• Les six conservateurs dangereux en cosmétique à éviter absolument

     

     

    Les six conservateurs dangereux en cosmétique à éviter absolument

     

    Dans mes précédents articles, je vous ai parlé des ingrédients utilisés en cosmétique,

    de la liste INCI (liste strictement règlementée par l'Union Européenne, des ingrédients que

    doivent impérativement indiquer les fabricants sur les emballages de leurs produits)

     

    Parlons aujourd'hui des "conservateurs"

     

    Il existe de nombreux conservateurs synthétiques utilisés dans les formulations cosmétiques

    pour prévenir l’apparition de micro-organismes tels que les bactéries ou les champignons

    dans les produits de beauté.

    Parmi les conservateurs privilégiés par l’industrie cosmétique car peu coûteux à utiliser,

    beaucoup présentent de graves risques pour la santé qu’il ne faut pas négliger.

     

    C’est le cas, entre autres, des célèbres parabens.

    Suspectés d’être cancérogènes et de perturber le système hormonal, ils ont été très

    souvent éliminés des formules cosmétiques au cours des dernières années.

    Malheureusement, ils ont en fait été remplacés par d’autres conservateurs, tout aussi

    toxiques dans la plupart des cas.

     

    La simple mention de « sans paraben » ne suffit donc en rien à garantir l’innocuité d’un

    produit cosmétique.

     

    Comment ainsi repérer les conservateurs dangereux dans une liste INCI ?

     

    On a identifié pour vous les 6 conservateurs chimiques les plus courants

    qu’il faut à tout prix éviter

     

     

    1-Les parabens / parabènes

     

    Cette famille de conservateurs synthétiques (Paraoxybenzoates) est utilisée dans

    pratiquement tous les types de produits cosmétiques non bio.

    Si les doutes sérieux quant à leur dangerosité nous poussent à les éviter comme la peste,

    on sait avec certitude qu’il en existe certains plus nocifs que d’autres.

    En effet, c’est la taille du paraben qui détermine son efficacité et sa toxicité potentielle :

    plus il est grand, plus il sera efficace et aussi plus nocif qu’un autre paraben ayant une plus petite taille.

     

    Edit : Victoire ! Le propylparaben et le butylparaben sont désormais interdits dans les

    produits sans rinçage destinés aux enfants de moins de 3 ans et devant être appliqués

    sur la zone du siège. Un pas en avant qu’il est bon de souligner !

     

    Les parabens les plus dangereux à éviter absolument sont :

    le propylparaben, le butylparaben et l’isobutylparaben.

     

    Le methylparaben et l’ethylparaben sont, eux, moins nocifs, mais restent

    fondamentalement indésirables dans un produit destiné au soin de la peau.

     

    2-Le triclosan

     

    Cet anti-bactérien synthétique est un perturbateur endocrinien connu qui influe sur le

    fonctionnement de la thyroïde. Il forme des résidus cancérigènes accumulables dans le

    corps que l’organisme ne sait pas éliminer.

    Accumulé avec d’autres perturbateurs endocriniens, il constitue un risque sur le long

    terme du fait de ce que l’on appelle « l’effet cocktail ».

     

    3-Le cetrimonium bromide

     

    Allergène reconnu, mais aussi très irritant pour le corps humain, ce conservateur chimique

    est très couramment utilisé pour conserver des produits nettoyants (eaux micellaires…).

    Malgré ses effets allergènes et irritants, la législation en vigueur autorise son utilisation

    en cosmétique jusqu’à une concentration maximale de 0,1 %.

     

    4-Le méthylisothiazolinone

     

    Très courant dans les formules de cosmétiques non bio, le méthylisothiazolinone est pourtant

    un fort irritant cutané. On le trouve principalement dans des produits de type shampoings,

    gels douche, crèmes pour la peau ou encore dans les lingettes bébés.

    Sur une liste INCI, on peut également le trouver sous les noms MIT ou Kathon CG.

     

    5-Les libérateurs de formols / formaldéhyde

     

    Les conservateurs dits « les libérateurs de formols » produisent lentement et sous forme

    de gaz du formaldéhyde. Ce composant est classé « allergène de classe A »

    par l’Institut Allemand de Documentation et d’Information Médicales,

    et « agent cancérigène connu » par le Centre international de Recherche sur le Cancer.

    Ses effets néfastes pour la santé sont liés à son risque d’inhalation tout autant qu’à son

    contact direct avec la peau et son contact proche avec les yeux.

     

    S’il existe des réglementations sur la concentration de formaldéhyde dans les produits

    cosmétiques, il n’en est rien concernant celle des libérateurs de formols.

    L’Union Européenne requiert simplement que la mention « contient des libérateurs de formols »

    soit signifiée sur l’étiquetage des produits en contenant plus de 0,05 %.

    Les plus communs qu’il faut tacher d’éviter sur une liste INCI sont les suivants :

    DMDM hydantoïne, diazolidinyl urea, imidazolidinyl urea, methenamine et quarternium-15.

     

    6-Le phénoxyéthanol

     

    Aussi connu sous le nom de phénoxytol ou EGPhE, le phénoxyéthanol est un conservateur de la

    famille des éthers de glycol, très répandu dans les produits cosmétiques (sauf bio ou 100 %

    d’origine naturelle). Nocif pour le foie et le sang, il présente également des risques

    cancérigènes et provoquerait des dysfonctionnements du système hormonal

    chez l’homme, atténuant la fertilité.

    Enfin, c’est un allergène reconnu pouvant entraîner de l’eczéma et de l’urticaire

    chez les personnes intolérantes.

    En plus de toutes ces raisons d’éviter le phénoxyéthanol, celui-ci présente de graves dangers

    chez l’enfant, pour qui le seuil de tolérance est beaucoup moins élevé que chez l’adulte.

    L’Agence Nationale de Sécurité du médicament recommande de limiter sa concentration

    à 0,4 % dans les produits pour enfants : à l’heure actuelle, la limite réglementaire est de 1 %.

    Cette recommandation s’accompagne d’un autre conseil, appuyé par l’Agence Sanitaire

    Française : ne pas utiliser de lingettes pour bébé contenant du phénoxyéthanol.

    La peau des nourrissons étant plus sujette à la pénétration qu’une peau adulte,

    d’autant plus chez les prématurés.

    Il est donc vivement déconseillé d’appliquer des produits contenant ce type d’ingrédients

    sur les parties génitales de l’enfant.

     

    (Source : "Féminin Bio" Article d'Anne-Marie Gabelica, fondatrice d'"oOlution",

    une gamme de produits bios formidables)

     

    Les six conservateurs dangereux en cosmétique à éviter absolument

     

     

     

     

    « 12 raisons de faire une cure de JusAmuse-toi, mais reste en vie ! »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :