourquoi il faut éviter ?

    L’excès de sucre (glucose, fructose) génère de l’embonpoint mais également un

    vieillissement cellulaire accéléré.

    Consommés en quantité, glucose et fructose provoquent dans l’organisme la glycation

    des protéines. Ce phénomène, qui entraîne la formation de toxines, détériore le collagène

    de la peau, la rendant moins élastique… et ainsi plus ridée !


    On corrige le tir. Les Français consomment 50 à 60 g de sucre/jour.

    L’OMS qui recommandait 50 g/jour jusqu’en 2014, appelle désormais à abaisser

    ce seuil à 25 (soit 6 c. à café).

    La bonne dose journalière : 2 à 3 fruits frais ou compotes sans sucre ajouté,

    1 c. à café de confiture allégée dans les yaourts, pas de boissons sucrées.

    On zappe les plats cuisinés, soupes en brique, céréales…

    riches en sucres cachés et on limite pâtisseries, confiseries à 2 fois/semaine.

     

    La charcuterie, mon amie, risque cardio-vasculaire en hausse !


    Pourquoi il faut éviter ?

    En augmentant de 56 % les risques de maladies cardio-vasculaires (première cause de

    mortalité dans le monde, deuxième en France),

    fritures et charcuteries nous font assurément vieillir plus vite.

    De plus, leurs acides gras saturés, suspectés de favoriser la prolifération des tumeurs,

    augmentent le risque de cancer colorectal et « nourrissent » les facteurs de risque

    de maladies cardiaques : cholestérol, diabète…


    On corrige le tir. On se contente d’un petit plaisir par mois avec les charcuteries les

    plus grasses (à 30 % de MG : mortadelle, pâté, saucisson…)

    On préfère celles à 4 à 5 % de MG : jambon blanc maigre, jambon de volaille, bresaola,

    viande des grisons, bacon…

    La bonne dose journalière : 1 tranche jambon ou 6 tranches de bresaola.

     

    Pas assez de bon gras, bye-bye la mémoire !


    Pourquoi il faut en manger ?

    C’est prouvé : les personnes qui consomment le plus de DHA, le principal acide gras

    polyinsaturé oméga-3 (présent dans les poissons gras), ont des chances

    nettement plus faibles d’être atteintes d’Alzheimer.

    Et ce, dès la première portion puisque celles qui mangent du poisson gras une fois par

    semaine ont 35 % de risque en moins de développer la maladie,

    comparativement à celles qui n’en mangent presque jamais.


    On corrige le tir. Il est impératif de booster ses menus avec différentes sources d’oméga-3.

    La bonne dose hebdomadaire : 2 portions de poissons gras (saumon, thon, maquereau, sardine…

    frais, surgelé ou en conserve) et des huiles riches en oméga-3

    (noix, colza, lin) dans la vinaigrette, car elles supportent mal la chaleur.

     

    Trop peu de protéines, gare à la perte musculaire


    Pourquoi il faut en manger ?

    Les besoins ne diminuent pas avec l’âge. À partir de 50 ans, ils augmentent même d’environ

    20 % et permettent de préserver la masse et la force musculaire

    (dont la perte favorise les chutes, fractures…),

    ainsi que certaines vitamines essentielles.


    On corrige le tir. Misez sur des protéines animales d’excellente qualité

    (œufs, poisson sauvage, viande blanche ou rouge à 5 % de MG : bœuf haché, rumsteak…),

    à alterner avec des protéines végétales (légumes secs, céréales).

    La bonne dose journalière : 1 à 1,2 g de protéines par kg de poids, soit 60 à 72 g

    de protéines/jour si vous pesez 60 kg.

    Équivalences : 2 œufs = 12,5 g de protéines ; 120 g de poisson = 16 à 23 g ;

    100 g de viande = 17 à 29 g.

     

    Cuissons mal contrôlées, organes mal protégés


    Pourquoi il faut éviter ?

    Nos organes vieillissent plus vite lorsqu’ils sont carencés en vitamines et minéraux.

    D’où l’intérêt de bannir les préparations à l’autocuiseur et à l’eau, dont les hautes

    températures et le trempage prolongé en détruisent 90 %.

    Idem pour les cuissons au barbecue, les fritures : fortement chauffés ou placés

    au contact direct des flammes, les acides gras contenus dans les aliments développent

    des composés chimiques (hydrocarbures aromatiques) cancérigènes.


    On corrige le tir. Fruits, légumes, graines germées mais aussi viande et poisson ultra-frais

    méritent d’être dégustés crus. L’apport en vitamines, minéraux et fibres est optimal,

    ce qui ralentit l’altération des organes et assure un bon transit,

    les fibres ayant prouvé leur intérêt contre certains cancers (côlon, sein, prostate).

    Alternez les cuissons saines – vapeur douce, wok, à l’étouffée, papillote, cocotte en terre,

    plancha – qui conservent les qualités nutritionnelles de l’aliment en le cuisant dans son jus et

    ses sucs (sans gras) et ne génèrent aucun composé délétère pour la santé.

     

    L’apéro comme credo, le cerveau trinque !


    Pourquoi il faut éviter ?

    Absorbé en excès, l’alcool altère la santé mentale en accélérant le déclin cognitif.

    Une étude récente a montré que les buveurs réguliers (au moins 3 verres/jour)

    développaient la maladie d’Alzheimer en moyenne 4,8 ans plus tôt que ceux qui ne

    buvaient pas ou peu.


    On corrige le tir. Il faut commencer par évaluer sa consommation quotidienne sur

    alcool-info-service.fr et solliciter un professionnel pour la limiter si nécessaire.

    La bonne dose journalière : 1 à 2 verres de « bon » vin rouge (repas).

    On réserve l’apéro (1 verre) au week-end et on met son organisme au repos en ne buvant

    pas d’alcool au moins 1 à 2 jours/semaine.

     

     

    Merci au Dr Franck Senninger, nutritionniste et auteur de

    « Les Aliments qui entretiennent votre santé » (Éditions du Dauphin.)

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    La fin de l’été peut être une période agréable

     

    10 bonnes raisons d'être content que l'été se termine

     

    La fin de l’été est une période délicate.

    Nous aimerions rester en vacances mais le devoir nous appelle.

    Pourtant, la fin de l’été est une période très agréable.

    Vous voulez apprendre à l’apprécier ?

     

    Voici pour vous 10 bonnes raisons d’être content que l’été se termine.

     

    1. Être chez soi 

    La fin de l’été marque le retour de vacances.

    C’est un moment agréable car nous retrouvons le confort de notre maison.

    Nous n’avons plus besoin de faire la vaisselle ou la lessive à la main et nous

    retrouvons notre lit douillet et nos draps doux et propres.

     

    2. Revoir les amis  

    A la fin de l’été, les températures sont douces.

    La météo est idéale pour sortir et retrouver ses amis.

    Autour d’un verre ou d’un repas en terrasse, on se raconte nos vacances

    et on parle de la nouvelle année qui se met en place.

     

    3. Reprendre le sport 

    Le retour de vacances marque aussi le retour au sport !

    Que l’on souhaite faire une nouvelle activité physique ou non, nous ferons

    connaissance avec de nouvelles personnes et nous prendrons soin de nous.

     

    4. Se fixer de nouveaux objectifs 

    La fin de l’été marque un nouveau départ.

    Nous pouvons alors nous fixer de nouveaux objectifs que ce soit dans la

    vie privée comme pour la carrière.

    Avoir un bébé, une promotion, une nouvelle maison ?

    Perdre du poids, reprendre ses études ? Quel sera votre projet ?

     

    5. Remettre les enfants à l’école 

    Et oui, après les vacances c’est la rentrée !

    Les bambins retournent à l’école et vous n’avez plus à les occuper à chaque

    minute de la journée.

    Vous aurez plus de temps pour vous et en plus ils sont heureux

    puisqu’ils ont changé de classe !

     

    6. Profiter de son confort 

    La télévision, les nouvelles séries, la cuisine parfaitement équipée

    et les assises confortables… Et oui, cela nous manquait pendant les vacances.

    C’est lorsque nous sommes loin de la maison que nous nous rendons

    compte qu’à l’année, nous ne sommes pas si mal.

     

    7. Reprendre ses habitudes 

    Nous ne sommes pas casaniers mais nous aimons notre routine.

    Le restau du jeudi avec les collègues, le ciné du samedi en famille,

    le sport du mardi avec les copines…

    Ces habitudes nous caractérisent et rythment notre quotidien.

    C’est pourquoi nous sommes si heureux de les retrouver.

     

    8. Ne plus transpirer 

    La fin de l’été s’accompagne normalement de la fin des grosses chaleurs.

    Nous transpirons moins, nous ne sommes plus moites, notre peau ne brille plus…

    Ahhhh ! Nous nous sentons bien mieux.

     

    9. Profiter de la nouvelle saison culturelle 

    Septembre c’est aussi le début de la saison culturelle !

    Les concerts reprennent tout comme les pièces de théâtre,

    les ballets et les expositions.

    C’est le moment idéal pour planifier les sorties de l’hiver.

     

    10. Organiser les prochaines vacances 

    Bon c’est vrai, on aime revenir de vacances pour organiser les suivantes.

    C’est grisant de choisir une destination, de se décider pour un voyage atypique

    ou simplement de prévoir de rendre visite à des proches.

     

     

     

     

    10 bonnes raisons d'être content que l'été se termine

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires
/* Fleche haut et bas */ /* Fin Fleche haut et bas */