• Accueil

     

     

    Vous voulez agrandir le texte ?

     

    Faites sur votre clavier :   Ctrl +

    Pour la diminuer :   Ctrl -

     

     

    >

     

     

    J'ai pris ce joli petit chat qui me ressemble en ce moment ;-)

    chez  Aimielisa,  que je remercie !

     

     

     

    Et si, à l'aide de ce blog, pour améliorer l'atmosphère de "crise" qui règne en ce

    début d' année 2014,  nous partagions nos "trucs et astuces" pour aller mieux,

    pour allez bien, pour nous rendre la vie plus belle ?

     

    Si cela vous dit.... C'est parti !

     

    Surtout n'hésitez pas à m'écrire ou à me mettre un mot dans le

    Livre d'Or pour me donner vos suggestions !

     

     

    AVERTISSEMENT : Ce blog est dédié aux personnes ne présentant pas

    de troubles graves de la santé, mais qui désirent améliorer leur vécu, 

    du point de vue santé globale :  physique et psychique.

    Il est évident que certains troubles, s'ils perdurent, doivent amener

    à se questionner et à voir un professionnel de la santé.

    En ce qui concerne les habitudes de vie : sommeil, petit déjeuner, sport, etc,

    chacun doit écouter son corps et faire au mieux par rapport également

    à son âge et à ses ressentis.

    Il est évident qu'un sujet ne peut traiter tous les cas particuliers

    et est donc toujours incomplet de ce point de vue.

     

     

     

    MERCI DE VOTRE PARTICIPATION
     
     
     
     
  • Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    Aujourd'hui, pour la plupart des gens, le vinaigre n'évoque que la sauce vinaigrette.

    Mais au-delà de ses qualités gustatives, sait-on encore comment cet ingrédient

    s'est imposé à tous dans l'alimentation d'abord et dans la trousse à pharmacie

    familiale ensuite ?

    Trois qualités fondamentales ont imposé le vinaigre dans les foyers des nos aînés :

    il était indispensable à la conservation des aliments, il facilite la digestion,

    c'est un produit antiseptique de première main.

    C'est à ce titre, et bien d'autres qu'il a été inscrit au Codex en 1748

    et vendu très longtemps chez les apothicaires.

     

    LE VINAIGRE DE CIDRE POUR SE SOIGNER

     

    Votre cuisine, c'est votre pharmacie

     

    Si tout vinaigre est bon par définition, le vinaigre de cidre sort du lot.

    Ses particularités en font :

     

    - Un tonique du système nerveux et du cœur, anti fatigue,

    - Un nettoyeur et régénérant cellulaire,

    - Un reminéralisant hors-pair,

    - Un stimulant digestif,

    - Un immunostimulant,

    - Un anti-cholestérol...

     

    Rhume, troubles circulatoires, intestinaux, hypertension,

    problèmes de pieds ou de peau, douleurs articulaires ou musculaires,

    coups de soleils et piqûres d'insectes...

     

    le vinaigre est bon pour tout.

    Et pour en tirer le meilleur, il suffit d'y associer quelques ingrédients de base

    comme le miel qui, tous, sont à votre portée.

    Sans compter les mille recettes de beauté que vous pouvez concocter avec ce vinaigre.

    Lisez cet article jusqu'au bout, voici plusieurs recettes très simples qui

    pourront sans doute soulager un certain nombre de vos maux quotidiens.

     

    Le vinaigre de cidre : vraiment pas cher et pas si mauvais à avaler

     

    De nombreuses personnes hésitent à faire une cure de vinaigre de cidre

    par voie interne. La plupart du temps elles invoquent deux raisons :

    le goût et le coût. Répondons à leur interrogation immédiatement.

     

    - Une bouteille de 75 cl de vinaigre de cidre bio coûte moins de 5 euros.

    Dans les recettes que nous proposons ci-après nous recommandons en général de mélanger

    environ 2cl de vinaigre (4 cuillères à café) à 20cl d'eau, ce qui représente,

    là encore en moyenne, la quantité qu'il faudra consommer chaque jour

    pour une cure d'entretien.

    Une bouteille représente donc environ un mois de cure.

    En revanche, pour les utilisations externes (peau, veines...) la quantité consommée sera

    effectivement plus importante.

     

    - Quant au goût, le vinaire dilué dans une proportion de 1 pour 10 a tout de même

    un goût beaucoup moins prononcé que le vinaigre pur (on peut aussi ajouter

    du miel pour l'adoucir).

    Si cela vous semble malgré tout impossible à avaler, vous pouvez acheter du vinaigre de

    cidre en gélules (internet, magasins bio), les propriétés sont identiques.

    La solution des gélules est parfois également plus pratique car on n'est pas obligé

    d'avoir sa bouteille sur soi toute la journée. 

    C'est un peu plus cher : environ 15 euros pour un mois de cure.

     

    Revenons-en aux propriétés du vinaigre de cidre et à nos recettes de santé.

     

    Le secret du vinaigre : une soupe de microbes et trois acides

     

    La formation du vinaigre est un phénomène naturel dû à l'oxydation de l'éthanol

    des boissons alcoolisées par un processus de fermentation acétique.

    Les Anciens savaient reproduire ce phénomène en utilisant « la mère à vinaigre »,

    ce voile gélatineux qui se forme à la surface du vin avec le temps.

    On ignorait alors que cette fermentation acétique est le fait d'une bactérie :

    Acetobacter suboxydans.

     

    Très sociable, elle se développe ultra rapidement en s'associant avec ses consœurs

    pour former un biofilm. On sait depuis peu que d'autres bactéries cousines ont ce pouvoir

    acétifiant. Le résultat final se distingue par un concentré d'éléments-trace mais surtout

    par sa concentration en acides : acétique principalement (5 à 8%),

    et acides tartrique et citrique en quantité variable.

     

    L'acide acétique fait du vinaigre un détergent domestique mais c'est aussi,

    pour l'essentiel, cet acide qui lui confère ses qualités bactéricides et médicinales

    raison pour laquelle il a constitué le support privilégié de

    nombreux remèdes médicinaux d’autrefois.

     

    Pourquoi le cidre ?

     

    L'acide acétique expliquant les vertus désaltérantes, désinfectantes et curatives

    du vinaigre, l'origine de ce dernier, me direz-vous, importe peu.

    Pourtant, c'est le vinaigre de cidre qui est généralement employé comme remède.

    Pourquoi ?

    Comme d'autres, le vinaigre de cidre est très riche en phosphore, calcium, magnésium,

    soufre, fluor, fer, bore et silice qui, l'un dans l'autre, contribuent à son pouvoir

    énergisant et curatif. Mais on aurait tort d'ignorer les particularités du vinaigre de

    cidre dues à la teneur en acides essentiels, enzymes et surtout à son impressionnante

    teneur en potassium (jusqu'à 1 g par litre).

     

    Le potassium est à nos tissus mous ce que le calcium est à nos tissus durs.

    Il joue un rôle-clé dans le liquide intracellulaire et pour le maintien de l'équilibre acido-basique.

    C'est donc un excellent antidote de terrain aux différentes pollutions de l'organisme

    (empoisonnement médicamenteux, alimentation déséquilibrée, etc.)

    qui attaquent notre équilibre acido-basique au point d'entraîner de nombreux désordres,

    des problèmes cardiovasculaires aux inflammations.

    Alors tant qu'à sortir 3 ou 4 euros de sa poche, autant choisir du vinaigre de cidre.

    Bio et non pasteurisé !

    Ajoutons que le vinaigre est très riche en antioxydants.

    Il contient environ 600 mg/l de composés phénoliques.

     

    Les bienfaits du vinaigre de cidre : la « révélation » d'un médecin épris de nature

     

    C'est au médecin DeForest Clinton Jarvis que l'on doit la découverte des vertus préventives

    et curatives du vinaigre de cidre.

    Cet ophtalmologiste et otorhinolaryngologiste a exercé jusqu'en 1945 au nord de

    New York, dans le Vermont. C'est dans cette région réputée pour ses paysages sauvages

    que cet observateur a longuement étudié les remèdes de la médecine populaire locale.

    Ses observations et expériences sont consignées dans un livre à succès :

    « Ces vieux remèdes qui guérissent », paru en 1958.

    Or le vinaigre de cidre occupe une place centrale dans la pharmacopée du Vermont.

    On lui prête le pouvoir de « ralentir » le corps et de lutter contre les « maladies de l'énergie ».

    Entendez des « emballements » de l'organisme qui se traduisent par fatigue chronique,

    hypertension, accidents cardiaques, ulcères gastriques et intestinaux,

    obésité, arthritisme...

     

    Jarvis a su l'expliquer, de façon simplissime : si ces états pathologiques se manifestent,

    c'est parce que les cellules du corps sont "déshydratées", tel un raisin sec.

    Leurs composants minéraux ne pouvant plus être rejetés, ni se dissoudre,

    s'agglutinent et se déposent dans les tissus.

    Et pour réhydrater les cellules malades, en douceur, rien de mieux que le vinaigre de

    cidre et son potassium.

    L'hydratation disperse les molécules agglutinées, permet aux minéraux et autres éléments

    bénéfiques de pénétrer la cellule. Bref, cette médecine est simple :

    elle redonne à la cellule ses capacités d'assimilation, de stockage et d'élimination.

     

    Pourquoi les vaches « se pètent la ruche » avec des pommes à moitié pourries...

     

    Tout a commencé dans une étable. C'est là que le Dr Jarvis avait installé son laboratoire

    d'observation. La vache est un excellent sujet car son alimentation, donc son état de santé,

    influe directement sur sa production laitière.

     

    Jarvis aimait raconter l'histoire d'une petite vache surnommée « Paralysée ».

    A chaque vêlage, elle avait une attaque de fièvre de lait et de paralysie et le vétérinaire

    la sauvait en lui injectant du gluconate de calcium.

    Or Jarvis avait remarqué que les vaches laitières aiment les pommes en état avancé

    de fermentation. Peut-être est-ce leur moyen à elles de s'enivrer un peu,

    de se « péter la ruche » pour reprendre l'expression champêtre d'un ami éleveur.

    Mais plus sûrement, c'est leur corps qui le demande ...

     

    Jarvis proposa donc de verser du vinaigre de cidre deux fois par jour

    dans la nourriture de sa vache.

    Trois mois plus tard, par une amélioration de l'élasticité des tissus,

    elle mit bas d'un veau en parfaite santé, en seulement 10 min. avant de retrouver

    l'appétit et la santé.

    Mais Jarvis, qui avait de la suite dans les idées, fit une autre observation :

    sachant qu'il est difficile de sectionner les grosses artères des vaches abattues,

    il avait remarqué que le problème ne se présentait plus chez les animaux

    traités au vinaigre durant une partie de leur vie.

    Il en déduisit que le vinaigre de cidre favorise l'assimilation du calcium et

    supprime les dépôts de calcium dans les parois artérielles.

     

    Le cocktail de Jarvis : un remontant à faire soi-même

     

    Les médecins sportifs vous le répètent : pendant et après l'exercice, il est élémentaire

    de boire une solution isotonique permettant une rapide compensation

    des minéraux perdus par sudation.

    Grâce au vinaigre de cidre - issu de l'agriculture biologique bien entendu - il est possible

    d'en obtenir une excellente qui, potassium aidant, fortifie en outre la musculature.

    En revanche, le vinaigre de cidre ne sera d'aucune utilité à ceux qui sont obsédés

    par leur indice de masse corporelle, car il ne fait pas perdre de poids.

    Ce qui vaut pour les sportifs vaut aussi pour toutes les maladies qui provoquent de fortes

    sudations et nécessitent une recharge en sels minéraux, notamment les maladies infantiles

    (scarlatine, affections virales, oreillons, rougeole)

    Pour cela, on diluera 2 cuillères à café de vinaigre de cidre et 1 de miel dans

    100 ml d'eau riche en sodium : c'est le cocktail dit de Jarvis dont vous verrez ci-dessous

    les nombreux usages possibles.

    En règle générale, pour soutenir la vitalité et la santé musculaire d'une personne active,

    il est conseillé d'en boire au minimum 1/2 verre par jour,

    mais on peut aller jusqu'à 3 verres par jour.

     

    Une autre façon de se soigner... à la cuillère

     

    Le vinaigre de cidre, sous forme de cocktail ou pris à la cuillère,

    présente bien des vertus thérapeutiques.

    Les indications ci-dessous montrent l'étendue de son spectre d'action :

     

    Faiblesse, fatigue, fragilité face aux microbes et virus

    Vous êtes souvent fatigué ?

    Vous tombez malade dès qu'une personne tousse ou renifle dans votre entourage ?

    Vous êtes allergique pour un rien...

    Faites des cures régulière du cocktail de Jarvis (sur environ 4 semaines et

    sans interruption en préventif) ou durant les périodes où vous vous sentez fragiles.

    Complétez cette cure en prenant de la vitamine C naturelle.

    Des chercheurs ont montré que le vinaigre de cidre était efficace contre

    les bactéries causant les maux d'oreille les plus fréquents.

    Ce sont les bactéries de type Pseudomonas, Staphylococcus et Proteus.

     

    Rhumes et troubles des voies respiratoires

     

    En cas de mal de gorge et d'enrouement, faites des gargarismes de vinaigre de cidre

    dilué (75 ml d'eau tiède avec 25 ml de vinaigre).

    Si l'inflammation est aiguë, gargarisez toutes les heures (recracher !).

    En cas de toux bronchique, le vinaigre de cidre va favoriser la liquéfaction et l'expectoration

    des mucosités. Prenez 1 c. à café de ce sirop : 4 c. à soupe de miel liquide avec 5 c. à

    café de vinaigre de cidre. Buvez beaucoup de liquide (des infusions de thym très chaudes)

    pour aider les mucosités épaisses à se liquéfier.

     

    Troubles cardiaques et circulatoires

     

    Le vinaigre de cidre, on l'a vu, a la capacité de dissoudre peu à peu les dépôts

    calcaires dans les parois artérielles (une coquille d’œuf se dissout en moins de 2 jours

    dans du vinaigre de cidre). Il réduirait par ailleurs l’activité de la rénine, une enzyme qui

    contracte les vaisseaux sanguins et augmente la pression.

    Grâce au vinaigre, l'effet de la rénine diminue, les vaisseaux sanguins se relâchent,

    la pression artérielle baisse, ce qui épargne les parois et éloigne le risque

    d'avoir un accident cardiovasculaire.

     

    Si vous êtes concernés, buvez le cocktail de Jarvis plusieurs fois par jour

    et utilisez le plus possible le vinaigre de cidre pour cuisiner.

    Sa haute teneur en potassium renforcera en plus le muscle cardiaque.

    Si vous souffrez de varices, imbibez un tissu de vinaigre de cidre et enveloppez

    vos jambes pendant 20 minutes pour le soulager.

    En cas d'hémorroïdes, prenez des bains de siège où vous diluerez un verre de vinaigre

    de cidre et un verre d'infusion de sauge dans de l'eau tiède.

     

    Troubles intestinaux

     

    En cas de diarrhée, qu'elle soit provoquées par de méchantes bactéries ou par des

    médicaments, le corps perd quantité de liquide et de minéraux vitaux.

    Le vinaigre de cidre, bactéricide doux (il agit non par destruction mais par répulsion),

    reminéralisant, favorise le développement de la flore intestinale et régule le transit.

    Diluez 2 c. à café de vinaigre de cidre dans un verre d'eau et buvez-le avant les repas

    par petites gorgées jusqu'à disparition des maux.

    En cas de constipation, boire plusieurs fois par jour 2 c. à café de vinaigre de cidre diluées

    dans un verre d'eau peut aider à réguler le transit.

     

    Diabète

     

    Boire du vinaigre au cours du repas ralentit l'augmentation du taux de sucre

    dans le sang, la fabrication d'insuline et de triglycérides/cholestérol.

    L’acidité du vinaigre ralentit la vidange de l'estomac, ce qui transforme n’importe quel

    repas à index glycémique (IG) élevé en repas à IG plus bas,

    avec toutes les conséquences positives que cela implique pour la santé.

    De plus, le vinaigre ralentirait l’activité des amylases dans le petit intestin.

    Les amylases sont les enzymes qui découpent l'amidon et en font du glucose.

    Une partie de l'amidon avalé partirait donc aux toilettes plutôt que d'être transformée

    en sucre et passer dans notre sang.

    Cet effet tient à l'acide acétique contenu dans le vinaigre de cidre.

     

    Douleurs articulaires (arthrose, arthrite, rhumatismes, goutte)

     

    En fluidifiant le sang épaissi par les aliments riches en protéines (comme les viandes),

    le vinaigre de cidre nettoie les toxines qui s'accumulent dans les jointures,

    les tissus et les organes.

    Pour prévenir les douleurs articulaires, buvez un demi-verre du cocktail de Jarvis

    avant le petit-déjeuner. En cas de douleurs aigues, faites, en plus, un enveloppement

    froid du membre concerné ou, si la douleur est chronique,

    un enveloppement chaud au vinaigre de cidre dilué.

     

    Ostéoporose

     

    Le vinaigre augmente l'absorption du calcium par l'intestin et diminue l'activité

    des cellules qui renouvellent (et donc détruisent) les cellules des os.

     

    Troubles des reins et de la vessie

     

    Le vinaigre de cidre favorise le rinçage des reins et de la vessie et prévient la

    formation de calculs rénaux et vésicaux.

    Buvez aux repas 2 c. de vinaigre de cidre diluées dans un verre d'eau.

    Là aussi, buvez des infusions (de pissenlit ou d'ortie) pour mieux éliminer.

     

    Problèmes de dents et de bouche

     

    Une recette pour conserver des gencives saines est de se rincer la bouche matin et soir

    après vous être brossé les dents avec du vinaigre de cidre dilué dans l'eau

    (1 c. à café dans un verre d'eau).

    Le vinaigre de cidre stimule l'irrigation de la gencive et il stoppe

    les inflammations d'origine bactérienne.

    Je ne vous conseillerais pas, toutefois, de faire ce bain de bouche avec du vinaigre

    pur car une étude menée auprès de 2 385 adolescents de 14 ans a démontré qu’une

    consommation très régulière de vinaigre pur pourrait augmenter l’usure de l’émail.

    Mais avec une cuillère a café diluée dans un verre d'eau il n'y a aucun risque.

     

    Problèmes de peau

    Acné  : les composants du vinaigre de cidre purifient la peau et empêchent les

    inflammations, y compris celles qui sont dues au dérèglement hormonal de la puberté.

    Il est conseillé de boire un verre d'eau dans lequel vous aurez dilué deux c. à café de

    vinaigre de cidre avant chaque repas. Vous pouvez aussi vous faire des saunas faciaux.

    Remplissez un grand bol avec 1 l d'eau bouillante, 4 c. à soupe de vinaigre de cidre

    et des fleurs de camomille. Couvrez-vous la tête d'une serviette et placez

    le visage au-dessus du récipient dans la vapeur.

     

    Inflammations cutanées provoquées par des virus ou des bactéries : buvez un verre d'eau

    avec 2 c. à café de vinaigre de cidre aux repas.

    Appliquez des compresses de vinaigre de cidre et de farine de maïs ou de pommes de terre.

    En cas de virus (herpès ou le zona), tamponnez les zones concernées avec du vinaigre

    de cidre non dilué.

     

    Piqûres de petits insectes : le vinaigre, appliqué immédiatement, arrête les démangeaisons

    (moustiques, aoûtats)

     

    Coups de soleil : le vinaigre de cidre calme et rafraîchit la peau rouge et douloureuse

    et empêche les infections. Appliquez le non dilué, doucement, sur les zones rouges.

    Et prenez un bain d'eau fraîche dans lequel vous aurez dilué 3 c. à soupe de vinaigre de cidre.

     

    Soins du corps et cosmétique

     

    Buvez le matin à jeun un verre du cocktail de Jarvis.

    Il vous fortifiera tout en stimulant l'irrigation sanguine et les fonctions de la peau.

    Complétez ce régime par :

    des bains : pour détendre la peau et régénérer son film protecteur, prenez un bain

    dans lequel vous aurez versé 1 à 2 verres de vinaigre de cidre.

    Restez au moins 15 minutes et relaxez-vous.

    des massages : après le bain ou la douche, pratiquez un massage une fois par semaine.

    Remplissez votre lavabo d'eau chaude et versez un verre de vinaigre de cidre.

    Massez-vous le corps avec cette eau vinaigrée pour qu'elle pénètre bien dans la peau.

    Ne vous essuyez pas.

     

    Pour nourrir, hydrater, lisser et protéger votre peau, voici comment faire une

    crème de soins à partir de ce que vous pourrez trouver dans votre cuisine :

     

    - au yaourt et au vinaigre de cidre : mélangez 3 c. à soupe de yaourt nature,

    1 c. à soupe de crème fraîche, 1 c. à soupe de miel (chauffé et bien fluide),

    1 c. à café de vinaigre de cidre et 1 c. à café de jus de tomate.

    Remuez jusqu'à obtenir une pâte lisse. Appliquez cette crème la nuit.

     

    - à l'avocat et au vinaigre de cidre : mélangez 3 c. à soupe d'avocat écrasé,

    3 c. à café de miel, 2 c. à soupe de vinaigre de cidre et 2 c. à café de son de blé.

    Épaississez la pâte obtenue avec le son de blé.

    Étalez la préparation obtenue sur votre peau et laissez agir 30 minutes.

     

    Cheveux : L'Oréal, Dessange et compagnie n'ont qu'à bien se tenir

     

    Le vinaigre de cidre est à la base de soins capillaires ultra-économique et bien

    plus sains que ceux du commerce.

    Ses résultats vous surprendront.

    Voici quelques recettes de shampoings et lotions dont les ingrédients

    principaux sont aussi dans votre cuisine :

     

    Cheveux blonds : faire une décoction de fleurs de camomille (20 g/l) et la mélanger dans

    1 l de vinaigre de cidre. Appliquez 25 cl de cette solution sur les cheveux après le shampoing.

     

    Cheveux bruns : préparez un shampoing avec 2 c. à café d'eau de rose, 2 c. à soupe de vinaigre

    de cidre et 2 œufs puis massez-vous les cheveux avec et laissez agir quelques minutes.

     

    Cheveux brillants : faire une décoction avec 30 g d'orties dans un ½ litre d'eau.

    Filtrez-la et mélangez avec le vinaigre de cidre.

    Appliquez la préparation sur les cheveux après le shampoing.

     

    Cheveux épais : placez 10 g de feuilles de bouleau, 10 g de feuilles de lavande dans une

    carafe puis versez dessus un litre de vinaigre de cidre.

    Fermez hermétiquement et laissez macérer une semaine.

    Massez-vous alors la chevelure avec la solution. Ne pas rincer.

     

    Boucles naturelles : après le shampoing, appliquez une solution chaude de vinaigre de cidre

    (proportion ¼) et d'eau.

     

    Cheveux gris : lavez les cheveux avec du vinaigre de cidre (proportion 1/3)

    dilué dans l'eau et chauffé.

    Ne pas rincer.

     

    Cheveux gras : appliquez une solution de vinaigre de cidre dilué dans l'eau (2/3 d'eau)

    après le shampoing.

     

    Pellicules, chutes de cheveux : appliquez du vinaigre de cidre dilué (3/4 d'eau)

    et chauffé, après le shampoing.

     

    De la tête... aux pieds, de quoi faire de l'ombre aux pharmacies !

     

    Pour les mains, la règle de la simplicité prévaut aussi.

    Vous avez des problèmes de peau sèche ou gercée ?

    Pour retrouver une peau souple et lisse, faites une cure de cocktail de Jarvis pendant

    4 à 6 semaines (un verre avant le petit-déjeuner).

    Essayez aussi une crème composée pour moitié d'huile d'olive et pour moitié

    de vinaigre de cidre (très bonne pour le corps aussi).

     

    Enfin, pour vivifier vos pieds en fin de journée, trempez les pendant 15 min.

    dans 5 l d'eau chaude dans lesquels vous aurez versé 3 c. à café de sel et 2

    de vinaigre de cidre.

    Si vous avez les jambes lourdes, une friction au vinaigre de cidre pur les soulagera.

    Que demander de plus simple et de plus universel ?

     

    PS : Un certain nombre d'entre vous, lecteurs, hésitent sans doute à se lancer

    dans une cure au vinaigre de cidre pour de simples raisons de goût et je vous comprends.

    Il n'est pas si facile de s'astreindre à une consommation quotidienne de vinaigre

    (même adouci avec du sucre).

    Cela ne me pose personnellement aucun problème mais je ne suis pas seule au monde.

    Il existe pour les plus réticents une solution alternative :

    les gélules de vinaigre de cidre. On en prend 2 ou 3 à chaque repas,

    l'effet est le même... sans l'acidité.

     

     

    LE VINAIGRE DE CIDRE POUR SE SOIGNER

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

     

    Le seul mot d’ordre : farniente…

    Aujourd'hui, vous n'avez envie que d'une chose : ne rien faire.

    Mais alors rien de rien.

    Et vous avez le droit : voici 10 bonnes raisons.
     

    1. Vous êtes fatiguée

    La meilleure raison de ne rien faire (et la plus honnête !), c’est bien sûr

    d’être fatiguée. Avec les terreurs nocturnes de Lilou, le dossier bidule

    que vous peinez à boucler et les câlins coquins avec Chéri

    (malgré tout ça, bravo !), vous avez accumulé beaucoup de retard de sommeil.

    Alors surtout, aujourd’hui, reposez-vous !

     

    2. Vous avez besoin de décompresser

    Avec le boulot, les enfants, les finances et tout le reste, vous êtes constamment

    préoccupée, parfois même sous pression.

    Ainsi vous avez grand besoin de vous vider l’esprit… en ne rien faisant.

    Ce n’est pas forcément facile, car il y a toujours des petits tracas qui trottent

    dans la tête et qui empêchent de rêvasser.

    Allez, soyez forte !
     

    3. C’est votre seul jour de repos

    Aujourd’hui, c’est LE jour de la semaine où vous ne travaillez pas et où vous

    ne devez pas emmener la petite à son cours de danse et le petit chez

    l’orthodontiste. Alors, non, vous ne laverez pas les carreaux ce matin, non vous

    ne mettrez pas à jour vos papiers administratifs et oui, vous ne ferez RIEN !
     

    4. Vous êtes seule à la maison

    Chéri est à l’étranger pour un séminaire et les enfants sont en weekend

    chez vos parents. Résultat : une maison silencieuse, sans cris, sans jouets partout,

    reposante quoi. Alors on en profite, on ne déprime pas parce qu’ils nous manquent déjà,

    et on se laisse aller.

    C’est maintenant ou jamais ! (Ou rarement en tout cas).
     

    5. Ne rien faire rend plus intelligente

    Oui, oui, selon la dernière étude très sérieuse de Feignasse Magazine, ne rien faire

    rendrait plus intelligente. Alors pour élever notre Q.I. et notre niveau culturel,

    on s’applique à ne strictement rien faire de notre journée.

    Et probablement que demain matin on se sentira une Marie Curie en puissance.
     

    6. Vous êtes en retard dans vos séries TV

    Vous vous occuperiez bien du ménage, du repassage, des factures,

    de la popote et de l'épilation de vos aisselles, mais gros problème :

    vous avez deux saisons de retard de Big Bang Theory.

    Alors, puisqu’il y a des priorités dans la vie, vous allez vous installer dans le canapé,

    allumer votre ordi et rattraper tout ce tragique temps perdu.
     

    7. La maison sera à nouveau sens dessus dessous

    Les enfants sont partis ce matin en laissant derrière eux jouets et traces de

    chocolat un peu partout dans la maison. Et Chéri a encore tenté cette semaine

    de relever le défi de la plus grande pile de caleçons (sales) du monde.

    Mais vous savez bien que si vous faites le grand ménage dans la journée,

    ce sera déjà le carnage dans la soirée.

    Alors tant pis.
     

    8. Vous êtes en panne de voiture, d’électricité et de connexion internet

    Ce n’est vraiment pas de chance.

    La voiture ne démarre pas (elle est à sec), les électroménagers ne s’allument pas

    (les plombs ont sauté) et vous ne pouvez pas lire vos mails (un arbre est

    tombé sur la ligne téléphonique et votre Smartphone a disparu).

    Puisque le sort s’acharne, vous décidez légitimement de ne rien faire aujourd’hui.
     

    9. Vous êtes malade

    Un peu plus honnête (ou un peu moins de mauvaise fois, ben oui il faut bien le

    dire quand même), être malade est une bonne raison de ne rien faire aujourd’hui.

    Vous vous êtes levée avec la gorge enrouée, une enclume dans la tête et 39° de fièvre ?

    Alors oui, vous avez le droit (et même le devoir) de ne rien faire.

    Et ça marche aussi pour une jambe cassée.

     

    10. Vous le méritez

    Oui, parce que chaque jour vous vous démenez pour que vos enfants soient heureux,

    votre couple épanoui, votre travail à la hauteur et votre maison propre,

    vous méritez bien une journée de trêve.

    Et même (ou surtout) si vos enfants râlent à longueur de journée, votre Jules

    vous fait la gueule, votre chef vous fait des reproches et votre maison

    est en mode capharnaüm, vous le méritez aussi.

    Et sans vous justifier !

     

     

    10 BONNES RAISONS DE NE RIEN FAIRE AUJOURD'HUI



     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    S’il y avait une recette du bonheur, cela se saurait et tout

    le monde serait heureux !

     

    Mais à en voir tous les livres de développement personnel

    qui inondent les librairies, c’est une vraie tendance

    de notre société actuelle.

     

     

    Tout le monde semble obnubilé par le bonheur.

    Mais comment faire pour que cela cesse d’être une obsession ?

     

    Qu’est-ce-que le bonheur aujourd’hui ?

    Peut-on être heureux sans être libre ?

    Pour trouver le bonheur faut-il le chercher ?

    Rassurez-vous, nous n’allons pas vous faire un cours de philosophie ou vous

    refaire passer l’épreuve du bac.

    Il faut néanmoins reconnaître que « comment vivre heureux ? »

    est une question récurrente dans notre vie.

     

    Mais qu’est-ce que le bonheur ?

    Vaste sujet sur lequel d’illustres personnages comme Épicure, Aristote, Spinoza,

    Diderot et bien d’autres ont planché parfois toute leur vie.

    Pour les hédonistes, le bonheur est lié au plaisir des sens ;

    pour les Stoïciens c’est le contraire, le bonheur se trouve dans la maîtrise de soi

    qui consiste à écarter toute passion. Du côté des philosophes des Lumières,

    le bonheur doit être collectif et politique.

     

    Et de nos jours, qu’est-ce que le bonheur ?

    Une réussite professionnelle ?

    Être en bonne santé ?

    Avoir des amis ?

    Fonder une famille ?

    Être riche ?

    C’est apparemment tout cela à la fois.

    Mais est-ce un but réellement atteignable ?

     

    Le bonheur, un impératif ?

    Aujourd’hui, pour se sentir heureux il faudrait tout réussir, partout,

    pour tout et avec tout.

    Un vrai défi qui pourrait paradoxalement nous rendre malheureux,

    voire même provoquer une dépression si "toutes les cases ne sont pas cochées".

     

    Un objectif qui peut devenir une vraie tyrannie pour soi-même.

     

    Pour le romancier et essayiste français Pascal Bruckner,

    « Nous sommes la première société dans l’histoire à rendre les gens malheureux

    de ne pas être heureux ».

    L’auteur de L'Euphorie perpétuelle : essais sur le devoir de bonheur estime

    en effet que cette course au bonheur, cet impératif de perfection,

    est une vraie source d’inquiétude et d’angoisses.

    Pourtant, selon l’écrivain, « les 80 % de notre vie sont faits de moments neutres,

    ni heureux ni malheureux ».

     

    Mais comment arrêter d’être obnubilé par le bonheur, par cette quête inatteignable 

    qui vire, pour certains, à une véritable obsession ?

    Faut-il tout envoyer promener et abandonner toute bonne résolution ?

    Au diable le sport, les cures détox, les amis et le boulot ?

    Pas question !

    Il s’agit plutôt de connaître ses limites et de ne pas forcément chercher à les dépasser.

     

    Déterminez vos limites et trouvez vos propres réponses

    N’appliquez pas à la lettre tous les conseils de développement personnel

    et faites le tri sans culpabiliser. Piochez ce qui vous convient et

    laissez tomber ce qui vous semble impossible à atteindre.

    Arrêtez de vous mettre la pression !

    Vous n’arrivez pas à tenir quotidiennement votre carnet de gratitude ?

    Laissez tomber !

    Vous lever avant le soleil pour faire des exercices de yoga vous semble insurmontable ?

    Ce n’est pas grave !

     

    Évitez aussi de vous comparer aux autres.

    Votre voisin vous semble avoir une vie plus heureuse que la vôtre ?

    Pourtant ce n’est peut-être qu’une façade et ce qui peut sembler parfait

    et lisse de l’extérieur s’avère parfois totalement anarchique en profondeur.

    Suivez votre petit bonhomme de chemin et arrêtez de courir après la perfection.

    Ce n’est pas aux autres de vous dire comment trouver le bonheur mais à vous

    de trouver vos propres réponses.

     

    Halte donc au bonheur de façade et si vous avez envie de râler,

    de bouder, de pleurer : ne vous privez pas !

    Enfin, gardez en tête qu’il existe une distinction entre « être heureux »

    et « se sentir heureux ».

     

    Il y a en effet une grande différence entre ce que l’on est

    et ce que l’on sent : à méditer…

     

    (Source : passeport Santé)

    COMMENT EN FINIR AVEC L'OBSESSION DU BONHEUR

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

     

     

    BONNE ANNEE 2019

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    COMMENT LIRE UNE ETIQUETTE ALIMENTAIRE

     

    Décrypter les étiquettes alimentaires : est-ce une habitude que vous avez ?

    L’exercice n’est pas facile, c’est vrai.

    Surtout si vous n’êtes pas équipé d’une bonne loupe.

    Et parfois même d’une bonne vue en plus de la bonne loupe !

      Apprenez pourtant à lire les étiquettes alimentaires dès vos prochaines courses.

    Objectif ? Prendre soin de votre alimentation.

     

    Comprendre les étiquettes nutritionnelles : privilégiez le naturel !

     

    Vous désirez apprendre à lire une étiquette alimentaire ?

    Vous êtes au bon endroit. Dans cet article, nous allons vous apprendre à décrypter

    les étiquettes nutritionnelles des aliments qui composent votre assiette.

    Le premier conseil est le suivant : achetez des aliments les moins transformés

    possibles, les plus proches de leur état naturel.

    Un poireau est un poireau, une carotte est une carotte. Un œuf a une coquille.

     

    Les aliments les plus abondants se trouvent en début de liste

     

    Apprenez à décrypter la liste des ingrédients  qui entrent dans la fabrication de

    l’aliment encore présents dans le produit fini.

    Sur une étiquette alimentaire, ces ingrédients sont classés par ordre

    décroissant d’importance : du plus abondant au moins abondant.

     

    Étiquetage des aliments : plus la liste est courte, mieux c’est !

     

    Imaginez ceci. Vous êtes dans un magasin, entrain de faire vos courses.

    Vous décidez de lire l’étiquette alimentaire d’un produit qui vous fait de l’œil

    dans un rayon. La liste des ingrédients est longue. Très longue.

    Attention, alerte !

    Une étiquette alimentaire interminable est souvent synonyme de beaucoup

    (trop) d’additifs !

     

    Mais qu’est-ce qu’un additif ?

     

    Les additifs sont des substances ajoutées lors de la fabrication d’un produit.

    Leurs rôles :

    - Accroître la durée de conservation du produit alimentaire

    - Modifier la texture du produit

    - Transformer l’aspect de l’ingrédient

    Etc.

    Les additifs sont classés par catégorie et désignés par leur nom ou par leur

    numéro de code européen : lettre E (Europe) suivie de 3 chiffres.

    Vous êtes donc prévenu : lorsque vous apercevez des additifs sur une étiquette

    alimentaire, il est préférable de passer votre chemin.

     

    Lire les étiquettes alimentaires : les ingrédients les plus

    abondants se trouvent en début de liste

     

    Quand vous tentez de comprendre une étiquette nutritionnelle, penchez-vous

    sur l’ordre des ingrédients. L’ordre dans lequel sont cités les ingrédients sur

    l’étiquetage alimentaire est très révélateur de la composition du produit.

     

    Prenons un exemple : le décryptage de l’étiquette alimentaire d’une pâte à tartiner

    aux noisettes. Quels sont les ingrédients retrouvés en première position ?

     

    - Le sucre (très certainement blanc raffiné) à 55%

    - L’huile de palme à 23% (hydrogénée et non bio)

    - Les noisettes sont en 3ème position avec 13%.... seulement.

     

    En étalant cette pâte à tartiner sur votre pain, vous auriez pu vous attendre à

    consommer un peu plus de noisettes et beaucoup moins de sucre, n’est-ce pas ?!

    Lorsque vous analysez une étiquette alimentaire, posez-vous cette question :

    « Si je faisais une version maison de ce produit, quels ingrédients devrais-je mettre

    en priorité dans ma préparation ? »

    Ce sont ces ingrédients qui doivent se trouver en top position sur l’étiquette nutritionnelle.

    Ainsi, si votre choix se porte sur une soupe de légumes lyophilisée, le premier ingrédient

    de la liste doit être « légumes » avec la liste des légumes entre parenthèses.

    Sur l’étiquette alimentaire, repérez les matières premières naturelles et de qualité.

     

    Comment lire une étiquette alimentaire ?

     

    Avant tout, assurez-vous que le produit soit frais et bio.

    Optez pour des graisses non hydrogénées.

     

    Produits frais ou bio

     

    Idéalement, lorsque vous tentez de comprendre une étiquette alimentaire,

    regardez si le produit est d’origine naturelle.

    Un exemple : si votre produit contient des œufs, assurez-vous que ces œufs

    soient bio ou frais et élevés en plein air.

     

    Produit contenant des graisses et huiles végétales

     

    Si le produit contient des “graisses/huiles végétales”, elles pourraient bien provenir

    de soja ou de maïs transgénique. C’est souvent le cas des biscuits.

    Cela pourrait aussi bien être de l’huile de palme hydrogénée, aussi délétère que la

    margarine. Optez donc pour des graisses non hydrogénées comme le beurre

    ou la graisse de coco et pour des huiles végétales de première pression

    à froid (V.P.P.F.), comme l’huile d’olive (bio de préférence).

     

    L’huile de tournesol oléique

     

    L'huile de tournesol oléique est une huile non toxique même après cuisson.

    N'hésitez donc pas à consommer des biscuits "oléiques" ;)

     

    Les exhausteurs de goût

     

    Reprenons l’exemple de notre soupe de légumes lyophilisée.

    En plus des légumes, ce type de produit contient souvent des exhausteurs de goût

    comme des glutamates, ou des extraits de levure et des épaississants (carraghénanes,

    gomme de guar, etc.). Même en bio, ces exhausteurs de goûts ne sont pas

    des additifs recommandables.

     

    A quoi ressemble donc une étiquette nutritionnelle parfaite ?

     

    Voici une étiquette alimentaire parfaite : Un coulis de tomates bio en Tétra Pak

    dont la liste des ingrédients est “100% tomates d’origine biologique ”.

    Il n’y a aucun conservateur ou additif.

     

    Mieux lire les étiquettes des aliments ? Bon à savoir

    D’autres éléments sont également à prendre en compte lorsque vous lisez

    une étiquette alimentaire.

     

    Sans traitement chimique

     

    « Sans traitement chimique » sur un emballage de croquette de soja ne veut pas

    dire que ce soja n’a connu aucun engrais ou pesticide pendant sa croissance,

    ou qu’il n’est pas transgénique.

     

    Sans colorant

     

    « Sans colorant » sur une bouteille de grenadine, ne signifie pas nécessairement

    « sans autre additif » (conservateur, stabilisateur, etc.).

     

    Riche en vitamines

     

    Sur une boîte de lait, la mention « riche en vitamines » ne vous indique pas si ce sont les

    vitamines du lait lui-même (organiques), ou des vitamines ajoutées (de synthèses).

     

    Comprendre les étiquettes alimentaires : quelques liens pour aller plus loin

     

    Lorsque vous tentez de comprendre une étiquette alimentaire, il est également tout à fait

    pertinent de vous pencher sur les ingrédients qui composent vos produits cosmétiques.

    Un dossier intéressant a été réalisé par l’association Slow Cosmétique à ce sujet.

    Vous retrouverez ce dossier ICI

     

     

    COMMENT LIRE UNE ETIQUETTE ALIMENTAIRE

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    C'est pas vraiment des fantômes, mais leur absence est tellement forte,

    qu'elle crée en nous une présence qui nous rend faible ou nous supporte.

    C'est ceux qu'on a aimés qui créaient un vide presque tangible,

    car l'amour qu'on leur donnait est orphelin, il cherche une cible.

     

    Pour certains on le savait, on s'était préparé au pire,

    mais d'autres ont disparu d'un seul coup, sans prévenir.

    On leur a pas dit au revoir, ils sont partis sans notre accord,

    car la mort a ses raisons que notre raison ignore.

     

    Alors on s'est regroupé d'un réconfort utopiste.

    À plusieurs on est plus fort mais on n’est pas moins triste.

    C'est seul qu'on fait son deuil, car on est seul quand on ressent.

    On apprivoise la douleur et la présence de nos absents.

     

    Nos absents sont toujours là, à l'esprit et dans nos souvenirs.

    Sur ce film de vacances, sur ces photos pleines de sourires.

    Nos absents nous entourent et resteront à nos côtés,

    ils reprennent vie dans nos rêves, comme si de rien n'était.

     

    On se rassure face à la souffrance qui nous serre le cou,

    en se disant que là où ils sont, ils ont sûrement moins mal que nous.

    Alors on marche, on rit, on chante, mais leur ombre demeure,

    dans un coin de nos cerveaux, dans un coin de notre bonheur.

     

    Nous on a des projets, on dessine nos lendemains.

    On décide du chemin, on regarde l'avenir entre nos mains.

    Et au cœur de l'action, dans nos victoires ou nos enfers,

    on imagine de temps en temps que nos absents nous voient faire.

     

    Chaque vie est un miracle, mais le final est énervant.

    J'me suis bien renseigné, on en sortira pas vivant.

    Faut apprendre à l'accepter pour essayer de vieillir heureux,

    mais chaque année nos absents sont un petit peu plus nombreux.

     

    Chaque nouvelle disparition transforme nos cœurs en dentelle,

    mais le temps passe et les douleurs vives deviennent pastel.

    Ce temps qui pour une fois est un véritable allié.

    Chaque heure passée est une pommade, il en faudra des milliers.

     

    Moi les morts, les disparus, je n'en parle pas beaucoup.

    Alors j'écris sur eux, je titille mes sujets tabous.

    Ce grand mystère qui nous attend, notre ultime point commun à tous.

    Qui fait qu'on court après la vie, sachant que la mort est à nos trousses.

     

    C'est pas vraiment des fantômes, mais leur absence est tellement forte,

    qu'elle crée en nous une présence qui nous rend faible ou nous supporte.

    C'est ceux qu'on a aimés qui créaient un vide presque infini

    qu’inspirent des textes premier degré.

     

    Faut dire que la mort manque d'ironie.

     

     

    (Grand Corps malade)

     

     

    Partager via Gmail

    1 commentaire
  •  

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    NOUS AVONS DETRUIT LE MONDE

     

    "Je dédie ce post à mes enfants et à tous les enfants de la terre

    Puissent-ils avoir la clairvoyance et le courage que nous n'avons pas eus

    (et je ne leur demande pas de nous pardonner).

    Nous y voilà, nous y sommes.

    Depuis cinquante ans que cette tourmente menace dans les hauts-fourneaux

    de l'incurie de l'humanité, nous y sommes.

    Dans le mur, au bord du gouffre, comme seul l'homme sait le faire avec brio,

    qui ne perçoit la réalité que lorsqu'elle lui fait mal.

    Telle notre bonne vieille cigale à qui nous prêtons nos qualités d'insouciance.

    Nous avons chanté, dansé.

    Quand je dis « nous », entendons un quart de l'humanité tandis que

    le reste était à la peine.

    Nous avons construit la vie meilleure, nous avons jeté nos pesticides à l'eau,

    nos fumées dans l'air, nous avons conduit trois voitures, nous avons vidé

    les mines, nous avons mangé des fraises du bout monde, nous avons

    voyagé en tous sens, nous avons éclairé les nuits, nous avons chaussé des tennis

    qui clignotent quand on marche, nous avons grossi, nous avons mouillé le désert,

    acidifié la pluie, créé des clones, franchement on peut dire qu'on s'est bien amusés.


    On a réussi des trucs carrément épatants, très difficiles, comme faire fondre

    la banquise, glisser des bestioles génétiquement modifiées sous la terre,

    déplacer le Gulf Stream, détruire un tiers des espèces vivantes, faire péter

    l'atome, enfoncer des déchets radioactifs dans le sol, ni vu ni connu.

    Franchement on s'est marrés.

    Franchement on a bien profité.

    Et on aimerait bien continuer, tant il va de soi qu'il est plus rigolo de sauter dans un avion

    avec des tennis lumineuses que de biner des pommes de terre.

    Certes.

    Mais nous y sommes.

    A la Troisième Révolution.

    Qui a ceci de très différent des deux premières (la Révolution néolithique

    et la Révolution industrielle, pour mémoire) qu'on ne l'a pas choisie.

    « On est obligés de la faire, la Troisième Révolution ? »

    demanderont quelques esprits réticents et chagrins.

    Oui.

    On n'a pas le choix, elle a déjà commencé, elle ne nous a pas demandé notre avis.

    C'est la mère Nature qui l'a décidé, après nous avoir aimablement laissés

    jouer avec elle depuis des décennies.

    La mère Nature, épuisée, souillée, exsangue, nous ferme les robinets.

    De pétrole, de gaz, d'uranium, d'air, d'eau.

    Son ultimatum est clair et sans pitié :

    Sauvez-moi, ou crevez avec moi (à l'exception des fourmis et des araignées qui nous

    survivront, car très résistantes, et d'ailleurs peu portées sur la danse).

    Sauvez-moi, ou crevez avec moi.

    Évidemment, dit comme ça, on comprend qu'on n'a pas le choix, on s'exécute

    illico et, même, si on a le temps, on s'excuse, affolés et honteux.

    D'aucuns, un brin rêveurs, tentent d'obtenir un délai, de s'amuser

    encore avec la croissance.

    Peine perdue.

    Il y a du boulot, plus que l'humanité n'en eut jamais.

    Nettoyer le ciel, laver l'eau, décrasser la terre, abandonner sa voiture,

    figer le nucléaire, ramasser les ours blancs, éteindre en partant,

    veiller à la paix, contenir l'avidité, trouver des fraises à côté de chez soi,

    ne pas sortir la nuit pour les cueillir toutes, en laisser au voisin,

    relancer la marine à voile, laisser le charbon là où il est, (attention, ne nous

    laissons pas tenter, laissons ce charbon tranquille) récupérer le crottin,

    pisser dans les champs (pour le phosphore, on n'en a plus, on a tout pris

    dans les mines, on s'est quand même bien marrés).

    S'efforcer. Réfléchir, même.

    Et, sans vouloir offenser avec un terme tombé en désuétude, être solidaire.

    Avec le voisin, avec l'Europe, avec le monde.

    Colossal programme que celui de la Troisième Révolution.

    Pas d'échappatoire, allons-y.

    Encore qu'il faut noter que récupérer du crottin, et tous ceux qui l'ont fait

    le savent, est une activité foncièrement satisfaisante.

    Qui n'empêche en rien de danser le soir venu, ce n'est pas incompatible.

    A condition que la paix soit là, à condition que nous contenions le retour de la barbarie,

    une autre des grandes spécialités de l'homme, sa plus aboutie peut être.


    A ce prix, nous réussirons la Troisième révolution.

    A ce prix nous danserons, autrement sans doute, mais nous danserons encore."

     

    Fred Vargas
    (Archéologue et écrivaine)

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires
  •  

     

     

    "Aimons-nous... pour pouvoir aimer les autres"

     

     

     

    MON CORPS, CE HEROS...

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique