•  

     

     

     

    MON REGIME

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  •  

     

     

    LE PAYS DES GEANTS

     

    (Cette jolie photo est de Alain HUON)

     

     

    Imaginiez que vous vous réveilliez un jour dans un pays presque entièrement peuplé de géants.

     

    Au premier abord vous seriez sans aucun doute terrifié, et l’assourdissant grondement des bruits

    alentours, l’inconfortable sentiment de naufrage ressenti à votre réveil ajouterait à votre panique.

    Après un moment, vous vous rendriez compte que la plupart des géants ont l’air gentil et qu’un,

    en particulier, montre un intérêt tout spécial à votre sécurité et à votre bien-être.

     

     

    Ensuite, imaginez qu’un jour, sans aucune raison apparente, le géant auquel vous aviez appris à faire

    totalement confiance, se mette à vous hurler dessus, à vous menacer et même à vous frapper…

    Comment pourriez-vous jamais vous sentir à nouveau en sécurité dans un pays de géants ?

    Il ne vous resterait plus qu’à compter sur les lois ou les règles en vigueur dans ce pays

    et qu’il vous faudrait apprendre pour vous aider à survivre !

     

     

    Un jour vous rencontrez d’autres petits hommes comme vous et, en leur compagnie, vous vous

    sentez aussitôt plus en sécurité. Certains prétendent connaître les lois du pays et vous en font part.

    En les combinant à l’aperçu que vous avez acquis en observant les géants et en les écoutant vous instruire

    de leurs voix grondantes, presque divines, vous commencez à avoir une idée précise de ce qu’il

    convient de faire ou ne pas faire pour être en sécurité.

     

     

    « Faites ce que l’on vous dit de faire. Il est plus facile d’avancer si vous suivez. Ne pleurez pas !

    Ne vous battez pas. Étudiez de votre mieux. Décrochez un travail.

    Faites ce que l’on vous dit de faire.

    Mariez-vous. Ayez des enfants qui prendront soin de vous quand vous serez vieux.

    FAITES CE QU’ON VOUS DIT !

     

     

    La liste s’allonge au fur et à mesure que votre corps, autrefois minuscule, grandit

    (nourri par la nourriture spéciale produite dans le pays des géants) et finalement,

    vous vous rendez compte qu’il n’y a plus aucun géant autour de vous.

     

     

    Et puis un  jour vous vous réveillez, et il y a cette minuscule créature en train de vous regarder…

    Elle vient de se réveiller au pays des géants.

    Et, parce que vous l’aimez, vous commencez à lui enseigner tout ce que vous avez appris sur la meilleure

    façon de survivre au pays des géants...

     

     

     

    Et ainsi le cycle continue !

     

     

    (Paul MCKENNA, "Changez de vie en sept jours")

     

     

     

     DECODAGE


     

    Bien sûr vous avez compris que le petit être qui nait au pays

    des géants c’est vous, et que les dits géants sont vos

    parents, votre entourage !

    Que le géant si attentionné auprès de vous est votre maman…

     


    Le bébé qui vient au monde et grandit n’a que ces « géants »

    pour survivre, sans eux il mourrait.

    Pour lui ce sont des dieux et tout ce qu’ils disent ou font est

    bien et « normal »

    Alors, s’ils crient, ou même vous frappent, ils ont raison,

    c’est forcément de votre faute, vous avez dû faire quelque

    chose de mal. Donc vous allez interpréter ainsi la moindre

    des réactions de vos parents (ou des personnes qui vous

    élèvent)


    Parfois vous en serez blessé, marqué à jamais.

    Vous apprendrez ainsi les « lois du pays des géants »

    en fonction de ce que font, croient ou disent vos parents

      ou vos éducateurs. Vous ignorez alors que ce qu’ils croient,

    font ou disent, vient de leur propre éducation, de la société

    et du milieu dans lequel ils vivent, de leurs propres croyances

    et interprétations de la vie et que rien n’est forcément

    LA vérité !

     

    Nous subissons ainsi, tout petits, une sorte de « lavage de

    cerveau » qui va laisser des traces plus ou moins

    importantes, des blessures en nous une fois adultes,

    et que nous risquons de reproduire.

     

    C’est ainsi que parfois nous souffrons sans trop savoir

    pourquoi et que notre propre « image de nous »

    nous est étrangère !

     

     

    Pas facile la vie de « géant » !!!

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  •  

     

    A vous toutes, du fond du cœur, je souhaite une bonne journée de la Femme !

     

    et vous offre un poème    ICI

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  RESPIRER C'EST VIVRE

     

     

    Avez-vous déjà observé un bébé respirer ?

    Il respire par le nez et son ventre se gonfle, il respire calmement,

    efficacement, d’instinct…

     

     

    En grandissant nous perdons cet acquis et, adultes, nous ne respirons plus

    qu’à 30 % de nos capacités sans jamais remplir complètement nos poumons !

     

    Alors que la respiration est l’activité la plus importante de notre vie (sans

    elle nous mourons), nous n’y prêtons pas attention dans notre vie quotidienne :

    on respire par la bouche, vite et mal et le moindre stress, la moindre

    contrariété l’accélère ou la ralentit 

     

    La respiration est capitale car elle régule le système nerveux et la circulation 

    sanguine, calme notre mental, libère des tensions physiques, augmente notre

    énergie, facilite la concentration

     

     

    « Respirer c’est vivre, bien respirer c’est bien vivre »

     

     

    Je vous propose d’apprendre la respiration complète en 3 étapes

     

    -     Respiration abdominale

     

    -     Respiration thoracique

     

    -     Respiration claviculaire

     

     RESPIRER C'EST VIVRE

     

     

    Aujourd’hui, respiration abdominale

     

    Allongé sur le dos, jambes étendues ou les genoux fléchis.

    Placez vos mains, paumes en contact du ventre sans appuyer.

    Guidez votre respiration dans le ventre.


    Lorsque vous effectuez une respiration abdominale, vous étirez vos poumons

    vers le bas à l'inspiration. Le diaphragme se déplace du haut vers le bas et

    la pression exercée sur les viscères provoque le gonflement du ventre.

     

    C'est la partie basse de vos poumons que vous sollicitez, le haut du thorax ne

    doit pas se gonfler et les épaules ne doivent pas monter.

     

    Sous vos paumes de mains, vous sentez votre ventre se gonfler

    à l'inspiration et se creuser à l'expiration.

     

    ~~~~~~~~

     

    Répétez chaque jour cet exercice jusqu'à atteindre un stade réflexe.

    Entraînez-vous à tout moment de la journée, notamment en marchant,

    ainsi que le soir avant de vous endormir.

     

    Pratiquée régulièrement, petit à petit, votre musculature abdominale va se

    transformer, les muscles acquérant volume et souplesse.

     

    De plus, la respiration abdominale masse l'abdomen relançant le mouvement

    péristaltique des intestins et stimulant les organes.

     

    Bien respirer par le ventre va libérer la zone du plexus solaire souvent nouée

    par les tensions émotionnelles.

     

    C'est une respiration apaisante qui vous amènera à un état de calme

    intérieur.

     

    2ème partie ICI

     

     Voici une vidéo de respiration yogique pour débutants effectuée par un

    professeur diplômé

     

     

     

     

     

     

       Si vous désirez transférer la voix de charlotte sur votre MP3 et

    apprendre ainsi, en l' écoutant,

     

    voici le lien   ICI

    Partager via Gmail

    3 commentaires
  • N'oubliez pas d'éteindre ma musique (en haut à gauche sous le calendrier)

     

    et, pour mieux apprécier cette petite vidéo, essayez de retrouver votre âme d'enfant ! ;-)

     

     

    Partager via Gmail

    3 commentaires
  •  

     

    Le jour où je me suis aimé pour de vrai…

     

    Le jour où je me suis aimé pour de vrai,

    j’ai compris qu’en toutes circonstances,

    j’étais à la bonne place, au bon moment.

    Et alors, j’ai pu me relaxer.


    Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle estime de soi.

     

    Le jour où je me suis aimé pour de vrai,

    j’ai pu percevoir que mon anxiété et ma souffrance émotionnelle

    n’étaient rien d’autre qu’un signal

    lorsque je vais à l’encontre de mes convictions.


    Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle authenticité

     

    Le jour où je me suis aimé pour de vrai,

    j’ai cessé de vouloir une vie différente,

    et j’ai commencé à voir que tout ce qui m’arrive contribue

    à ma croissance personnelle.


    Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle maturité.

     

    Le jour où je me suis aimé pour de vrai,

    j’ai commencé à percevoir l’abus dans le fait de forcer une situation,

    ou une personne,

    dans le seul but d’obtenir ce que je veux, sachant très bien

    que ni la personne ni moi-même ne sommes prêts,

    et que ce n’est pas le moment.


    Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle respect.

     

    Le jour où je me suis aimé pour de vrai,

    j’ai commencé à me libérer de tout ce qui ne m’était pas salutaire :

    personnes, situations, tout ce qui baissait mon énergie.

    Au début, ma raison appelait ça de l’égoïsme.


    Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle amour-propre.

     

    Le jour où je me suis aimé pour de vrai,

    j’ai cessé d’avoir peur du temps libre et j’ai arrêté de faire des grands plans.

    Aujourd’hui, je fais ce qui est correct, ce que j’aime,

    quand ça me plait et à mon rythme.


    Aujourd’hui, j’appelle ça simplicité.

     

    Le jour où je me suis aimé pour de vrai,

    j’ai cessé de chercher à toujours avoir raison,

    et je me suis rendu compte de toutes les fois où je me suis trompé.


    Aujourd’hui, j’ai découvert l’humilité.

     

    Le jour où je me suis aimé pour de vrai,

    j’ai cessé de revivre le passé et de me préoccuper de l’avenir.

    Aujourd’hui, je vis au présent, là où toute la vie se passe.


    Aujourd’hui, je vis une seule journée à la fois, et ça s’appelle plénitude.

     

    Le jour où je me suis aimé pour de vrai,

    j’ai compris que ma tête pouvait me tromper et me décevoir.

    Mais si je la mets au service de mon cœur,

    Elle devient un allié très précieux.

     

    Tout ceci c’est le Savoir vivre !

     

     

    Nous ne devons pas avoir peur de nous confronter.


    Du chaos naissent des étoiles.

     

     

    (Kim et Allison Mc Millen)

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    5 commentaires
  •  

     

    Ah le brossage corporel, quel délice et comme il rend la peau douce,

    lisse et éclatante !

    C’est un rituel beauté que je n’abandonnerais pour rien au monde,

    autant pour l’effet magique sur la peau

    et donc sa beauté, que pour le bien-être que j’en tire et

    son action sur la santé en général

     

    D’ailleurs beaucoup de peuples l’ont compris, tels les nordiques et

    leurs saunas et les Japonais qui pratiquent le brossage corporel et

    le bain depuis l’antiquité !

     

    Les Délices du Brossage corporel

     

    Un organisme chargé de toxines ne peut pas fonctionner correctement et la

    peau est, avant tout, un agent d’élimination…

    Se brosser le corps nettoie le système lymphatique, permet l’évacuation des

    déchets tissulaires et stimule l’élimination des toxines logées à la surface

    de la peau.

    Un tiers  de tous les déchets de la peau s’évacuent par l’épiderme,

    soit environ 400 à 500 grammes par jour !

     

    Se brosser le corps est revigorant et renforce les défenses

    du système immunitaire.

    Les pores s’ouvrent et respirent…

     

    Le blocage de ce système d'élimination peut avoir pour conséquence

    un certain nombre d'inconvénients (problèmes de peau, infections) 

    Cela peut même être à l'origine de la présence de cellulite

    ou de dépôts adipeux plus profonds.

    Car les toxines non éliminées sont systématiquement stockées sous 

    forme de graisses !

     

    Les bénéfices du brossage à sec

     

    stimuler la circulation du sang afin d'accroître la capacité d'apporter de

    l'oxygène et les autres éléments nutritifs nécessaires à la peau

     

    -  stimuler le système lymphatique pour drainer et évacuer les toxines et

    autres déchets métaboliques

     

    -  éliminer les peaux mortes, renouveler et régénérer les cellules

     

    -  améliorer la fonction du système nerveux et renforcer le système

    immunitaire

     

    -  aider à combattre la cellulite et les amas graisseux

     

    -  stimuler la production du sébum pour nourrir la peau sèche 

     

     

    C’est revigorant et énergétique, cela rend la peau douce

    et lumineuse.

    De plus, toucher sa peau, soigner son corps, 

    c’est se mettre en contact avec

    soi-même au plus près, s’aimer d’avantage,

    respecter sa santé et le corps qui nous

    a été donné à la naissance.

     

    Faites-en un rituel et la récompense sera

    au rendez-vous !

     

     

     

     

     

     

    Comment procéder ?

     

    Chaque jour, avant le bain ou la douche, ou le soir avant d’aller vous coucher,

    brossez-vous entièrement le corps à sec 5 à 10 minutes

      

    Utiliser une brosse en fibre végétale entièrement naturelle

     

    Y aller doucement (il s'agit de brosser son corps, pas de le martyriser !),

    en commençant par les orteils, les pieds, les talons, puis chevilles, mollets,

    genoux, cuisses, fessiers, estomac, poitrine, côtes, aisselles,

    arrière des bras, épaules, doigts, mains, cou et oreilles..

     

    Savonner les endroits stratégiques seulement, le brossage ayant

    fait son effet de nettoyage

     

    Rincer

     

     Sécher avec une petite serviette rugueuse, par gestes circulaires

    en allant des extrémités vers le cœur.

      

    Massez-vous avec une huile… ***

     

     

     

    ***  Je vous parlerai dans un prochain article de cette huile et de

     

    certaines délicieuses petites recettes cosmétiques à faire soi-même !

     

     

     A LIRE

     

    "L’art de la Simplicité" de Dominique Loreau (Éditions Poche-Marabout)

    "10 Jours pour se régénérer" de Leslie Kenton (Editions Jouvence)

     

     


     

     

    Partager via Gmail

    5 commentaires
  • Partager via Gmail

    2 commentaires
  •  

     

    MOI D'ABORD !

     

     

     

     

     

    J'ai toujours fait de mon mieux pour être bonne fille, bonne élève, bonne

    épouse, bonne mère, bonne copine...

    Ce qui faisait beaucoup pour une seule femme...

     

    Aujourd'hui, je suis bonne pour moi-même !

    ~~~~~~

     

    Femmes libérées, on nous appelait ainsi et c'était vrai.

    Nous étions fières de nous être battues pour notre carrière, nos droits,

    notre corps...Et d'avoir gagné.

    A un colossal détail près : nous avons moins bien géré notre petit monde que

    le vaste monde.

    Nous nous comportions dans notre vie privée comme dans notre vie sociale,

    en bons petits soldats.

    Nous voulions tout, nous devions prouver que nous en étions capables,

    et pour cela viser la perfection,

    être à la fois actives, souriantes et...disponibles !

    C'est ainsi que nous avons laissé s'instaurer de funestes habitudes,

    et que parfois, nous nous retrouvons

    dans la position de la gamine qui a piqué dans le pot de confiture,

    alors que nos grands-mères arrivaient à imposer leur loi à toute

    la famille jusqu'à un âge avancé.

    Et nous, en passe de le devenir à notre tour, mais toujours jeunes,

    dynamiques et rigolotes, sommes devenues la tranche de jambon du sandwich.

    Nous sommes priées d'écouter les remarques de notre mère,

    qui ne s'en prive pas : "Te recaser à ton âge, tu plaisantes ?", et celles de

    nos grands enfants -parfois parents- qui se sentent le droit de critiquer

     notre genre de vie : "Quoi tu pars à l'étranger sans

    prévenir ?". Les inspecteurs des travaux finis sont au sommet de leur forme !

     

    Alors je me pose la question : quand aurons-nous la paix ?

     

     J'ai ainsi contribué au bonheur d'innombrables individus qui tapaient du pied

    pour exiger mon attention et mon affection.

    Comme nous avions une excellente éducation, il était hors de question

    d'être égoïstes, nous perdîmes donc un temps précieux

    avec des foules de raseurs.

    Il fallait que ça s'arrête. Quand on n'arrose pas le ficus, il crève.

     

    Si nous négligeons nos besoins, nos envies, nos désirs, nos

    pulsions, nous nous étiolons, notre énergie et

    notre santé en pâtissent.

     

    Manquant d'habitude, j'ai eu du mal au début, mais mon état s'améliore.

    J’ai cessé de vivre par et pour les autres, d'écouter les desiderata,

    suggestions et commentaires de tout le monde. Je me consacre à la

    culture d'un bien-être mérité, qui doit devenir permanent et qui

    ne pourra que rejaillir sur mon entourage.

    Prenons un exemple. Dimanche prochain, jour sacré, jour de grasse matinée,

    personne ne me fera prendre une voiture ou un train pour aller déjeuner

    loin de chez moi. Un brunch avec un homme, un thé avec une copine, dans le

    quartier, peut-être... et puis ensuite dessiner, lire, écrire, buller, rêver,

    fantasmer, jouer avec le chat, faire un cheese-cake,

    ranger mes produits de beauté...

    Ce qui est la moindre des revanches pour tous les dimanches calamiteux que

    j'ai vécus dans ma vie antérieure.

    Ces dimanches où il fallait se lever en catastrophe, alors qu'on rentrait à

    peine d'une fête, pour aller déjeuner à la campagne chez Tonton Georges

    ou Cousine Gabrielle, avec armes, bagages et enfants en bas âge.

    Repas qui duraient des heures, champagne au dessert, retour dans les

    embouteillages. Lundi garanti 100 % vaseux...

     

    Avais-je le droit de refuser et de faire de la peine à mes amis, à mes

    relations et celles de mon conjoint, à mon arbre généalogique arrières-

    grands-oncles inclus ?

    OUI, mais je l'ignorais.

     

    J'avais été mise sur terre pour faire plaisir, ne pas froisser, ne pas "faire

    d'histoires". Pourtant, si j'avais refusé, ils n'auraient pas lancé de missiles

    antichar sur ma petite auto, ils auraient boudé, se

    seraient fâchés, auraient propagé des cruautés sur mon compte.

    ET ALORS ?? Je n'avais pas grand chose à perdre !!!

    Droite dans mes bottes, je me suis censurée pour avoir la paix.

    Je n'étais pas moi-même.

    Et à moi, qui me faisait plaisir ?

    Ce n'était pas au programme.

    J’étais là pour faire de "mon mieux", ce

    credo du CM1 qui a gâché la vie des baby-boomeuses.

    J’étais la cheville ouvrière de mon entourage.

    L'affirmation parait présomptueuse, la réalité n'avait rien

    de glorieux, il s'agissait en général de tâches barbantes.

     

    Comme les copines j'ai tout assumé pendant quarante ans...

     

    Travail, famille, maison, écoles, vie sociale et associative, gestion des états

    d’âme et des conflits des autres, courses, vacances,

    sans qu’il me soit rendu à la mesure de mes investissements.

     

    Pourquoi fait-on tout ça ?

     

     Manque d’estime de soi, sens hypertrophié du devoir, masochisme ?

    Quel crime avais-je donc commis pour expier la semaine et le dimanche ? 

     

    Un jour j’ai décidé de ne plus supporter.

    J’ai tiré le rideau de fer et suis allée ouvrir les portes de mon jardin secret.

    Je ne me disperse plus, je sélectionne. On ne me volera plus ma vie !!!

    Maintenant que les enfants nagent sans bouée, le plus dur – le plus amusant

    aussi – est derrière moi.

     

    Le temps qui me reste est compté, mon énergie non renouvelable,

    je les garde pour ceux que j’aime, à condition qu’ils n’en abusent

    pas et se conduisent en adultes qui ne cherchent plus une maman.

     

    Le reste sera pour moi et j’en ferai un excellent usage en réalisant

    mes vieux rêves : apprendre le russe et l’aquarelle, écrire mon

    autobiographie, et partir sur les chemins de Compostelle.

     

    Je ne suis plus là, je suis au ciné, avec une copine…

    Les amateurs de débats politiques à la télé peuvent s’y coller,

    je regarde « Thalassa » sur mon écran privatif.

    Je traîne dans mon bain, m’occupe de la beauté de mes genoux,

    mes ongles de pieds n’ont jamais été aussi éblouissants.

    Je me couche quand j’ai sommeil.

    Mes promenades méditatives n’ont jamais été aussi

    longues et fructueuses. Si on me quitte je prendrai des amants. !!!

     

    Je retrouve peu à peu ma vie de jeune fille, sans pressions,

    sans obligations, et ceux qui essaieront de s’y opposer ne

    recevront pour toute réponse que mon sourire implacable.

    Je m’efforce de devenir chaque jour un peu plus ce que

    j’ai toujours prétendu être : une femme libre !

     

    Honnêtement, vous voulez que je vous dise ?

    Je n’ai rien perdu bien au contraire : mon entourage me respecte davantage,

    j’ai gardé tout mes vrais amis, et je surprends mes enfants à se conduire

    exactement comme moi avec leur entourage et leurs propres enfants…

     

    Il y a urgence à redéfinir ses vraies valeurs dans la vie, avant que

    de devenir vieux, bêtes et aigris.

     

    Courage mes sœurs et, que pour vous aussi, 

    ce soit "MOI D'ABORD" !!!

     

     

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  •  

    Les bienfaits du Chlorure de Magnésium

     

     

     

    C'est au Docteur Pierre DELBET (1861-1957) que l'on doit la découverte

    des extraordinaires vertus curatives et préventives du Chlorure de Magnésium

    Pendant la guerre de 14/18 il fut amené à en utiliser pour nettoyer les plaies

    de ses blessés qui se sur-infectaient malgré l'utilisation

    des antiseptiques habituels.

    Il leur en administra par perfusion également et oralement.

    Ayant remarqué l'effet de détente apporté par ce traitement aux malades,

    lui et ses infirmières en prirent également pour

    "se donner du cœur à l'ouvrage" !!

     

    Principales indications du Chlorure de magnésium

     

    - Carences magnésiennes

    -Blessures diverses (pour le nettoyage)

    - Brûlures

    - Calculs Biliaires

    - Constipation

    - Crampes et contractures musculaires

    - Fatigue chronique

    - Maladies infectieuses ou virales (grippe, rhume, angine, otite, bronchite, etc.)

    - Renforcement du système immunitaire

    - Tous les problèmes de peau

    - Renforcement des ongles

    etc. etc.

     

    Vous trouverez quantité d'autres maladies qui peuvent être soulagées avec le

    Chlorure de Magnésium dans l'excellent livre de Marie-France Muller :

    "Le Chlorure de Magnésium"

     

    Vous trouverez également dans ma rubriques "Bibliographie" une liste de tous

    les livres intéressants, voire passionnants à lire et/ou à consulter concernant

    tous les sujets qui nous intéressent

     

    Pourquoi sommes-nous carencés ?

     

    La plupart d'entre nous sommes carencés en Magnésium... Pourquoi ?

     

    - Appauvrissement des sols du à des cultures forcées ou intensives

    qui privent légumes et céréales qui y poussent de cet indispensable

    oligoélément

    - Blutage des farines (qui prive le pain blanc par exemple de tous ses

    éléments nutritifs)

    - Raffinage du Sel

    - EN GÉNÉRAL, raffinage excessif des aliments principaux de notre

    alimentation (pain, farines, sel, céréales, huiles, etc.)

     

    Comment se présente le Chlorure de magnésium ?

     

    On le trouve facilement en pharmacies en sachets de 20g

    (1 € 27 dans ma para-pharmacie)

    et sans ordonnance

     

    Comment le prendre ?

     

    Dissoudre le sachet dans un litre d'eau peu minéralisée et le consommer par

    verre (environ 125c)

    A SAVOIR : il a un goût désagréable...

    Essayer de le prendre d'une traite, c'est plus facile !

    Mais vous verrez qu'au bout de quelques jours ce désagrément passe.

    Il donne également des selles

    liquides en début de traitement, mais tout se régularise très vite

     

    POSOLOGIE

     

    - En urgence (pour un début de grippe par exemple)

     

    1 verre 1 à 6 fois par jour (1 à 3 prises rapprochées de 3 heures

    + 1 prise 6 heures après + 1 prise au coucher)

     

    En préventif

     

    1 verre matin et soir

     

    En application locale

     

    Pour nettoyage des plaies et brûlures, appliquer et laisser à l'air libre

     

    VOUS TROUVEREZ PLEIN D'AUTRE CONSEILS UTILES DANS LE LIVRE

    DE Mme MULLER !

     

    A SAVOIR : il n'y a aucune contre indication à la prise de Chlorure de magnésium

     

     

     

    MON CAS PERSONNEL

     

    Tous les hiver je fais une cure de Chlorure de magnésium...

     

    Je n'ai jamais de rhume, angine, bronchite,

    otite ou autre gastro...

     

    Je souffrais de constipation chronique... envolée !!!

     


     

     

    Bonne santé à tous !   

     

     

     

    Partager via Gmail

    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique
/* Fleche haut et bas */ /* Fin Fleche haut et bas */