• Le Harcèlement moral

     

     

    Il est parfois difficile d’admettre que l’on est entré dans le jeu d’un pervers …

    Surtout s‘il est un proche … 

    Et ce jeu peut continuer des années …

    Détruisant à petit feu, toujours et encore, une personne …  

    Et puis, un jour, il y a un regard trop méprisant

    Il y a le mot de trop, la phrase qui fait tout basculer...

    Celle qui enfin, permet de dire « stop » !!!

    Car c’est une question de Vie ... de simple survie ... ou de mort …

    Seul celui ou celle qui a vécu cette situation peut comprendre cette douleur...

     

    Aujourd'hui ... Elle a choisi de vivre ... 

     

    L'invisible qui blesse :

     

    Narcissisme et perversité


    Aux violences physiques dont les conséquences sont visibles,

    il faut ajouter celles, uniquement psychologiques et invisibles.

    Ces dernières seraient perpétrées par des suceurs d’âme, autrement dit

    des « personnalités narcissiques perverses» qui s’appropriant l’existence de l’Autre,

    transforment leur vie en enfer.

    De petits actes pervers sont si quotidiens qu'ils paraissent la "norme"

    Il y a les coups mais il y a aussi les paroles désobligeantes,

    les regards réprobateurs et l'atmosphère de cynisme auxquels

    les victimes de violence doivent faire face.

    Au delà des coups qui laissent des traces, au delà des agressions physiques

    qui provoquent des yeux au beurre noir ou des bras cassés,

    il y a la violence psychologique qui laisse des âmes meurtries.


    Il est possible de détruire quelqu'un juste avec des mots, des regards,

    des sous-entendus :

    Cela se nomme

    "Violence perverse ou harcèlement moral"  

     

    Plus précisément, il existe plusieurs portraits de l'agresseur et du type de

    relation qu'il établit avec sa ou ses victimes, le processus qui mène à la

    destruction de l'autre et finalement, les conséquences de cette

    violence et les moyens de s'en sortir lorsqu'on en est victime.



    Les narcissiques


    Qui sont ces agresseurs ?

    Peut-on les reconnaître ?

    Il s'agit d'individus, hommes ou femmes, ayant une personnalité

    de type narcissique assortie d'un comportement pervers :


    Pourtant, les narcissiques ou personnalités narcissiques perverses,

    nous les croisons souvent dans notre entourage.

     

    Le narcissique se caractérise notamment par :

      un sens grandiose de sa propre importance, est absorbé par

    des fantaisies de succès, de pouvoir, pense être " spécial "

    et unique, a un besoin excessif d'être admiré, pense que tout lui est dû,

    exploite l'autre dans les relations interpersonnelles,

    manque d'empathie, envie souvent les autres, fait preuve d'attitudes et de

    comportements arrogants .

    Le narcissique ne présente peut-être pas toutes ces caractéristiques en même temps...

    Cinq d'entre elles suffisent pour qu'on le reconnaisse ainsi.

     
    Et la perversité, elle, se reflète dans la déviation de l'instinct moral,

    social, de ces individus :  "Les pervers narcissiques" sont considérés

    comme des psychotiques sans symptômes, qui trouvent leur équilibre en

    déchargeant sur un autre la douleur qu'ils ne ressentent pas et les contradictions

    internes qu'ils refusent de percevoir.

    Ils "ne font pas exprès" de faire mal, ils font mal parce qu'ils ne savent

    pas faire autrement pour exister.


    Et c'est ainsi que la personnalité narcissique perverse s'empare de la vie des autres.

    Ces individus font souffrir leurs victimes en silence.

    Ils les réduisent à néant en les dépossédant de leur vitalité,

    de leur confiance en eux, de leur estime d'eux-mêmes.


    Pour le narcissique, les autres ne sont que le prolongement de lui-même :

    un Narcisse, au sens du Narcisse d'Ovide, est quelqu'un qui croit se trouver en se

    regardant dans le miroir. Sa vie consiste à chercher son reflet dans le regard des autres.

    Il n'a pas de vie propre et les autres non plus.

    Le narcissique est en quelque sorte un voleur...

    Un voleur de vie,

    Un voleur d'âme.

     

    Vous reconnaîtrez ces personnes lorsqu'elles vous ferons ressentir :

    -que vos points de vue ne valent rien,

    -lorsqu'elles vous feront sentir coupables d'exister de façon autonome,

    -lorsqu'elles s'approprieront vos victoires

    -et qu'elles vous blâmeront amèrement pour vos fautes.

     

    Comme des vampires, les personnalités narcissiques

    sucent la vitalité de leurs victimes.

     

    Qu'elles le fassent intentionnellement ou non, les résultats sont les mêmes.


    Le pervers narcissique essaie de pousser sa victime à agir contre lui

    pour ensuite la dénoncer comme  mauvaise.

    Ce qui importe pour le pervers narcissique c'est que  la victime 

    paraisse responsable de ce qu'il lui arrive.

     

    L'originalité et le malheur du narcissisme  pathologique viennent de ce que ce

    narcissisme exacerbé est construit sur un vide.

    Il en vient à haïr et à détruire ce qu'il aime et recherche intensément... 

     

    Le problème du pervers narcissique est de remédier à son vide.

    Pour ne pas avoir à affronter ce vide (ce qui serait sa guérison),

    le Narcisse se projette dans son contraire.

    Il devient pervers au sens premier du terme : il se détourne de son vide

    (alors que le non pervers affronte ce vide).

    D'où son amour et sa haine pour une personnalité maternelle,

    la figure la plus explicite de la vie interne.

    Le Narcisse a besoin de la chair et de la substance de l'autre pour se remplir.

    Mais il est incapable de se nourrir de cette substance charnelle,

    car il ne dispose même pas d'un début de substance qui lui permettrait d'accueillir,

    d'accrocher et de faire sienne la substance de l'autre.

    Cette substance devient son dangereux ennemi, parce qu'elle le révèle vide à lui-même.

    Les pervers narcissiques ressentent une envie très intense à l'égard de ceux qui semblent

    posséder les choses qu'ils n'ont pas ou qui simplement tirent plaisir de leur vie.

    Le bénéfice de cette opération est de posséder un partenaire qui permet d'accéder

    au pouvoir. Ils s'attaquent ensuite à l'estime de soi, à la confiance en soi chez l'autre,

    pour augmenter leur propre valeur.

    Ils s'approprient l'autre...


    Les victimes


    Les victimes peuvent endurer ce type de relations pendant des années avant de

    se rendre compte qu'il y a quelque chose qui cloche.

    Elles passent souvent pour des être faibles, sans défense ou masochistes.

    Souvent, elles n'osent pas porter plainte car le comportement de leur agresseur

    est généralement trop subtil pour que leur entourage s'en rende compte.

    Isolées dans ce processus étroit, acculées au pied du mur, les victimes

    finissent par se retrouver en dépression, et peuvent même succomber au suicide.

    Ce processus se décrit comme étant

    "un véritable meurtre psychique".

    Un meurtre propre, un meurtre presque parfait...


    Ce scénario peut se produire dans un couple, dans la cellule familiale,

    entre un parent et un enfant mais aussi, dans le milieu de travail.

     


    Or, les victimes peuvent s'en sortir et se réapproprier leur existence,

    criant qu'elles ont de se faire entendre, de nommer les violences pour mieux

    les identifier et ainsi mieux les reconnaître et les éviter la prochaine fois.

    En sommes, elles doivent réapprendre à vivre,

    se réapproprier leur existence, leur personnalité et accepter d'être

    ce qu'elles sont avec leurs forces et leurs faiblesses.



    Violence invisible...parlons-en !


    La violence, qu'elle soit physique ou psychologique, laisse des marques.

    La violence physique est généralement accompagnée de harcèlement moral

    mais l'inverse n'est pas forcément vrai.

    Ne doit-on se mobiliser que lorsque les victimes sont rouées de coups ?

    Combien d'hommes, de femmes et de jeunes adultes vivent dans un état de dépression

    sans fin ou se suicident parce qu'une personne de leur entourage

    les agresse psychologiquement ?

     

    Combien ?

    Les statistiques n'en tiennent pas compte...encore.


    Le seul moyen de venir à bout de ce triste phénomène est d'en parler ouvertement.

    Le seul moyen est de reconnaître socialement qu'il existe des personnalités narcissiques

    perverses dans nos couples, dans nos familles et dans nos milieux de travail.  

     

    Même invisible, la violence blesse terriblement.

     

    Le Harcèlement moral

     

    (Également lutte contre les violences faites aux Hommes, les pervers narcissiques pouvant aussi être des femmes)

     

     

     

     

    « Le pouvoir d'un dollar4 additifs alimentaires à éviter absolument »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    Lundi 4 Avril 2016 à 21:16

    Merci pour cet article qui, hélas me parle... J'ai été "l'enfant thérapeuthe" d'une mère que j'ai cru pendant un très grand nombre d'années dépressive. Conséquence, des années à passer de déprime en dépression, et que mon médecin expliquait par un tempérament dépressif... jusqu'à il y a un an, un psychologue mette un nom sur ce que ma mère me fait vivre depuis toujours : perversion narcissique. Je ne savais pas vraiment de quoi il s'agissait, je pensais à de la violence physique au niveau du couple... Je ne pensais pas qu'une mère pouvait agir de la sorte avec son enfant... C'est bien d'informer  les gens sur ce problème, un seul regret, on en parle beaucoup au niveau de la vie de couple, plus rarement de la mère sur l'enfant...

    Bonne Soirée.

    BIZZ FAUSTINE.

      • Mardi 5 Avril 2016 à 22:59

        Comme je suis triste que tu aies connu ça aussi Faustine... Surtout venant d'une maman, sensée vous protéger et vous encourager dans la vie...

        J'espère que tu as réussi à en sortir un peu grâce à ce psychologue, qu'il t'a aidée à comprendre la maladie de ta maman et t'a permis de retrouver ton autonomie de femme adulte et responsable.

        Je t'embrasse très fort

    2
    Mardi 5 Avril 2016 à 21:43
    J'escompte que le deuxième va promptement arriver.
    3
    Mardi 5 Avril 2016 à 23:00

    Pourrais-tu préciser ta pensée Magalie ? Parce que je n'ai pas compris ton commentaire...

    Bonne soirée à toi !

     

    4
    Mercredi 6 Avril 2016 à 12:11

    J'ai moi aussi été victime d'un pervers narcissique... Ma mère! Une femme exemplaire,qui sait tout et sait tout faire....mieux que tout le monde.... Dieu seul sait ce que j'ai pu l'aimer et comme je l'aime encore! Mais les yeux ouverts, le cerveau attentif et à distance! C'est le seul moyen efficace que j'ai trouvé pour exister : l'éloignement! J'ai pu à nouveau m'occuper de moi et de ceux que j'aime librement...C'est difficile de se détacher et mon psy m'a beaucoup aidée : le travail de sape entrepris est vertigineux : c'était une démolition organisée....Et elle était soutenue par mon père qui entre le rôle de bourreau ou de victime, avait choisi bourreau...( il avait trop peur d'elle de ses colères et de sa brutalité) Heureusement j'ai du partir et vivre seule pour terminer mes études et cette distance m'a permis de me retrouver et d'exister enfin,de m'affirmer! Au retour, le choc était inévitable, je suis allée au clash et j'ai choisi de vivre loin d'elle ( d'eux). C'est difficile sur la durée : je m'inquiète toujours pour eux ( 84 et 81 ans aujourd'hui), je les vois au compte-goutte car...ils détestent mon mari et je sais que je vais en être responsable si l'un des deux disparait...Mais j'assume, aujourd'hui , je me sens plus forte!....

      • Mercredi 6 Avril 2016 à 12:32

        Oui le problème est là. Elles sont parfaites aux yeux de tous, elles n'ont cette attitude qu'avec leur "complice" comme on nous appelle... Personne ne peut donc nous croire ni nous mettre en garde. Mon père aussi m'a beaucoup dévalorisée, mais le psy m'a expliqué que lui aussi était pris dans ses filets, et était manipulé, tout fort qu'il paraisse être. Moi j'ai travaillé avec ma mère, et je travaille dans une entreprise familiale. Elle m'a carément cassée. Depuis un an je n,'ai repris mon travail qu'à mi temps et mon psychologue m'aide beaucoup à reprendre confiance en moi. Mais que d'années perdues, et leur age avancé, tout comme toi, rend les choses difficiles... J'ai consacré une rubrique à la perversion narcissique sur mon blog. Bon courage à toi et à tous ceux qui sont concernés par ce problème que certains osent qualifier de mots (maux) à la mode utilisés n'importe comment !!!!

      • Mercredi 6 Avril 2016 à 13:54

        Mon dieu je viens de réaliser la chance énorme que j'ai eu : je suis en train de pleurer ma maman qui

        a tout fait pour nous et nous a aimé de tout son cœur et vous, vous avez subi ça ? Cette horreur-là ?

        Bravo les filles, je trouve que vous vous en êtes sorties de bien belle façon !

        La douleur restera toujours un peu, mais elle vous rendra vigilantes et attentives aux autres !

        Et mettre de la distance me semble une chose évidente, c'est ce que j'ai fait et

        c'est la meilleure décision que j'ai prise de toute ma vie !

        Je vous embrasse très fort toutes les deux et vous dis "courage" pour l'avenir !

        Faustine, je vais aller lire ton article...

    5
    Vendredi 8 Avril 2016 à 23:24
    Je rejoins avec convictionta note
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :