•  

     

    Les fruits d'été sont à consommer sans modération lors de la belle saison

    et à toute heure, que ce soit au petit-déjeuner ou au goûter.

     

    Attention : les fruits ne se consomment pas après les repas !

    Explication ICI

     

    Ils hydratent

     

    10 BIENFAITS DES FRUITS SUR NOTRE SANTE 

    Les fruits d’été sont généralement gorgés d’eau, ce qui permet de maintenir

    une bonne hydratation de l’organisme, notamment en cas de fortes chaleurs.

    La pastèque, le melon ou encore les fraises contiennent plus de 90% d’eau

    et sont donc à mettre au menu tout au long de l’été.

     

    Ils sont riches en vitamine C

     

    10 BIENFAITS DES FRUITS SUR NOTRE SANTE

    Les fruits présents sur les étals de marché estivaux sont gorgés de vitamine C :

    tomates, melons, pêches, abricots, etc., sont riches en vitamine C.

    Ils permettent de faire le plein d’énergie et empêchent en outre

    le vieillissement précoce de la peau. 

     

    Ils sont riches en bêta carotène

     

    10 BIENFAITS DES FRUITS SUR NOTRE SANTE

    Les fruits à la couleur orange (comme les abricots par exemple) fournissent de

    grandes quantités de bêta carotène, ce qui permet de donner un beau

    teint hâlé à la peau. En outre, ils permettent d’avoir une bonne  vision et

    participent à la défense de l'organisme contre les agressions. 

     

    Ils sont faibles en calories

     

    10 BIENFAITS DES FRUITS SUR NOTRE SANTE

    Comme les fruits d’été sont gorgés d’eau, ils contiennent naturellement peu de

    calories, ce qui est idéal en période estivale, où le maillot de bain est souvent de sortie.

    Avec en moyenne 30 à 50 calories pour 100g, ils sont sans incidence pour la ligne.

     

    Ils sont riches en fibres

     

    10 BIENFAITS DES FRUITS SUR NOTRE SANTE

    Les fruits d’été sont riches en fibres insolubles et solubles.

    Les fibres insolubles vont agir sur le transit en augmentant la taille des selles

    grâce à leur grande capacité d’absorption d’eau.

     En réduisant la vitesse de digestion, elles optimisent la sensation de

    rassasiement et préviennent alors la prise de poids.

     

    Ils sont gourmands

     

    10 BIENFAITS DES FRUITS SUR NOTRE SANTE

    Gorgés de soleil, les fruits d’été sont gourmands à souhait.

    Colorés, ils invitent à une pause sucrée pleine de fraîcheur.

    A la croque ou en salade, ils peuvent aussi se combiner avec des mets salés :

    salade de concombre pastèque ; melon et jambon de Parme, ils renouvellent

    ainsi les menus de façon agréable.

     

    Ils sont anti-inflammatoires

     

    10 BIENFAITS DES FRUITS SUR NOTRE SANTE

    Mûres, framboises, cassis, etc. les fruits violets contiennent des antioxydants

    (anthocyanes) qui luttent contre le vieillissement cellulaire et ont un pouvoir

    anti-inflammatoire, ce qui est bénéfique pour les sportifs en ce qui concerne

    la récupération musculaire.

     

    Ils sont bons pour le cœur

     

    10 BIENFAITS DES FRUITS SUR NOTRE SANTE

    Les fruits d’été apportent 10 % des apports journaliers recommandés en potassium.

    Ils apportent aussi des flavonoïdes qui favorisent la régulation de la tension

    artérielle et limitent le risque de cholestérol.

     

    Ils sont bons pour l’immunité

     

    10 BIENFAITS DES FRUITS SUR NOTRE SANTE

    Les fruits d’été contiennent de nombreuses vitamines A, B et C, ce qui en fait

    un excellent fruit pour préserver le système immunitaire, le système nerveux et la mémoire.

    Ils favorisent en outre de bons échanges dans l’organisme.

     

    Ils sont antioxydants

     

    10 BIENFAITS DES FRUITS SUR NOTRE SANTE

    Les fruits de couleur rouge qu’on trouve en été principalement renferment

    du lycopène, un caroténoïde aux propriétés antioxydantes.

    Le lycopène contribue à la santé cardiovasculaire, protège la peau des UV

    et joue un rôle dans la prévention de certains cancers.

    On le trouve notamment dans la tomate qui est un fruit et non un légume.

     

     

    10 BIENFAITS DES FRUITS SUR NOTRE SANTE

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

     

    Appelé aussi « alimentation vivante », le crudivorisme signifie manger les aliments

    tels que la nature les conçoit. Cette tendance se base sur un constat :

    la cuisson détruit une bonne partie des apports nutritionnels des aliments.

    Mais quels en sont les avantages et comment appliquer cela dans

    notre alimentation quotidienne ? 

     

    Manger les aliments tel que la nature les conçoit

     

    Crudivorisme : qu’est-ce qu’on mange ?

    Quand on parle de cru ou d’alimentation vivante cela comprend les aliments

    non raffinés, non transformés industriellement, complets, non modifiés

    génétiquement et de saison. Cela semble complexe mais il n’en est rien. 

     

    Dans l’alimentation crue, vous consommez de l’eau de qualité, des huiles de première

    pression à froid, des graines germées, des herbes aromatiques et des fleurs

    comestibles, des produits lacto-fermentés, des sucres naturels non raffinés,

    des algues et des végétaux de saison.

    Il ne s’agit pas de manger cru à 100% mais si vous consommez 70 à 80% d’aliments

    crus et que vous cuisez le reste de vos aliments à basse température,

    vous êtes dans le régime alimentaire dit cru. 

     

    Crudivorisme : aliments à exclure

    Sont exclus les aliments transformés ou dont le mode de conservation ou

    de cuisson dénature la qualité nutritionnelle du produit.

    C’est le cas des boites de conserves en métal, des produits congelés et des

    cuissons à trop haute température. En effet, la cuisson dénature les aliments

    en leur faisant perdre leurs micronutriments (comme les vitamines),

    en augmentant leur teneur en graisse (avec certains modes de cuisson comme

    la friture ou la cuisson dans le beurre ou l’huile) et en permettant la fabrication

    de radicaux libres, que nous savons nocives pour notre corps.  

     

    Celui-ci, pour fonctionner correctement, a besoin de macronutriments (protéines,

    sucres et graisses), mais ceux-ci doivent être de qualité pour que le corps puisse

    les utiliser de manière optimale.

    Et la digestion ainsi que l’assimilation des macronutriments ne

    peuvent se faire sans l’action des micronutriments.

    Le niveau d’équilibre optimal se retrouve uniquement dans les aliments crus. 

     

    Crudivorisme : quels avantages à manger cru ?

    Outre une meilleure digestion et assimilation par l’organisme comme mentionné ci-dessus,

    l’alimentation crue apporte de nombreux avantages.

    Les nutriments apportés sont de qualité et ne sont pas dénaturés, grâce au bon équilibre

    entre macro et micronutriments, le corps retrouve un meilleur niveau d’énergie.

    Cela permet également de nettoyer, purifier, régénérer l’immunité,

    d’avoir une meilleure qualité de votre peau, mais aussi de désacidifier votre organisme

    et de perdre plus facilement du poids.

    Votre corps peut ainsi rééquilibrer tous ses systèmes. 

     

    Le crudivorisme en pratique

    Dans la pratique, cela n’est pas compliqué mais il faut être conscient que cela

    va vous prendre un peu plus de temps.

    Commencez par des petits gestes tout simples comme aller au marché chercher des

    fruits et légumes de saison.

    Si vous manquez d’idées pour les cuisiner, sachez qu’internet regorge

    d’inspiration et de recettes plus variées les unes que les autres !

     

    Ensuite, bannissez les aliments transformés industriellement.

    Revenez aux produits de base et préparez-les vous-même.

    Initiez-vous à certaines pratiques comme la germination des graines

    et la lacto-fermentation. De nombreux ateliers existent, il y en a surement

    dans votre région. Vous trouverez également de super sites internet pour vous

    apprendre les bases de ces méthodes. Voici quelques liens :

     

    Graines germées :  http://www.cfaitmaison.com/germs/germination.html

     

    Lacto-fermentation : http://www.cfaitmaison.com/culinaire/conserve-lacto.html

     

    Cuisson à basse température : https://www.bioalaune.com/fr/actualite-bio/10815/cuisson-basse-temperature-pratiques-conseils-avantages

     

    Jus de fruits et légumes à l’extracteur : https://www.cuisineaz.com/articles/les-bienfaits-de-l-extracteur-de-jus-pour-votre-sante-2664.aspx

     

     

    Une fois ces différentes méthodes maîtrisées, il est important d’intégrer une

    autre notion. Celle de la qualité, plus importante que la quantité.

     

    En optant pour des fruits et légumes de saison, cueillis peu de temps avant de les

    consommer et de culture biologique, pour des céréales complètes, des huiles

    de première pression à froid et des sucres non raffinés, vous apporterez de bons

    nutriments à votre organisme, contrairement aux produits industriels qui apportent

    ce qu’on appelle des « calories vides ».

    Vous constaterez que vous diminuez les quantités que vous mangez

    tout en continuant d’apporter à votre corps tout ce dont il a besoin.

    Le premier aliment que vous allez réduire est la viande, au profit des légumineuses,

    le régime cru étant composé principalement d’alimentation d’origine végétale.

    Vous ne devez pas forcément devenir végétarien mais diminuer votre consommation

    de produits d’origine animale. 

     

    Comme pour tout régime alimentaire, pensez à ne pas tout changer du jour

    au lendemain pour éviter les désordres digestifs.

    Changez votre alimentation progressivement en procédant étape par étape. 

     

    Crudivorisme : pour qui ? 

    Si vous consommez régulièrement des aliments « vivants », vous constaterez une

    nette amélioration au niveau de votre santé, de votre sommeil et de votre vitalité.

    C’est pourquoi, tout le monde peut opter pour ce type d’alimentation. 

     

    Néanmoins certaines personnes vont en tirer plus de bénéfice.

    C’est le cas des personnes souffrant de maladies comme des problèmes

    cardio-vasculaires, du diabète, de maladies auto-immunes, de maladies respiratoires

    ou de rhumatisme, qui peuvent voir une amélioration de leur état général et

    leurs symptômes allégés.

     

    Notez qu’il ne faut pas attendre de souffrir de ces maladies pour décider

    de prendre votre alimentation en main. 

     

    Maintenant que vous en savez un peu plus, pourquoi ne pas vous lancer ?

     

    (Source : Santé-Nutrition)

     

    Conseils personnels : je préfère le blender, qui conserve les fibres des aliments, pour les

    jus, et non pas l'extracteur de jus. Mais il faut savoir alors consommer des jus ou smoothies

    de façon plus modérée, les fibres demandant un travail de digestion plus long.

    Dans ces conditions, je donne la préférence aux fruits et légumes "nature" plutôt qu'aux jus.

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    Comment vos habits pourraient-ils être mauvais pour votre santé ?

    La réponse en quelques points, préparez-vous à faire du vide

    dans votre garde-robe !

     

    CES VÊTEMENTS MAUVAIS POUR VOTRE SANTE

     

    Ouvrir son placard et s’habiller ne présente, à première vue, aucun danger pour la santé.

    Et pourtant, vos habits ne sont pas aussi innocents qu’ils en ont l’air et certains

    d’entre eux cachent même des vices qui pourraient bien vous nuire.

     

    Les pantalons taille haute

     

    Revenus à la mode avec fracas depuis quelques années, ils sont de toutes les garde-robes

    et pourtant, ils ne sont pas inoffensifs. Les pantalons taille haute sont, par définition,

    ajustés au niveau de la taille et, lorsqu’ils sont trop serrés, ils peuvent provoquer

    des douleurs abdominales.

    Ils peuvent en outre vous gêner pour respirer correctement.

    Lorsque vous en choisissez-un en magasin, veillez donc à ne pas choisir

    un modèle trop comprimant.

     

    Les jeans skinny

     

    Tout comme les pantalons taille haute, les jeans skinny sont dangereux lorsqu’ils

    sont portés trop près du corps. Leur forme implique qu’ils soient très moulants,

    des hanches jusqu’à la cheville.

    Ils peuvent nuire à la circulation du sang et, s’ils sont portés trop souvent,

    peuvent provoquer des gonflements.

     

    Les pyjamas

     

    Les pyjamas sont des vêtements confortables et il est difficile d’imaginer

    qu’ils puissent être dangereux pour la santé, et pourtant...

    Nombreux sont ceux qui oublient depuis quand ils portent le leur.

    Or, s’ils sont portés trop longtemps, les vêtements de nuit finissent par devenir

    des nids à bactéries potentiellement dangereux pour votre santé.

    Il est généralement recommandé de laver son pyjama au moins une fois par semaine.

     

    Les strings

     

    Portés au quotidien, les strings peuvent provoquer des microcoupures qui favorisent

    la prolifération des bactéries et donc, le développement de mycoses et d’infections.

    Évitez donc tous ceux qui sont trop fins et renoncez à en porter tous les jours.

     

    Les leggings

     

    Le leggings, apparu il y a quelques années, séduit encore beaucoup par son aspect

    confortable mais n’est pas, non plus, dénué de risques.

    Très moulant et beaucoup plus épais qu’une simple paire de collants,

    il peut nuire à la bonne régulation de la transpiration.

     

    Les chaussures à talons hauts

     

    Tous les spécialistes le diront, porter des talons hauts est très dangereux,

    non pas seulement pour les pieds, mais pour l’ensemble de notre corps.

    Ces talons impactent notre équilibre, la musculature de nos chevilles,

    de nos jambes, jusqu’à notre colonne vertébrale.

     

    Les chaussures à talons trop plats

     

    De la même manière, les chaussures à semelle trop fine et à talon trop bas

    ne sont pas meilleures pour l’organisme.

    Ne porter que des ballerines, par exemple, peut provoquer des douleurs

    au bassin, au dos et même au cou.

    Que dire des tongs qui, en plus de nous forcer à trop utiliser nos orteils et donc,

    modifient notre manière de marcher, sont de véritables nid à bactéries ?

     

     

     

    CES VÊTEMENTS MAUVAIS POUR VOTRE SANTE

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    LES GRAINES GERMEES ET LA SANTE

     

     

    Cet aliment, vous en avez probablement au moins entendu parler si vous ne l’avez pas

    encore consommé. En fait, il s’agit plus exactement d’une forme d’aliment.

    Cela va probablement vous embrouiller mais lorsque je vous aurai dévoilé de quoi

    il s’agit vous comprendrez !

     

    Je veux parler des graines germées.

     

    Les graines germées sont de véritables petites usines d’énergie.

    Elles aident à réduire le taux de sucre dans le sang et améliorent la digestion.

    Elles sont également considérées comme des aliments anti-cancer.

    Il y a plusieurs sortes de graines germées, toutes offrent des bénéfices incroyables.

     

    Dans cet article, nous allons voir de quelles manières la consommation quotidienne

    de graines germées telle que conseillée par les spécialistes de l’alimentation vivante

    (Dr Brian Clement, Dr Gabriel Cousens, Viktoras Kulvinskas …)

     peut profiter à votre santé et à la beauté de vos cheveux et de votre peau.

     

    Que sont les graines germées ?

     

    Comme leur nom le suggère, les graines germées sont des graines  qui ont germé et ont

    commencé leur croissance afin de devenir de jeunes plantes.

    Le processus de germination commence à partir du moment où la graine est mise en

    contact avec de l’eau en quantité suffisante pendant un certain temps

    (généralement plusieurs heures).

    Lorsque les graines trempées sont exposées à la bonne température et à la

    bonne humidité, cela pendant 2 à 7 jours selon les variétés, le produit fini

    devient un germe ou une pousse.  

     

    On distingue habituellement les graines germées des pousses.

    Alors que les secondes ont besoin de terre ou terreau pour pousser, les premières se

    satisfont d’un bocal aéré (graines non mucilagineuses) ou d’une grille

    (graines mucilagineuses comme le lin, le chia, la roquette …).

     

    Les graines germées sont consommables lorsqu’elles atteignent une taille d’environ

    2/3 cm récoltées. Elles sont consommées entièrement, en ayant éventuellement pris

    soin de les débarrasser de leur « coque » qui peut tout de même

    être consommée aussi tellement elle est molle et petite.

     

    Les pousses quant à elles, sont consommables à partir d’une taille d’une dizaine de

    centimètres. Elles sont ramassées en les coupant à leur base juste au-dessus de la terre

    ou du terreau comme si, à grande échelle, vous fauchiez un champ. 

     

    Il y a différents types de graines germées et de pousses.

    Les plus courantes sont les suivantes :

     

    Les pousses de légumineuses et les pois comme les lentilles, les pois chiches,

    les graines de soja, les haricots et les petits pois*.

     

    Les légumes et les légumes à feuilles vertes comme le brocoli (calabrai ou rave),

    les radis, la moutarde et le fenugrec.

     

    Les céréales comme le sarrasin, le riz complet, le quinoa, l’avoine,

    le blé et l’amarante.

     

    Les graines ou oléagineux germées ou plutôt activées comme les amandes,

    les graines de courge, le sésame, les graines de tournesol.

     

    Presque toutes les variétés ont des bienfaits similaires

    mais chaque variété contient des nutriments spécifiques.

     

    Alors que les germes de haricot mungo sont une très bonne source de protéines,

    de fibres et de vitamines A et C, les graines d’alfalfa sont de très bonnes sources de

    vitamines A, B, C, E et K.

    Les lentilles germées sont d’excellentes sources de protéines également

    (une portion contient 26% de nos besoins quotidiens).

    Les graines germées de brocoli sont parmi les plus riches sources de vitamine K1 et C

    en plus de contenir des minéraux comme le potassium et autres antioxydants.  

    Pas étonnant que les graines germées et les pousses soient considérées comme des usines à énergie !

     

    Voyons maintenant ce qu’elles peuvent vous apporter, en détail. 

     

    Les bénéfices pour votre santé

     

    Les graines germées aident à stabiliser le taux de sucre dans le sang

     

    C’est particulièrement vrai avec les graines germées de brocoli qui sont riches

    en sulforaphane. On a découvert que ce composant améliore le contrôle du glucose

    chez les patients ayant un diabète de type 2.

    Elles améliorent également la résistance à l’insuline.

     

    Des bénéfices similaires ont été trouvés avec les graines de choux de Bruxelles.

    Ces graines germées contiennent de l’acide alpha-lipoïque qui est un antioxydant

     ayant aussi un impact positif sur le sucre sanguin et l’insuline.    

     

    Les graines germées aident à digérer

     

    Des études montrent que les graines germées ont une teneur plus élevée en fibres,

    ce qui les rend meilleures pour la digestion.

    La germination des graines peut augmenter la teneur en fibres et en protéines.

     

    Dans une étude en particulier, la germination des grains de blé pendant plus de

    168 heures avait montré une multiplication par trois des fibres alimentaires solubles,

    ce qui aide à soulager la constipation.

     

    Dans une autre étude, il a été démontré que les propriétés antioxydantes des

    pousses de brocoli offrent une protection gastro-intestinale.

    Les antioxydants peuvent protéger la muqueuse du côlon humain contre

    les effets néfastes du stress oxydatif. 

    Le sulforaphane présent dans les pousses de brocoli pourrait également protéger

    le tractus gastro-intestinal en induisant diverses enzymes antioxydantes.

    Le composé peut être particulièrement utile dans le traitement du stress oxydatif

    provoqué par une infection à H. pylori et par des anti-inflammatoires non stéroïdiens.

     

     Les graines germées protègent le cœur

     

    Des études chez l’animal montrent que la consommation de pousses de pois chiches peut

    faire baisser les taux de mauvais cholestérol et ainsi protéger le cœur.

    Les pousses de pois chiches contiennent également des phytoœstrogènes qui améliorent

    les modifications graisseuses de l’aorte, contribuant ainsi à la santé cardiovasculaire.

     

    Les pousses de brocoli contiennent également un autre composé antioxydant appelé

    glucoraphanine, connu pour améliorer la santé du cœur.

    Le sulforaphane présent dans toutes les graines germées favorise la santé des

    vaisseaux sanguins, ce qui peut contribuer à prévenir l’athérosclérose.

    Bien que nous ayons besoin de plus de recherche à ce sujet,

    les résultats sont encourageants. 

     

    Les graines germées contribuent fortement à la protection contre le cancer

     

    Des études en laboratoire et sur des animaux montrent que le sulforaphane dans le

    brocoli peut aider à prévenir le cancer. Des études humaines ont montré que les graines germées

    de brocoli éliminent les produits chimiques cancérigènes. 

     

    Il a également été constaté que les graines germées de brocoli retardent l’apparition

    du cancer de la prostate et en diminuent même la gravité chez les personnes atteintes. 

     

    Les graines germées soutiennent la santé visuelle

     

    Les choux de Bruxelles, par exemple sont d’excellentes sources de lutéine

    et de zéaxanthine, deux puissants antioxydants qui améliorent la santé de la vision.

    La lutéine et la zéaxanthine ont été associées à un risque réduit de dégénérescence maculaire

    liée à l’âge. Or sous forme de graines germées, leur teneur en lutéine et en

    zéaxanthine est largement plus importante.

    De plus, vous pouvez en manger davantage que sous la forme de choux entiers ! 

     

    Les graines germées aident à traiter l’anémie

     

    Comme nous l’avons vu, les choux de Bruxelles sont riches en vitamine C.

    Ce nutriment participe à l’absorption du fer et permet à votre corps de mieux l’utiliser.

    Ceci, à son tour, aide au traitement de l’anémie.

     

    Les bénéfices pour vos cheveux

     

    Les graines germées sont riches en vitamine C qui aide à renforcer

    les cheveux fragiles, cassants ou clairsemés chez les hommes et les femmes.

    Elles contiennent des vitamines A et K qui soutiennent la santé de votre cuir

    chevelu et des racines des cheveux, favorisant ainsi leur croissance.

    Vous pouvez profiter de ces avantages avec seulement une petite portion tous les jours.

    Leur teneur en Oméga-3 affecte directement la brillance et l’élasticité de

    vos cheveux. Si vous souffrez de cheveux ternes et sans vie, vous devriez envisager

    de consommer plus d’oméga-3 pour attaquer la cause profonde. 

     

    Les bénéfices pour votre peau 

     

    Les graines germées ont un rôle préventif : la consommation de germes vous aide

    à vous protéger du cancer de la peau grâce aux antioxydants qui combattent

    les radicaux libres cancérigènes.

    La vitamine B contrôle l’excès de sébum.

    Pour profiter de cet avantage, vous pouvez savourer vos graines germées entières

    en salade ou saupoudrées sur un plat, mixées dans un smoothie, sous forme de jus

    ou en faire un masque pour le visage et l’appliquer directement sur votre peau.

    Les graines germées combattent l’acné.

    Les oméga-3 qu’elles contiennent font des merveilles pour tout le corps

     mais également pour les problèmes de peau.

    Que vous ayez de l’acné, des imperfections occasionnelles ou du psoriasis,

    les propriétés anti-inflammatoires des graines germées (et plus précisément

    des Oméga 3 que nous ne consommons pas suffisamment en comparaison des

    Oméga 6 inflammatoires) peuvent réparer votre peau de l’intérieur.

     

    Les graines germées apportent l’éclat de la jeunesse à votre peau.

    Une alimentation bien équilibrée qui comprend des protéines végétales peut faire

    des merveilles pour votre peau. Une grande partie de cet avantage est due aux

    propriétés régénératrices des cellules des antioxydants, des vitamines et

    des minéraux qui sont en abondance dans les graines germées. 

     

    Sélection, croissance et stockage

     

    Si vous achetez vos germes, vérifiez que le récipient ne présente pas de moisissure.

    Les feuilles jaunes ou flétries sont acceptables, car vous pouvez les couper chez vous.

    Conservez ce produit au réfrigérateur, de préférence dans un sac en plastique

    auquel vous aurez fait quelques trous ; cela leur permet de respirer.

     

    Cultiver ses propres germes est économique et offre le plus d’avantages pour la santé,

    puisque vous les récoltez quand vous en avez besoin.

    La nourriture est toujours fraîche et les pousses peuvent pousser dans presque tous

    les endroits, de votre évier à votre rebord de fenêtre.

    Pour de meilleurs résultats sur votre santé, choisissez des graines biologiques.

     

    La cuisson de ces aliments va détruire leurs bienfaits pour la santé.

    Vous pouvez cependant les saupoudrer crus sans risque dans un bol

    de soupe ou un autre plat chaud.  

     

    Comment faire des graines germées à la maison

     

    Les graines ne prennent que quelques jours pour germer.

    Vous aurez besoin des éléments suivants :

    Bocal à conserve assez large

    Un morceau de gaze et un élastique

    Un bol pour aider le pot à se mettre à l’envers, à 90°

    des graines à germer biologiques (assurez-vous qu’elles sont spécifiquement certifiées

     

    La procédure :

     

    Lavez-vous soigneusement les mains. Assurez-vous également que tout le matériel

    est propre et stérile.

    Versez les graines dans le pot. Selon la taille de la graine, vous pouvez prendre

    une cuillère à café ou 1 cuillère à soupe.

    Couvrir les graines avec une tasse d’eau filtrée ou minérale et mettre l’étamine sur le pot.

    Laisser les graines tremper pendant la nuit

    (astuce : placer le pot au réfrigérateur pour un choc thermique qui stimulera la germination)

    Filtrer l’eau le matin à l’aide d’une passoire fine ou au-travers de l’étamine.

    Rincer les graines avec de l’eau filtrée ou minérale et égoutter à nouveau.

    (Astuce : rincer les graines avec de l’eau chaude mais pas bouillante pour faire

    le fameux choc thermique dont je parle plus haut)  

    Placer le bocal dans le bol légèrement incliné (le fond du bocal devrait être à un

    niveau supérieur), à moins que vous ayez un système plus sophistiqué.

    Cela évacue l’excès d’eau.

    Continuer à rincer les germes 2 fois par jour en utilisant de l’eau filtrée ou minérale. 

    Laisser toujours le pot en position inclinée.

    Il ne doit pas y avoir d’eau stagnante dans le bocal pour éviter les moisissures.

    Le bocal doit aussi être placé dans un endroit bien aéré.

    La plupart des germes doivent être récoltés dans un délai de 2 à 7 jours.

    Une fois qu’elles ont germé, rincer avec de l’eau froide filtrée et conserver

    dans un récipient couvert au réfrigérateur pendant une semaine au maximum.

     

    C’est plutôt simple, n’est-ce pas ?
     

    D’autres précautions simples à prendre :

     

    si vous achetez des germes déjà germées, n’achetez que des pousses fraîches

    qui ont été réfrigérées. N’achetez jamais de germes ayant une apparence visqueuse

    (ou une forte odeur). Conservez vos germes à des températures inférieures à 8°C. (48°F.).

    Lavez-vous les mains avant de manipuler des germes crus. 

     

    Si vous vous sentez encore trop débutant/e pour vous lancer dans la « production »

    de graines germées ou que vous avez eu des échecs qui vous font hésiter

    à renouveler l’expérience, je vous conseille vivement l’excellentissime livre

    de Ludmilla De Bardo : « Vitalité et graines germées » qui répertorient quasiment

    toutes les graines à germer existantes avec leurs propriétés, leurs caractéristiques

    et la manière optimale de les faire germer.

    Un must, une bible en ce qui me concerne. 

     

    Conclusion

     

    Les germes sont des aliments simples mais puissants.

    Les faire soi-même nécessite certes un peu de patience mais les avantages

    en valent largement la peine et le retour sur investissement. 

     

    (Source : Nadège  de Veg an'bio)

     

     

    LES GRAINES GERMEES ET LA SANTE

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

    LES DOSETTES ET LE CAFE

     

    Simplement pour votre information…


    Je suis une dosette.

    Je vous en fais voir de toutes les couleurs !

    Mes 4 grammes de café sont habillés d'une robe d'aluminium à la couleur

    de votre choix chacun y trouve son café, selon son goût et son humeur.

    4 grammes de café à 0,40 EUR, ça nous fait pour 1000 grammes de café 100 EUR.

    Oui, 100 EURO LE KILO, c'est le prix du luxe, on ne va pas chipoter, ce serait petit.

    Il faut, bien sûr, s'en donner les moyens.


    Je ne fais pas dans la dentelle avec mes habits de lumière en aluminium.

    J'ai besoin de beaucoup d'énergie électrique fournie par de belles centrales nucléaires

    ou de très efficaces centrales thermiques.


    POUR 1 TONNE D'ALUMINIUM, J'OFFRE 4 TONNES DE REJETS SOUS FORME

    D'ARSENIC, DE TITANE, DE CHROME, DE PLOMB, DE VANADIUM, DE MERCURE,

    Bref, de magnifiques boues rouges qui par exemple, grâce à une SUPERBE CANALISATION

    TERRESTRE DE 55 KM, glissent depuis l'usine Altéo de Gardanne jusqu'à la grande bleue.


    Et grâce à un AUTRE BEAU TUYAU DE 7,7 KM, je vais me balader, tenez-vous bien,

    jusqu'à 320 mètres de profondeur, tout au fond du canyon sous-marin de Cassidaigne

    dans le magnifique parc des calanques.

    Tout ça, donne soif, je bois comme un trou de la bonne eau locale.

     

    Maintenant, je vous invite à faire un petit tour dans la tasse :


    Avec mes 1 000 tonnes de café par semaine, je suis le roi du marché !

    Je fais ce que je veux.

    Je prends toutes les origines de café au cours le plus bas du moment.

    Je te MÉLANGE tout ça au mieux (au mieux financier, bien sûr).

    De toute façon, je m'en sortirai toujours grâce aux ARÔMES AJOUTÉS.

    Vous savez bien, cette petite note de noisette si subtile !

    Pour la torréfaction, je suis le champion : 1000°C en 90 secondes quand les autres

    (traditionnels) font avec 200/220 ° en 20 minutes.

    Et toc, bingo


    Le pompon, c'est LA MOUSSE QUI PERSISTE PLUSIEURS HEURES

    quand les autres ne tiennent que quelques minutes

    Là, la recette est secrète.

    Je vous en dis un peu, pas tout, juste un peu :

    UN CHOUIA DE GRAISSE ANIMALE, DES ADDITIFS TOP SECRET,

    ET C'EST JOUÉ.


    D'une manière générale, je me débrouille plutôt bien pour qu'on se souvienne de moi,

    car, malgré quelques tentatives poussives et gourmandes en énergie et en eau,

    JE NE SUIS PRESQUE PAS RECYCLÉ.

    Comme ça, vous pouvez me retrouver un peu partout sur la planète.

     

    Ah, j'oubliais !...

    J'AI AUSSI LE RECORD DU PLUS GRAND TAUX DE FURANE.

    Là, ne m'applaudissez pas car il arrive qu'on batte des records sans réelle volonté.

    Une recherche sur internet vous apprendra que le Furane est une substance organique

    (produit intermédiaire utilisé dans l'industrie chimique comme SOLVANT pour les

    résines lors de la production de laques et comme agglomérant dans la fonderie).

    VOLATILE, LIPOPHILE ET CANCÉRIGÈNE POUR LE FOIE, LE FURANE

    DOUBLE DE QUANTITÉ LORSQUE LE CAFÉ INGÉRÉ PROVIENT DE CAPSULES

    PLUTÔT QUE D'UNE CAFETIÈRE CLASSIQUE, selon

    les scientifiques de l'université de Barcelone.


    CAPSULES DE CAFÉ ............. : UNE DOSE DE CANCER À CHAQUE FOIS !


    C’est à prendre ou à laisser !

     

    (Texte CHRISTOPHE SERVE)

     

    LES DOSETTES ET LE CAFE

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    La vie détruit tout ce qui est superflu jusqu’à ce qu’il ne reste que ce qui est important.

     

    La vie ne te laisse pas seul alors arrête de te battre et accepte tout ce qui est.

     

    La vie enlève ce que tu as jusqu’à ce que tu arrêtes de te plaindre.

     

    La vie t’envoie des gens troublés pour qu’ils soient guéris alors arrête

    de refléter ce que tu as dedans.

     

    La vie te laisse tomber encore et encore une fois jusqu’à ce que tu décides d’apprendre la leçon.

     

    La vie t’écarte du chemin et te présente des carrefours jusqu’à ce que

    tu cesses de vouloir contrôler et que tout coule comme une rivière.

     

    La vie te place sur la route comme des ennemis jusqu’à ce que tu cesses de « réagir ».

     

    La vie t’effraie et t’effraie autant de fois que nécessaire jusqu’à ce que tu perdes

    ta peur et que tu retrouves confiance.

     

    La vie enlève ton véritable amour jusqu’à ce que tu cesses de tenter de l’acheter avec des babioles.

     

    Éloigne-toi des personnes que tu aimes jusqu’à ce que tu comprennes que nous ne sommes

    pas ce corps mais bien l’âme qu’il contient.

     

    La vie se moque de toi tant de fois jusqu’à ce que tu cesses de tout prendre au sérieux

    et que tu te moques de toi-même.

     

    La vie te brise et te brise en autant de parties que nécessaire pour que la lumière y pénètre.

     

    La vie te confronte avec les rebelles jusqu’à ce que tu cesses d’essayer de contrôler.

     

    La vie répète le même message même avec des cris et des gifles jusqu’à ce que tu écoutes.

    Enfin.

     

    La vie t’envoie des rayons et des tempêtes alors tu te réveilles.

     

    La vie t’humilie et te bat encore et encore jusqu’à ce que tu décides de laisser mourir ton EGO.

     

    La vie te refuse les biens et la grandeur jusqu’à ce que tu cesses de vouloir des biens.

     

    La vie te refuse des miracles jusqu’à ce que tu comprennes que tout est un miracle.

     

    La vie raccourcit ton temps alors tu te dépêches d’apprendre à vivre.

     

    La vie te ridiculise jusqu’à ce que tu ne deviennes rien que tu ne deviennes personne

    et que tu deviennes TOUT.

     

     

    (Berth Hellinger)


    Créateur des Constellations familiales

     

     

    LA VIE

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    JE ME MEFIE DU GLUTEN


    Biscuits, gâteaux, tartes, pâtes, pain, céréales du petit déjeuner : le gluten est

    omniprésent dans notre alimentation. Or, des recherches récentes indiquent que cet

    ensemble de protéines, d’apparition relativement récente dans l’histoire de

    l’homme, ne convient réellement à personne. Le supprimer, c’est améliorer votre

    potentiel de santé.


    Le gluten est un ensemble de protéines que l’on retrouve dans certaines céréales

    panifiables comme le blé, le seigle, l’avoine, l’orge, etc. On sait depuis 1950 qu’il

    peut, chez certaines personnes, entraîner une inflammation des villosités de l’intestin

    grêle, jusqu’à leur destruction, provoquant d’une part une porosité de la paroi de l’intestin,

    d’autre part un déficit d’assimilation du calcium et de la vitamine D ainsi que des réactions

    immunitaires anarchiques.


    Ces réactions sont corrélées à une inflammation chronique pouvant affecter n’importe quel

    tissu dans le corps. Appelée maladie cœliaque, l’intolérance au gluten entraîne des troubles

    digestifs et favorise l’apparition de maladies auto-immunes comme le diabète de type 1, la

    sclérose en plaques ou la polyarthrite rhumatoïde, etc.

    Seul traitement connu : l’éviction à vie du gluten.


    Les intolérances au gluten seraient en cause dans de nombreuses maladies : schizophrénie,

    épilepsie, diabète, ostéoporose, psoriasis, asthme, allergies, cancer, troubles cardiovasculaires, etc.


    TOUS CONCERNÉS ?


    Des travaux récents publiés par l’équipe d’Alessio Fasano (université du Maryland)

    suggèrent que le blé augmente la perméabilité intestinale chez… tout le monde ! Il semblerait

    en fait – et de plus en plus de chercheurs sont d’accord là-dessus – que notre tube digestif ne

    dispose tout simplement pas des enzymes nécessaires pour digérer complètement le gluten.

    Celui-ci, incomplètement digéré, pousserait l’estomac à « sur-sécréter » des acides,

    provoquant un ralentissement de la digestion d’autant plus flagrant que, dans l’intestin, le

    gluten se comporte comme une glu, ralentissant le péristaltisme intestinal et provoquant

    constipation et ballonnements. Par ailleurs, l’augmentation de la perméabilité intestinale

    favoriserait le passage de macromolécules non digérées dans le système sanguin. Considérées

    comme une substance étrangère, elles créeraient un état inflammatoire chronique

    prédisposant à la plupart des maladies actuelles.


    Voilà de quoi remettre en question les bases de notre alimentation. Un pas franchi par un

    nombre grandissant de personnes qui trouvent là un moyen de guérir ou d’améliorer leur

    santé naturellement.


    COMMENT SAVOIR SI L’ON EST INTOLÉRANT AU GLUTEN ?


    Il suffit d’exclure totalement le gluten pendant au moins 3 semaines et d’observer ce qui se

    passe. Observez notamment comment évoluent les symptômes tels que les ballonnements, la

    fatigue, l’eczéma, la dépression, les douleurs articulaires, les troubles digestifs, les maux de

    tête et les troubles de la sphère ORL (sinusites, rhinites, allergies, asthme…). Pour que le test

    soit complet, mieux vaut éliminer dans le même temps les produits laitiers, également

    incriminés dans les maladies actuelles (lire Semaine 51, page 243). Si le test est favorable,

    vous pouvez réintroduire le lait ou le gluten afin de déterminer si vous êtes intolérant aux

    deux ou à un seul. Si l’intolérance est avérée, il est préférable de s’en passer.


    EN PRATIQUE


    Rares sont les céréales dénuées de gluten. La protéine dangereuse se retrouve non seulement

    dans le blé mais aussi dans le seigle, l’avoine, l’orge, l’épeautre, le kamut, le petit épeautre,

    ainsi que dans le son et les germes de blé. Une grande quantité de produits alimentaires

    industriels contiennent potentiellement du gluten et ce, même si le nom des céréales que je

    viens de citer n’apparaît pas dans la liste d’ingrédients. Prêtez attention aux ingrédients

    comme les amidons, les fécules, les protéines végétales, les agents anti agglomérants… et

    laissez les produits en rayon lorsque l’origine de ces substances n’est pas précisée.

    Sachez également que la fermentation au levain (pain au levain)

    ne fait pas disparaître le gluten non plus.


    Que pouvez-vous manger sans inquiétude ? Le riz, le sarrasin, le maïs, le millet, le fonio

    ou le teff. Le quinoa contient une forme de gluten beaucoup moins inflammatoire que le blé.


    Attention cependant, la plupart des alternatives au blé, qu’elles soient à base de farines ou de

    céréales soufflées, sont à index glycémique élevé, c’est-à-dire qu’elles font grimper la

    glycémie, favorisant ainsi l’hypoglycémie réflexe, les fringales, le diabète et le surpoids.


    Mieux vaut consommer les céréales brutes, simplement cuites. L’éviction des céréales est

    même préconisée dans le cadre de beaucoup de régimes. 

     

    (Source Thierry Soucard)

     

     

    JE ME MEFIE DU GLUTEN

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

     

    EST-CE QUE DIEU A CREE TOUT CE QUI EXISTE ?

     

     

    Un professeur d’une fameuse université posa un jour cette question à ses élèves :

     

     "Est-ce que Dieu a créé tout ce qui existe ? "

     

    Un des élèves répondit bravement « Oui, Dieu a tout créé «.

     

    « En êtes-vous bien certain? » demanda le professeur.

     

    « Oui Monsieur, j’en suis absolument certain. » répondit-il.

     

    « Si Dieu a tout créé, il a donc créé le mal.

    Et puisque le mal existe, et selon le principe que notre œuvre nous définit,

    nous pouvons donc supposer que Dieu est mauvais » répliqua le professeur.

     

    L’élève se tut à cette hypothétique réplique, laissant le professeur très satisfait

    de lui-même, ayant prouvé une bonne fois pour toutes que la foi chrétienne

    reposait sur un mythe.

     

    Un autre élève leva alors la main: « Puis-je vous poser une question,

    professeur? »

     

    « Bien sûr » lui dit le professeur.

     

    L’élève se leva et demanda: » Est-ce que le froid existe, professeur? »

     

    « Quel genre de question? Bien sur que le froid existe, n’avez-vous

    jamais eu froid? »


    Les autres élèves riaient en sourdine.

     

    Le jeune homme riposta: « En fait, Monsieur, le froid n’existe pas.

    Selon les lois de la physique, on considère le froid en réalité comme une

    absence de chaleur. Un corps ou un objet ne peut s’observer que s’il possède ou

    transmet de l’énergie, et la chaleur est ce qui permet à un corps ou à la matière

    d’avoir ou de transmettre de l’énergie.

    Le point zéro absolu (-460 F) est l’absence totale de chaleur ;

    la matière devient inerte et incapable de réaction à cette température.

    Le froid n’existe pas.

    Nous avons créé ce mot pour décrire ce que nous ressentons

    lorsque nous manquons de chaleur. »

     

    L’élève continua: « Professeur, est-ce que l’obscurité existe?  »

     

    Le professeur répondit: « Bien sur que l’obscurité existe. »

     

    L’élève affirma: « Vous avez encore tort professeur, l’obscurité n’existe pas

    non plus. Le noir est en réalité une absence de lumière.

    Nous pouvons étudier la lumière, mais pas le noir.

    En fait, nous pouvons utiliser le prisme de Newton pour briser la lumière blanche

    et intercepter ses multiples couleurs pour en étudier les longueurs d’ondes.

    On ne peut pas mesurer le noir.

    Un simple rayon de lumière peut anéantir les ténèbres en les illuminant.

    Comment pouvez-vous exactement connaître le degré de noirceur d’un endroit ?

    Vous en mesurez la lumière présente. N’est-ce pas ?

    Le mot ‘noir’ est un terme que les gens utilisent pour décrire ce qui se

    passe lorsque la lumière est absente. »

     

    Finalement, l’élève demanda au professeur: « Monsieur, est-ce que le mal existe? »

     

    Quelque peu ébranlé, le professeur répondit: « Bien sûr, comme je l’ai déjà dit.

    Nous le voyons tous les jours.

    Dans la méchanceté des hommes les uns envers les autres.

    Dans la multitude de crimes et la violence partout dans le monde.

    Ces manifestations sont le mal incarné.  »

     

    Sur quoi, l’étudiant déclara: « Le mal n’existe pas, ou tout du moins,

    pas en tant que tel. Le mal est l’absence de Dieu.

    C’est comme pour le froid et le noir, un mot que l’homme a inventé pour décrire

    l’absence de Dieu. Dieu n’a pas créé le mal. Quand Dieu n’est pas présent dans son cœur,

    l’homme fait du mal. C’est comme le froid qui arrive quand la chaleur s’en va,

    ou que l’obscurité s’installe quand la lumière s’éteint. »

     

    Le professeur s’assit.

     

    Le jeune homme se nommait Albert Einstein !

     

     

    EST-CE QUE DIEU A CREE TOUT CE QUI EXISTE ?

     

     

     

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Partager via Gmail

    votre commentaire
  •  

     

    Aujourd'hui, pour la plupart des gens, le vinaigre n'évoque que la sauce vinaigrette.

    Mais au-delà de ses qualités gustatives, sait-on encore comment cet ingrédient

    s'est imposé à tous dans l'alimentation d'abord et dans la trousse à pharmacie

    familiale ensuite ?

    Trois qualités fondamentales ont imposé le vinaigre dans les foyers des nos aînés :

    il était indispensable à la conservation des aliments, il facilite la digestion,

    c'est un produit antiseptique de première main.

    C'est à ce titre, et bien d'autres qu'il a été inscrit au Codex en 1748

    et vendu très longtemps chez les apothicaires.

     

    LE VINAIGRE DE CIDRE POUR SE SOIGNER

     

    Votre cuisine, c'est votre pharmacie

     

    Si tout vinaigre est bon par définition, le vinaigre de cidre sort du lot.

    Ses particularités en font :

     

    - Un tonique du système nerveux et du cœur, anti fatigue,

    - Un nettoyeur et régénérant cellulaire,

    - Un reminéralisant hors-pair,

    - Un stimulant digestif,

    - Un immunostimulant,

    - Un anti-cholestérol...

     

    Rhume, troubles circulatoires, intestinaux, hypertension,

    problèmes de pieds ou de peau, douleurs articulaires ou musculaires,

    coups de soleils et piqûres d'insectes...

     

    le vinaigre est bon pour tout.

    Et pour en tirer le meilleur, il suffit d'y associer quelques ingrédients de base

    comme le miel qui, tous, sont à votre portée.

    Sans compter les mille recettes de beauté que vous pouvez concocter avec ce vinaigre.

    Lisez cet article jusqu'au bout, voici plusieurs recettes très simples qui

    pourront sans doute soulager un certain nombre de vos maux quotidiens.

     

    Le vinaigre de cidre : vraiment pas cher et pas si mauvais à avaler

     

    De nombreuses personnes hésitent à faire une cure de vinaigre de cidre

    par voie interne. La plupart du temps elles invoquent deux raisons :

    le goût et le coût. Répondons à leur interrogation immédiatement.

     

    - Une bouteille de 75 cl de vinaigre de cidre bio coûte moins de 5 euros.

    Dans les recettes que nous proposons ci-après nous recommandons en général de mélanger

    environ 2cl de vinaigre (4 cuillères à café) à 20cl d'eau, ce qui représente,

    là encore en moyenne, la quantité qu'il faudra consommer chaque jour

    pour une cure d'entretien.

    Une bouteille représente donc environ un mois de cure.

    En revanche, pour les utilisations externes (peau, veines...) la quantité consommée sera

    effectivement plus importante.

     

    - Quant au goût, le vinaire dilué dans une proportion de 1 pour 10 a tout de même

    un goût beaucoup moins prononcé que le vinaigre pur (on peut aussi ajouter

    du miel pour l'adoucir).

    Si cela vous semble malgré tout impossible à avaler, vous pouvez acheter du vinaigre de

    cidre en gélules (internet, magasins bio), les propriétés sont identiques.

    La solution des gélules est parfois également plus pratique car on n'est pas obligé

    d'avoir sa bouteille sur soi toute la journée. 

    C'est un peu plus cher : environ 15 euros pour un mois de cure.

     

    Revenons-en aux propriétés du vinaigre de cidre et à nos recettes de santé.

     

    Le secret du vinaigre : une soupe de microbes et trois acides

     

    La formation du vinaigre est un phénomène naturel dû à l'oxydation de l'éthanol

    des boissons alcoolisées par un processus de fermentation acétique.

    Les Anciens savaient reproduire ce phénomène en utilisant « la mère à vinaigre »,

    ce voile gélatineux qui se forme à la surface du vin avec le temps.

    On ignorait alors que cette fermentation acétique est le fait d'une bactérie :

    Acetobacter suboxydans.

     

    Très sociable, elle se développe ultra rapidement en s'associant avec ses consœurs

    pour former un biofilm. On sait depuis peu que d'autres bactéries cousines ont ce pouvoir

    acétifiant. Le résultat final se distingue par un concentré d'éléments-trace mais surtout

    par sa concentration en acides : acétique principalement (5 à 8%),

    et acides tartrique et citrique en quantité variable.

     

    L'acide acétique fait du vinaigre un détergent domestique mais c'est aussi,

    pour l'essentiel, cet acide qui lui confère ses qualités bactéricides et médicinales

    raison pour laquelle il a constitué le support privilégié de

    nombreux remèdes médicinaux d’autrefois.

     

    Pourquoi le cidre ?

     

    L'acide acétique expliquant les vertus désaltérantes, désinfectantes et curatives

    du vinaigre, l'origine de ce dernier, me direz-vous, importe peu.

    Pourtant, c'est le vinaigre de cidre qui est généralement employé comme remède.

    Pourquoi ?

    Comme d'autres, le vinaigre de cidre est très riche en phosphore, calcium, magnésium,

    soufre, fluor, fer, bore et silice qui, l'un dans l'autre, contribuent à son pouvoir

    énergisant et curatif. Mais on aurait tort d'ignorer les particularités du vinaigre de

    cidre dues à la teneur en acides essentiels, enzymes et surtout à son impressionnante

    teneur en potassium (jusqu'à 1 g par litre).

     

    Le potassium est à nos tissus mous ce que le calcium est à nos tissus durs.

    Il joue un rôle-clé dans le liquide intracellulaire et pour le maintien de l'équilibre acido-basique.

    C'est donc un excellent antidote de terrain aux différentes pollutions de l'organisme

    (empoisonnement médicamenteux, alimentation déséquilibrée, etc.)

    qui attaquent notre équilibre acido-basique au point d'entraîner de nombreux désordres,

    des problèmes cardiovasculaires aux inflammations.

    Alors tant qu'à sortir 3 ou 4 euros de sa poche, autant choisir du vinaigre de cidre.

    Bio et non pasteurisé !

    Ajoutons que le vinaigre est très riche en antioxydants.

    Il contient environ 600 mg/l de composés phénoliques.

     

    Les bienfaits du vinaigre de cidre : la « révélation » d'un médecin épris de nature

     

    C'est au médecin DeForest Clinton Jarvis que l'on doit la découverte des vertus préventives

    et curatives du vinaigre de cidre.

    Cet ophtalmologiste et otorhinolaryngologiste a exercé jusqu'en 1945 au nord de

    New York, dans le Vermont. C'est dans cette région réputée pour ses paysages sauvages

    que cet observateur a longuement étudié les remèdes de la médecine populaire locale.

    Ses observations et expériences sont consignées dans un livre à succès :

    « Ces vieux remèdes qui guérissent », paru en 1958.

    Or le vinaigre de cidre occupe une place centrale dans la pharmacopée du Vermont.

    On lui prête le pouvoir de « ralentir » le corps et de lutter contre les « maladies de l'énergie ».

    Entendez des « emballements » de l'organisme qui se traduisent par fatigue chronique,

    hypertension, accidents cardiaques, ulcères gastriques et intestinaux,

    obésité, arthritisme...

     

    Jarvis a su l'expliquer, de façon simplissime : si ces états pathologiques se manifestent,

    c'est parce que les cellules du corps sont "déshydratées", tel un raisin sec.

    Leurs composants minéraux ne pouvant plus être rejetés, ni se dissoudre,

    s'agglutinent et se déposent dans les tissus.

    Et pour réhydrater les cellules malades, en douceur, rien de mieux que le vinaigre de

    cidre et son potassium.

    L'hydratation disperse les molécules agglutinées, permet aux minéraux et autres éléments

    bénéfiques de pénétrer la cellule. Bref, cette médecine est simple :

    elle redonne à la cellule ses capacités d'assimilation, de stockage et d'élimination.

     

    Pourquoi les vaches « se pètent la ruche » avec des pommes à moitié pourries...

     

    Tout a commencé dans une étable. C'est là que le Dr Jarvis avait installé son laboratoire

    d'observation. La vache est un excellent sujet car son alimentation, donc son état de santé,

    influe directement sur sa production laitière.

     

    Jarvis aimait raconter l'histoire d'une petite vache surnommée « Paralysée ».

    A chaque vêlage, elle avait une attaque de fièvre de lait et de paralysie et le vétérinaire

    la sauvait en lui injectant du gluconate de calcium.

    Or Jarvis avait remarqué que les vaches laitières aiment les pommes en état avancé

    de fermentation. Peut-être est-ce leur moyen à elles de s'enivrer un peu,

    de se « péter la ruche » pour reprendre l'expression champêtre d'un ami éleveur.

    Mais plus sûrement, c'est leur corps qui le demande ...

     

    Jarvis proposa donc de verser du vinaigre de cidre deux fois par jour

    dans la nourriture de sa vache.

    Trois mois plus tard, par une amélioration de l'élasticité des tissus,

    elle mit bas d'un veau en parfaite santé, en seulement 10 min. avant de retrouver

    l'appétit et la santé.

    Mais Jarvis, qui avait de la suite dans les idées, fit une autre observation :

    sachant qu'il est difficile de sectionner les grosses artères des vaches abattues,

    il avait remarqué que le problème ne se présentait plus chez les animaux

    traités au vinaigre durant une partie de leur vie.

    Il en déduisit que le vinaigre de cidre favorise l'assimilation du calcium et

    supprime les dépôts de calcium dans les parois artérielles.

     

    Le cocktail de Jarvis : un remontant à faire soi-même

     

    Les médecins sportifs vous le répètent : pendant et après l'exercice, il est élémentaire

    de boire une solution isotonique permettant une rapide compensation

    des minéraux perdus par sudation.

    Grâce au vinaigre de cidre - issu de l'agriculture biologique bien entendu - il est possible

    d'en obtenir une excellente qui, potassium aidant, fortifie en outre la musculature.

    En revanche, le vinaigre de cidre ne sera d'aucune utilité à ceux qui sont obsédés

    par leur indice de masse corporelle, car il ne fait pas perdre de poids.

    Ce qui vaut pour les sportifs vaut aussi pour toutes les maladies qui provoquent de fortes

    sudations et nécessitent une recharge en sels minéraux, notamment les maladies infantiles

    (scarlatine, affections virales, oreillons, rougeole)

    Pour cela, on diluera 2 cuillères à café de vinaigre de cidre et 1 de miel dans

    100 ml d'eau riche en sodium : c'est le cocktail dit de Jarvis dont vous verrez ci-dessous

    les nombreux usages possibles.

    En règle générale, pour soutenir la vitalité et la santé musculaire d'une personne active,

    il est conseillé d'en boire au minimum 1/2 verre par jour,

    mais on peut aller jusqu'à 3 verres par jour.

     

    Une autre façon de se soigner... à la cuillère

     

    Le vinaigre de cidre, sous forme de cocktail ou pris à la cuillère,

    présente bien des vertus thérapeutiques.

    Les indications ci-dessous montrent l'étendue de son spectre d'action :

     

    Faiblesse, fatigue, fragilité face aux microbes et virus

    Vous êtes souvent fatigué ?

    Vous tombez malade dès qu'une personne tousse ou renifle dans votre entourage ?

    Vous êtes allergique pour un rien...

    Faites des cures régulière du cocktail de Jarvis (sur environ 4 semaines et

    sans interruption en préventif) ou durant les périodes où vous vous sentez fragiles.

    Complétez cette cure en prenant de la vitamine C naturelle.

    Des chercheurs ont montré que le vinaigre de cidre était efficace contre

    les bactéries causant les maux d'oreille les plus fréquents.

    Ce sont les bactéries de type Pseudomonas, Staphylococcus et Proteus.

     

    Rhumes et troubles des voies respiratoires

     

    En cas de mal de gorge et d'enrouement, faites des gargarismes de vinaigre de cidre

    dilué (75 ml d'eau tiède avec 25 ml de vinaigre).

    Si l'inflammation est aiguë, gargarisez toutes les heures (recracher !).

    En cas de toux bronchique, le vinaigre de cidre va favoriser la liquéfaction et l'expectoration

    des mucosités. Prenez 1 c. à café de ce sirop : 4 c. à soupe de miel liquide avec 5 c. à

    café de vinaigre de cidre. Buvez beaucoup de liquide (des infusions de thym très chaudes)

    pour aider les mucosités épaisses à se liquéfier.

     

    Troubles cardiaques et circulatoires

     

    Le vinaigre de cidre, on l'a vu, a la capacité de dissoudre peu à peu les dépôts

    calcaires dans les parois artérielles (une coquille d’œuf se dissout en moins de 2 jours

    dans du vinaigre de cidre). Il réduirait par ailleurs l’activité de la rénine, une enzyme qui

    contracte les vaisseaux sanguins et augmente la pression.

    Grâce au vinaigre, l'effet de la rénine diminue, les vaisseaux sanguins se relâchent,

    la pression artérielle baisse, ce qui épargne les parois et éloigne le risque

    d'avoir un accident cardiovasculaire.

     

    Si vous êtes concernés, buvez le cocktail de Jarvis plusieurs fois par jour

    et utilisez le plus possible le vinaigre de cidre pour cuisiner.

    Sa haute teneur en potassium renforcera en plus le muscle cardiaque.

    Si vous souffrez de varices, imbibez un tissu de vinaigre de cidre et enveloppez

    vos jambes pendant 20 minutes pour le soulager.

    En cas d'hémorroïdes, prenez des bains de siège où vous diluerez un verre de vinaigre

    de cidre et un verre d'infusion de sauge dans de l'eau tiède.

     

    Troubles intestinaux

     

    En cas de diarrhée, qu'elle soit provoquées par de méchantes bactéries ou par des

    médicaments, le corps perd quantité de liquide et de minéraux vitaux.

    Le vinaigre de cidre, bactéricide doux (il agit non par destruction mais par répulsion),

    reminéralisant, favorise le développement de la flore intestinale et régule le transit.

    Diluez 2 c. à café de vinaigre de cidre dans un verre d'eau et buvez-le avant les repas

    par petites gorgées jusqu'à disparition des maux.

    En cas de constipation, boire plusieurs fois par jour 2 c. à café de vinaigre de cidre diluées

    dans un verre d'eau peut aider à réguler le transit.

     

    Diabète

     

    Boire du vinaigre au cours du repas ralentit l'augmentation du taux de sucre

    dans le sang, la fabrication d'insuline et de triglycérides/cholestérol.

    L’acidité du vinaigre ralentit la vidange de l'estomac, ce qui transforme n’importe quel

    repas à index glycémique (IG) élevé en repas à IG plus bas,

    avec toutes les conséquences positives que cela implique pour la santé.

    De plus, le vinaigre ralentirait l’activité des amylases dans le petit intestin.

    Les amylases sont les enzymes qui découpent l'amidon et en font du glucose.

    Une partie de l'amidon avalé partirait donc aux toilettes plutôt que d'être transformée

    en sucre et passer dans notre sang.

    Cet effet tient à l'acide acétique contenu dans le vinaigre de cidre.

     

    Douleurs articulaires (arthrose, arthrite, rhumatismes, goutte)

     

    En fluidifiant le sang épaissi par les aliments riches en protéines (comme les viandes),

    le vinaigre de cidre nettoie les toxines qui s'accumulent dans les jointures,

    les tissus et les organes.

    Pour prévenir les douleurs articulaires, buvez un demi-verre du cocktail de Jarvis

    avant le petit-déjeuner. En cas de douleurs aigues, faites, en plus, un enveloppement

    froid du membre concerné ou, si la douleur est chronique,

    un enveloppement chaud au vinaigre de cidre dilué.

     

    Ostéoporose

     

    Le vinaigre augmente l'absorption du calcium par l'intestin et diminue l'activité

    des cellules qui renouvellent (et donc détruisent) les cellules des os.

     

    Troubles des reins et de la vessie

     

    Le vinaigre de cidre favorise le rinçage des reins et de la vessie et prévient la

    formation de calculs rénaux et vésicaux.

    Buvez aux repas 2 c. de vinaigre de cidre diluées dans un verre d'eau.

    Là aussi, buvez des infusions (de pissenlit ou d'ortie) pour mieux éliminer.

     

    Problèmes de dents et de bouche

     

    Une recette pour conserver des gencives saines est de se rincer la bouche matin et soir

    après vous être brossé les dents avec du vinaigre de cidre dilué dans l'eau

    (1 c. à café dans un verre d'eau).

    Le vinaigre de cidre stimule l'irrigation de la gencive et il stoppe

    les inflammations d'origine bactérienne.

    Je ne vous conseillerais pas, toutefois, de faire ce bain de bouche avec du vinaigre

    pur car une étude menée auprès de 2 385 adolescents de 14 ans a démontré qu’une

    consommation très régulière de vinaigre pur pourrait augmenter l’usure de l’émail.

    Mais avec une cuillère a café diluée dans un verre d'eau il n'y a aucun risque.

     

    Problèmes de peau

    Acné  : les composants du vinaigre de cidre purifient la peau et empêchent les

    inflammations, y compris celles qui sont dues au dérèglement hormonal de la puberté.

    Il est conseillé de boire un verre d'eau dans lequel vous aurez dilué deux c. à café de

    vinaigre de cidre avant chaque repas. Vous pouvez aussi vous faire des saunas faciaux.

    Remplissez un grand bol avec 1 l d'eau bouillante, 4 c. à soupe de vinaigre de cidre

    et des fleurs de camomille. Couvrez-vous la tête d'une serviette et placez

    le visage au-dessus du récipient dans la vapeur.

     

    Inflammations cutanées provoquées par des virus ou des bactéries : buvez un verre d'eau

    avec 2 c. à café de vinaigre de cidre aux repas.

    Appliquez des compresses de vinaigre de cidre et de farine de maïs ou de pommes de terre.

    En cas de virus (herpès ou le zona), tamponnez les zones concernées avec du vinaigre

    de cidre non dilué.

     

    Piqûres de petits insectes : le vinaigre, appliqué immédiatement, arrête les démangeaisons

    (moustiques, aoûtats)

     

    Coups de soleil : le vinaigre de cidre calme et rafraîchit la peau rouge et douloureuse

    et empêche les infections. Appliquez le non dilué, doucement, sur les zones rouges.

    Et prenez un bain d'eau fraîche dans lequel vous aurez dilué 3 c. à soupe de vinaigre de cidre.

     

    Soins du corps et cosmétique

     

    Buvez le matin à jeun un verre du cocktail de Jarvis.

    Il vous fortifiera tout en stimulant l'irrigation sanguine et les fonctions de la peau.

    Complétez ce régime par :

    des bains : pour détendre la peau et régénérer son film protecteur, prenez un bain

    dans lequel vous aurez versé 1 à 2 verres de vinaigre de cidre.

    Restez au moins 15 minutes et relaxez-vous.

    des massages : après le bain ou la douche, pratiquez un massage une fois par semaine.

    Remplissez votre lavabo d'eau chaude et versez un verre de vinaigre de cidre.

    Massez-vous le corps avec cette eau vinaigrée pour qu'elle pénètre bien dans la peau.

    Ne vous essuyez pas.

     

    Pour nourrir, hydrater, lisser et protéger votre peau, voici comment faire une

    crème de soins à partir de ce que vous pourrez trouver dans votre cuisine :

     

    - au yaourt et au vinaigre de cidre : mélangez 3 c. à soupe de yaourt nature,

    1 c. à soupe de crème fraîche, 1 c. à soupe de miel (chauffé et bien fluide),

    1 c. à café de vinaigre de cidre et 1 c. à café de jus de tomate.

    Remuez jusqu'à obtenir une pâte lisse. Appliquez cette crème la nuit.

     

    - à l'avocat et au vinaigre de cidre : mélangez 3 c. à soupe d'avocat écrasé,

    3 c. à café de miel, 2 c. à soupe de vinaigre de cidre et 2 c. à café de son de blé.

    Épaississez la pâte obtenue avec le son de blé.

    Étalez la préparation obtenue sur votre peau et laissez agir 30 minutes.

     

    Cheveux : L'Oréal, Dessange et compagnie n'ont qu'à bien se tenir

     

    Le vinaigre de cidre est à la base de soins capillaires ultra-économique et bien

    plus sains que ceux du commerce.

    Ses résultats vous surprendront.

    Voici quelques recettes de shampoings et lotions dont les ingrédients

    principaux sont aussi dans votre cuisine :

     

    Cheveux blonds : faire une décoction de fleurs de camomille (20 g/l) et la mélanger dans

    1 l de vinaigre de cidre. Appliquez 25 cl de cette solution sur les cheveux après le shampoing.

     

    Cheveux bruns : préparez un shampoing avec 2 c. à café d'eau de rose, 2 c. à soupe de vinaigre

    de cidre et 2 œufs puis massez-vous les cheveux avec et laissez agir quelques minutes.

     

    Cheveux brillants : faire une décoction avec 30 g d'orties dans un ½ litre d'eau.

    Filtrez-la et mélangez avec le vinaigre de cidre.

    Appliquez la préparation sur les cheveux après le shampoing.

     

    Cheveux épais : placez 10 g de feuilles de bouleau, 10 g de feuilles de lavande dans une

    carafe puis versez dessus un litre de vinaigre de cidre.

    Fermez hermétiquement et laissez macérer une semaine.

    Massez-vous alors la chevelure avec la solution. Ne pas rincer.

     

    Boucles naturelles : après le shampoing, appliquez une solution chaude de vinaigre de cidre

    (proportion ¼) et d'eau.

     

    Cheveux gris : lavez les cheveux avec du vinaigre de cidre (proportion 1/3)

    dilué dans l'eau et chauffé.

    Ne pas rincer.

     

    Cheveux gras : appliquez une solution de vinaigre de cidre dilué dans l'eau (2/3 d'eau)

    après le shampoing.

     

    Pellicules, chutes de cheveux : appliquez du vinaigre de cidre dilué (3/4 d'eau)

    et chauffé, après le shampoing.

     

    De la tête... aux pieds, de quoi faire de l'ombre aux pharmacies !

     

    Pour les mains, la règle de la simplicité prévaut aussi.

    Vous avez des problèmes de peau sèche ou gercée ?

    Pour retrouver une peau souple et lisse, faites une cure de cocktail de Jarvis pendant

    4 à 6 semaines (un verre avant le petit-déjeuner).

    Essayez aussi une crème composée pour moitié d'huile d'olive et pour moitié

    de vinaigre de cidre (très bonne pour le corps aussi).

     

    Enfin, pour vivifier vos pieds en fin de journée, trempez les pendant 15 min.

    dans 5 l d'eau chaude dans lesquels vous aurez versé 3 c. à café de sel et 2

    de vinaigre de cidre.

    Si vous avez les jambes lourdes, une friction au vinaigre de cidre pur les soulagera.

    Que demander de plus simple et de plus universel ?

     

    PS : Un certain nombre d'entre vous, lecteurs, hésitent sans doute à se lancer

    dans une cure au vinaigre de cidre pour de simples raisons de goût et je vous comprends.

    Il n'est pas si facile de s'astreindre à une consommation quotidienne de vinaigre

    (même adouci avec du sucre).

    Cela ne me pose personnellement aucun problème mais je ne suis pas seule au monde.

    Il existe pour les plus réticents une solution alternative :

    les gélules de vinaigre de cidre. On en prend 2 ou 3 à chaque repas,

    l'effet est le même... sans l'acidité.

     

     

    LE VINAIGRE DE CIDRE POUR SE SOIGNER

     

     

     

    Partager via Gmail

    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires
/* Fleche haut et bas */ /* Fin Fleche haut et bas */