• JE ME MEFIE DU GLUTEN

     

     

    JE ME MEFIE DU GLUTEN


    Biscuits, gâteaux, tartes, pâtes, pain, céréales du petit déjeuner : le gluten est

    omniprésent dans notre alimentation. Or, des recherches récentes indiquent que cet

    ensemble de protéines, d’apparition relativement récente dans l’histoire de

    l’homme, ne convient réellement à personne. Le supprimer, c’est améliorer votre

    potentiel de santé.


    Le gluten est un ensemble de protéines que l’on retrouve dans certaines céréales

    panifiables comme le blé, le seigle, l’avoine, l’orge, etc. On sait depuis 1950 qu’il

    peut, chez certaines personnes, entraîner une inflammation des villosités de l’intestin

    grêle, jusqu’à leur destruction, provoquant d’une part une porosité de la paroi de l’intestin,

    d’autre part un déficit d’assimilation du calcium et de la vitamine D ainsi que des réactions

    immunitaires anarchiques.


    Ces réactions sont corrélées à une inflammation chronique pouvant affecter n’importe quel

    tissu dans le corps. Appelée maladie cœliaque, l’intolérance au gluten entraîne des troubles

    digestifs et favorise l’apparition de maladies auto-immunes comme le diabète de type 1, la

    sclérose en plaques ou la polyarthrite rhumatoïde, etc.

    Seul traitement connu : l’éviction à vie du gluten.


    Les intolérances au gluten seraient en cause dans de nombreuses maladies : schizophrénie,

    épilepsie, diabète, ostéoporose, psoriasis, asthme, allergies, cancer, troubles cardiovasculaires, etc.


    TOUS CONCERNÉS ?


    Des travaux récents publiés par l’équipe d’Alessio Fasano (université du Maryland)

    suggèrent que le blé augmente la perméabilité intestinale chez… tout le monde ! Il semblerait

    en fait – et de plus en plus de chercheurs sont d’accord là-dessus – que notre tube digestif ne

    dispose tout simplement pas des enzymes nécessaires pour digérer complètement le gluten.

    Celui-ci, incomplètement digéré, pousserait l’estomac à « sur-sécréter » des acides,

    provoquant un ralentissement de la digestion d’autant plus flagrant que, dans l’intestin, le

    gluten se comporte comme une glu, ralentissant le péristaltisme intestinal et provoquant

    constipation et ballonnements. Par ailleurs, l’augmentation de la perméabilité intestinale

    favoriserait le passage de macromolécules non digérées dans le système sanguin. Considérées

    comme une substance étrangère, elles créeraient un état inflammatoire chronique

    prédisposant à la plupart des maladies actuelles.


    Voilà de quoi remettre en question les bases de notre alimentation. Un pas franchi par un

    nombre grandissant de personnes qui trouvent là un moyen de guérir ou d’améliorer leur

    santé naturellement.


    COMMENT SAVOIR SI L’ON EST INTOLÉRANT AU GLUTEN ?


    Il suffit d’exclure totalement le gluten pendant au moins 3 semaines et d’observer ce qui se

    passe. Observez notamment comment évoluent les symptômes tels que les ballonnements, la

    fatigue, l’eczéma, la dépression, les douleurs articulaires, les troubles digestifs, les maux de

    tête et les troubles de la sphère ORL (sinusites, rhinites, allergies, asthme…). Pour que le test

    soit complet, mieux vaut éliminer dans le même temps les produits laitiers, également

    incriminés dans les maladies actuelles (lire Semaine 51, page 243). Si le test est favorable,

    vous pouvez réintroduire le lait ou le gluten afin de déterminer si vous êtes intolérant aux

    deux ou à un seul. Si l’intolérance est avérée, il est préférable de s’en passer.


    EN PRATIQUE


    Rares sont les céréales dénuées de gluten. La protéine dangereuse se retrouve non seulement

    dans le blé mais aussi dans le seigle, l’avoine, l’orge, l’épeautre, le kamut, le petit épeautre,

    ainsi que dans le son et les germes de blé. Une grande quantité de produits alimentaires

    industriels contiennent potentiellement du gluten et ce, même si le nom des céréales que je

    viens de citer n’apparaît pas dans la liste d’ingrédients. Prêtez attention aux ingrédients

    comme les amidons, les fécules, les protéines végétales, les agents anti agglomérants… et

    laissez les produits en rayon lorsque l’origine de ces substances n’est pas précisée.

    Sachez également que la fermentation au levain (pain au levain)

    ne fait pas disparaître le gluten non plus.


    Que pouvez-vous manger sans inquiétude ? Le riz, le sarrasin, le maïs, le millet, le fonio

    ou le teff. Le quinoa contient une forme de gluten beaucoup moins inflammatoire que le blé.


    Attention cependant, la plupart des alternatives au blé, qu’elles soient à base de farines ou de

    céréales soufflées, sont à index glycémique élevé, c’est-à-dire qu’elles font grimper la

    glycémie, favorisant ainsi l’hypoglycémie réflexe, les fringales, le diabète et le surpoids.


    Mieux vaut consommer les céréales brutes, simplement cuites. L’éviction des céréales est

    même préconisée dans le cadre de beaucoup de régimes. 

     

    (Source Thierry Soucard)

     

     

    JE ME MEFIE DU GLUTEN

     

     

    « EST-CE QUE DIEU A CREE TOUT CE QUI EXISTE ?LA VIE »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :


/* Fleche haut et bas */ /* Fin Fleche haut et bas */