•  

     

     

    Dans le brouhaha tourbillonnant de nos vies dites “modernes”, nous vivons

    aujourd’hui bien au-dessus du rythme naturel de nos cœurs.

    Mettons notre main sur notre cœur, écoutons son battement et déclarons-lui

    que dorénavant nous vivrons à son rythme, pas plus…

    Mais pas moins non plus.

    Que nous ne forcerons plus la vie mais que nous laisserons le mouvement de

    la vie venir à nous. Pouvons-nous en effet ne plus répondre aux sirènes de notre

    civilisation qui nous poussent à “faire” et à “avoir” toujours plus,

    au détriment de simplement “Être” ?

     

    “Vous, vous avez les montres, et nous, nous avons le temps !”,

    nous confient les Africains.

    Et bien qu’avons-nous réellement gagné à courir après ce temps ?

    Car prendre le temps, c’est d’abord mettre moins de choses dans nos vies

    pour mettre plus de vie dans les choses.

    Si la vie est une respiration, c’est accueillir les inspirations avec autant de force

    que nous mettons à accomplir nos expirations.

    C’est porter attention à tout ce que l’on fait, aux pas qui viennent, aux pensées

    et sentiments qui nous traversent, au corps qui nous parle…

    C’est se défaire du connu pour avancer à pas feutrés vers l’inconnu.

    Mais c’est aussi faire émerger de notre intérieur des créations uniques, celles

    dont les moments de silence ont le secret.

    Car, affairés à être parfois des moutons, souvent des autruches,

    avons-nous vraiment découvert la nature de notre authentique cadeau à ce monde ?

     

    Nous, humains, avons aussi un rôle essentiel, celui d’être les Gardiens de la vie,

    mais en avons-nous encore le souvenir ?

    Ralentir nos vies, c’est ainsi porter une conscience sur nos actes à chaque jour

    plus affinée. C’est remercier pour la lumière du jour, l’eau, la nourriture, nos forces.

    C’est voir la beauté en toutes choses. C’est entrer en reliance aimante avec les êtres

    que l’on croise, l’enfant qui joue, l’ami qui partage, la mère qui est là, le chat qui se blottit…

    et aussi avec les arbres, les pierres, le soleil, la rosée du matin, car la nature

    est un grand livre ouvert que nous pourrons lire en allant à sa rencontre.

    C’est retrouver en nous ce qui a été dénaturé, ce qui nous fait souffrir,

    et le transformer, le parer de mille joyaux.

    C’est s’éveiller à la joie de l’enfant.

    C’est laisser fleurir en nous le chant de notre âme.

    C’est renaître, parfois.

    C’est aimer, tout simplement.

     

    C’est nourrir des pensées justes pour agir, mais non sans avoir pris le temps pour rêver.

    Car n’oublions jamais que le Rêve de notre Terre est le rassemblement

    de toutes nos intentions de cœur.

     

     

    Christophe Chenebault

     

     

    Vivre au rythme de son coeur

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  •  

     

     

    Le meilleur remède pour l'estime de Soi

    Partager via Gmail

    2 commentaires